Aller au contenu principal

Soudan : Scepticisme quant au procès de Omar Al-Bachir

Par Nora Jaafar, Publié le 17/06/2019 à 17:24, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

L'ancien président soudanais Omar Al-Bachir est apparu en public pour la première fois depuis son renversement par l'armée après des mois de manifestations de masse contre son régime autocratique qui a duré près de 30 ans.

 

Vêtu d'une robe blanche et d'un turban, le leader re déchu a été aperçu dimanche alors qu'il était escorté sous haute surveillance depuis une prison de haute sécurité de Khartoum, la capitale du Soudan, vers le bureau du procureur.

 

Les procureurs l'ont informé qu'il était accusé de "possession de devises étrangères et d'acquisition de richesses suspectes et illicites", selon l'agence de presse officielle de la SUNA.

 

On lui a accordé une semaine pour soulever des objections, l'interroger sur d'autres accusations de corruption non précisées et le ramener à la prison de Kobar.

 

Si Al-Bachir ne fait pas appel, il pourrait comparaître devant le tribunal dès la semaine prochaine, a déclaré samedi le procureur général par intérim du Soudan, Alwaleed Sayed Ahmed.

 

À Khartoum, les mesures prises contre l'ancien président, âgé de 75 ans, ont suscité la dérision et le scepticisme des détracteurs, qui l'ont qualifié de tentative des nouveaux dirigeants militaires du Soudan pour faire oublier la récente répression meurtrière dont les manifestants ont été victimes, ainsi que la résistance à céder le pouvoir à une administration transitoire civile dirigée par des militaires.

 

Ils sont également sceptiques quant à la probabilité qu'Al-Bachir reçoive un procès équitable au Soudan ou soit tenu responsable des accusations les plus flagrantes portées contre lui.

 

L'ancien dirigeant, arrivé au pouvoir lors d'un coup d'État en 1989, est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité et génocide liés aux abus commis par les forces soudanaises dans la région du Darfour entre 2003 et 2008.

 

Au lieu de cela, le premier procès d'Al-Bachir semble prêt à être intenté pour violation d'un décret qu'il a imposé en février dernier dans le cadre d'un effort pour réprimer les manifestations anti-gouvernementales qui ont éclaté à la suite d'une crise monétaire et de la hausse des prix des denrées alimentaires.

 

À l'époque, alors que les protestations s'intensifiaient dans tout le pays, Al-Bachir avait imposé l'état d'urgence et rendu illégal le transport de plus de 3 000 dollars en devises étrangères.

 

Mais peu après son renversement le 11 avril dernier, le Conseil militaire de transition (TMC), qui a remplacé l'ancien dirigeant, a déclaré que les forces de sécurité avaient saisi de sa résidence plus de 113 millions de dollars en espèces dans trois devises.

 

Si Al-Bachir est reconnu coupable d'avoir violé le décret d'urgence, il risque au moins 10 ans de prison.

 

"En deuil''

 

Les procureurs ont également ouvert d'autres enquêtes pénales contre Al-Bachir, notamment pour blanchiment d'argent, financement du "terrorisme" et "ordre de tuer des manifestants" - cette dernière infraction étant passible de la peine capitale au Soudan.

 

Bien que les manifestants aient exigé qu'Al-Bashir soit tenu responsable des abus dont il aurait été victime pendant son mandat, le planning du prochain procès a laissé de nombreuses suspicions.

 

Jalela Khamis Kuku, militante des droits de l'homme, a déclaré que le TMC essayait de détourner l'attention de l'appel à la responsabilité lancé par les manifestants lors du raid du 3 juin sur un camp de protestation devant le quartier général militaire.

 

Le sit-in a commencé le 6 avril dernier, quelques jours avant la chute d'Al-Bachir et s'est poursuivi alors que les protestations persistaient à revendiquer un gouvernement civil. Mais alors que les pourparlers sur la composition d'un organe provisoire ont échoué, les soldats ont ouvert le feu sur les militants.

 

Selon un groupe de médecins soudanais, plus de 100 personnes ont été tuées lors du raid du 3 juin. Certains de leurs corps ont été jetés dans le Nil, des centaines ont été blessés et des dizaines de femmes violées.

 

Toutefois, le ministère de la Santé n'a déclaré que 61 morts.

 

"Ceux qui ont tué des manifestants depuis décembre devraient être tenus responsables. Ceux qui sont responsables de la mort des manifestants doivent répondre de leurs actes, le conseil militaire doit citer les noms de ceux qui ont donné les ordres, c'est ce sur quoi nous devons nous concentrer maintenant."

 

Le TMC a d'abord nié avoir tenté de disperser le camp de protestation, mais a admis jeudi dernier qu'il avait ordonné le retrait du camp de protestation. Les violences se sont produites après que certains soldats se soient "écartés" du plan, a déclaré Shams al-Din Kabashi, un porte-parole du TMC.

 

Il a reconnu qu'il y avait eu des "violations", sans plus de détails.

 

"Zéro crédibilité"

 

Waleed Madibo, fondateur du groupe de réflexion Sudan Policy Forum, a déclaré que la décision prise contre Al-Bachir visait également à distraire la communauté internationale.

 

Il a ajouté qu'il était peu probable qu'Al-Bachir bénéficie d'un procès équitable sous le régime du TMC.

 

"L'ensemble du processus n'est pas indépendant et n'est pas crédible, a-t-il dit. "Omar Al-Bachir est recherché par la CPI, alors plutôt que de le poursuivre en justice pour avoir tué ou influencé le meurtre d'un demi-million d'êtres humains, vous le poursuivez en justice pour avoir détourné des dizaines de millions de dollars".

 

Pendant ce temps, la convocation d'Al-Bachir au bureau du procureur est aussi intervenue alors que Mohamed Hamdan Dagalo, le chef adjoint du TMC, semblait revenir sur les accords précédents conclus avec les dirigeants protestataires concernant les structures du gouvernement intérimaire.

 

Le général, communément connu sous le nom de Hemeti, est également le commandant de la Force de soutien rapide paramilitaire, que les manifestants accusent d'être à l'origine des violences au sit-in.

 

Hemeti a promis la peine de mort pour les personnes impliquées dans ces attaques.

Hong Kong : une descente de 500 agents au Apple Daily

Ce jeudi 17 juin, 500 policiers ont fouillé les ordinateurs et les carnets de notes des journalistes du tabloïd pro-démocratique Apple Daily à Hong Kong. La police a arrêté cinq cadres du journal aprè...

Analyse de la situation sécuritaire au Sahel

Après les attentats qui ont eu lieu dans le village de Solhan au Burkina Faso, des milliers de manifestants sont sortis dans les rues pour dénoncer le laxisme des autorités. Dans ce podcast, Emmanuel ...

USA-Russie : première rencontre de Joe Biden avec Vladimir Poutine

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine ont conclu ce mercredi après-midi leur sommet de Genève, en Suisse, mettant ainsi fin à leur première rencontre depuis l’entrée...

Gaza : échanges de tirs entre Israël et le Hamas

Dans la matinée de ce mercredi, l’aviation israélienne a mené des frappes dans la bande de Gaza. Selon des sources sécuritaires palestiniennes et une station de radio du Hamas, elle a visé au moins un...

Sommet US-UE : la Covid-19, le climat et le commerce à l’ordre du jour

Les États-Unis et l’Union européenne ont convenu d’une trêve de cinq ans dans leur différend de longue date sur les subventions accordées aux constructeurs aéronautiques. Cette annonce a été faite ce ...

L’Otan réaffirme sa force et interpelle la Russie et la Chine

Les 30 États membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) ont clôturé leur somme...