Aller au contenu principal

L'attaque des pétroliers en Oman embrase le conflit USA/IRAN

L'attaque de deux pétroliers sur une voie navigable vitale du golfe d'Oman, le jeudi 13 juin, survient à un moment où les tensions entre les États-Unis et l'Iran, dans cette région riche en pétrole, augmentent et risquent de provoquer un nouveau conflit au Moyen-Orient.

Par H.L.B, Publié le 14/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

 

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo n'a pas tardé à pointer du doigt l'Iran, affirmant que son évaluation était "fondée sur des renseignements certifiés". Alors que l'Iran a nié toute implication, l'armée américaine a publié jeudi une vidéo montrant un bateau de la marine iranienne en train d'enlever une mine non explosée attachée à la coque de l'un des pétroliers dans une tentative de récupérer des preuves de sa participation, explique-t-elle.

 

Vendredi, cependant, la compagnie maritime japonaise propriétaire de l'un des pétroliers a déclaré qu'elle ne croyait pas que son navire avait été attaqué par des mines.

 

L'incident présente des similitudes avec l'attaque du 12 mai, lorsque quatre pétroliers ont été pris pour cible au large des côtes des Émirats arabes unis dans le golfe d'Oman.

 

Comme l'attaque de ce jeudi, cet incident s'est produit près du détroit d'Ormuz, une route maritime vitale, carrefour de tensions régionales depuis des décennies. Environ 30 % du pétrole brut transporté par voie maritime dans le monde passe par ce point stratégique de transit, ce qui en fait le théâtre de frictions politiques et économiques.

 

Attaque du 13 juin


Lors de l'attaque récente du 13 juin, deux pétroliers - l'un transportant du pétrole et l'autre une cargaison de produits chimiques - ont été abattus en plein jour dans le golfe d'Oman, près du détroit d'Hormuz, en pleine mer.


L'Agence maritime norvégienne a indiqué que trois explosions avaient été signalées à bord du pétrolier Front Altair battant pavillon des îles Marshall, qui appartient à la compagnie norvégienne Frontline, basée aux Bermudes. L'entreprise a déclaré qu'un incendie s'était déclaré après une explosion et que la cause de la détonation demeure inconnue.


Le deuxième, un navire-citerne chimique japonais Kokura Courageous, a été "attaqué" à deux reprises "avec une sorte de coquille", a déclaré Michio Yuube, co-gérant du navire.


Les navires ont été heurtés " au niveau ou sous la ligne de flottaison, à proximité de la salle des machines", a déclaré l'Association internationale des armateurs indépendants de pétroliers (Intertanko).


"Ces attaques semblaient bien planifiées et bien coordonnées", a-t-il ajouté.


Les 21 membres de l'équipage philippin du Kokura Courageous ont tous été évacués, a indiqué Yuube. La société de gestion du navire basée à Singapour, BSM, a déclaré qu'un marin avait été blessé et que le paquebot avait subi des dégâts sur sa coque.


L'USS Bainbridge se trouvait à proximité lorsque l'incident s'est produit et un remorqueur a transporté les membres du convoyeur du Kokuka Courageous vers ce navire. Les images publiées par le Commandement central des États-Unis montrent l'équipage du Bainbridge prêtant assistance aux marins après leur sauvetage.


Les 23 membres de l'équipage du Front Altair ont été secourus par un cargo sud-coréen, le Hyundai Dubai, qui a répondu à leur appel de détresse.


Selon un responsable de la marine marchande de Hyundai, le capitaine du navire a déclaré dans un rapport officiel qu'il avait entendu trois explosions avant l'appel de détresse du Front Altair. Il est sorti sur le quai et a vu que le navire était en feu. Deux marins se sont approchés du pétrolier norvégien à bord d'un canot de sauvetage et ont secouru les 23 membres de l'équipage pour les amener au Hyundai Dubai, qui est amarré depuis à Abu Dhabi.


Ce vendredi, la compagnie maritime japonaise qui possède le navire-citerne pour produits chimiques Kokuka Courageous a déclaré qu'elle ne croyait pas que le navire avait été attaqué par une mine.


Lors de la conférence de presse de ce vendredi à Tokyo, le président de Kokuka Sangyo Marine, Yutaka Katada, a déclaré qu'il croyait "qu'il est exclu qu'une attaque par mines soit à l'origine de l'incident vu qu'il s'est produit bien au-dessus des limites de la ligne maritime".

Selon Katada, un membre de l'équipage, la deuxième attaque provenait d'un obus volant.


Katada a déclaré que tous les membres de l'équipage étaient maintenant de retour à bord du pétrolier, qui se trouve actuellement dans la ville de Khor Fakkan, aux Émirats arabes unis, pour assurer le rétablissement et le bon fonctionnement du réseau d'électricité.

 

L'Iran de nouveau pointé du doigt


Pompeo accuse l'Iran pour ces attaques, affirmant que ses allégations reposent sur des preuves tangibles, mais il n'a présenté aucune justification pour étayer son affirmation.


"Le gouvernement des États-Unis estime que la République islamique d'Iran est responsable des attentats qui se sont produits aujourd'hui dans le golfe d'Oman", a déclaré Pompeo jeudi au département d'État dans un discours spécialement prévu à cet effet, au moment où les investigations ont été lancées.

 

"Cette conclusion repose sur les données des services de renseignement, les armes utilisées, le niveau d'expertise nécessaire à l'exécution de l'opération, les récentes attaques iraniennes contre les navires et le fait qu'aucun groupe de mandataires opérant dans la région ne dispose des ressources ni des compétences pour agir avec un tel niveau de complexité."


Jeudi soir, l'armée américaine a diffusé une vidéo pour appuyer ses affirmations selon lesquelles un bateau de la marine iranienne aurait enlevé une mine non explosée attachée à la coque du Kokura Courageous, ajoute Pompeo.


Sur la vidéo, on voit un bateau plus petit qui arrive sur le côté du navire. Un individu se dresse à l'avant du bateau et on peut le voir retirer un objet de la coque du pétrolier. Les États-Unis disent que cet objet est probablement une mine non explosée.

 

Un autre responsable a déclaré à CNN que plusieurs petits bateaux iraniens étaient entrés dans la zone où le Bainbridge était resté, ce qui a incité le Commandement central américain à publier une déclaration disant : "Aucune interférence avec le USS Bainbridge, ou sa mission, ne sera tolérée".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a déclaré à Wolf Blitzer, de CNN, que les Saoudiens "n'ont aucune raison d'être en désaccord" avec les commentaires de Pompeo qui reproche à l'Iran d'être derrière les attaques de jeudi, affirmant que l'Iran a déjà fait la même chose par le passé".

 

 

L'Iran de nouveau pointé du doigt


Pompeo accuse l'Iran pour ces attaques, affirmant que ses allégations reposent sur des preuves tangibles, mais il n'a présenté aucune justification pour étayer son affirmation.


"Le gouvernement des États-Unis estime que la République islamique d'Iran est responsable des attentats qui se sont produits aujourd'hui dans le golfe d'Oman", a déclaré Pompeo jeudi au département d'État dans un discours spécialement prévu à cet effet, au moment où les investigations ont été lancées.

 

"Cette conclusion repose sur les données des services de renseignement, les armes utilisées, le niveau d'expertise nécessaire à l'exécution de l'opération, les récentes attaques iraniennes contre les navires et le fait qu'aucun groupe de mandataires opérant dans la région ne dispose des ressources ni des compétences pour agir avec un tel niveau de complexité."


Jeudi soir, l'armée américaine a diffusé une vidéo pour appuyer ses affirmations selon lesquelles un bateau de la marine iranienne aurait enlevé une mine non explosée attachée à la coque du Kokura Courageous, ajoute Pompeo.


Sur la vidéo, on voit un bateau plus petit qui arrive sur le côté du navire. Un individu se dresse à l'avant du bateau et on peut le voir retirer un objet de la coque du pétrolier. Les États-Unis disent que cet objet est probablement une mine non explosée.

 

Un autre responsable a déclaré à CNN que plusieurs petits bateaux iraniens étaient entrés dans la zone où le Bainbridge était resté, ce qui a incité le Commandement central américain à publier une déclaration disant : "Aucune interférence avec le USS Bainbridge, ou sa mission, ne sera tolérée".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a déclaré à Wolf Blitzer, de CNN, que les Saoudiens "n'ont aucune raison d'être en désaccord" avec les commentaires de Pompeo qui reproche à l'Iran d'être derrière les attaques de jeudi, affirmant que l'Iran a déjà fait la même chose par le passé".

 

L'Iran dément toute implication


Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que "suspicieux est un adjectif très faible pour décrire ce dernier incident", notant que l'un des pétroliers appartient au Japon et que l'attaque s'est produite au moment même où Shinzo Abe, Premier ministre japonais, était en Iran afin de détendre la tension qui oppose Washington et Téhéran.


Alireza Miryousefi, porte-parole de la mission iranienne, a twitté un communiqué affirmant que l'Iran "rejette catégoriquement les allégations infondées des États-Unis" accusant les Iraniens d'être à l'origine de ces attentats et "les condamne vigoureusement".

Il a ajouté que l'Iran "exprime sa préoccupation" face à ces "incidents suspects". Il a qualifié d'"ironique" le fait que les États-Unis, qui se sont retirés de l'accord nucléaire du plan d'action global conjoint avec l'Iran, l'appellent maintenant à revenir aux négociations et à la diplomatie.


Le Conseil de sécurité de l'ONU a discuté en privé des derniers développements de l'attaque, mais a préféré ne pas se prononcer de manière officielle.


  • Partagez

Plusieurs pays excluent le Maroc de la liste des pays sûrs de l’UE

Ce vendredi 3 juillet, l’Espagne a annoncé qu’elle ne rouvrirait pas ses frontières aux voyageurs venant d’Algérie, du Maroc et de Chine tant que ces pays n’admettent pas sur leurs sols les visiteurs ...

Covid-19 : record de cas quotidiens aux États-Unis

Alors que le port du masque continue de faire débat, la pandémie du nouveau coronavirus ne cesse de se propager aux États-Unis. Ce jeudi 2 juillet, un nouveau record de contaminations a été enregistré...

Assassinat de Khashoggi : ouverture d’un procès par contumace en Turquie

Ce vendredi 3 juillet, le procès par contumace de 20 Saoudiens accusés par la Turquie d’avoir assassiné le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre 2018 dans le consulat d’Arabie saoudite ...

Arrestation de Ghislaine Maxwell, ex-collaboratrice de Jeffrey Epstein

Ce jeudi 2 juillet, une porte-parole du FBI a affirmé que Ghislaine Maxwell, l’ex-collaboratrice du défunt Jeffrey Epstein, a été arrêtée aux États-Unis. Maxwell inculpée de trafic de mineures es...

France : Jean Castex remplace Édouard Philippe au poste de Premier ministre

Ce vendredi 3 juillet, Édouard Philippe, Premier ministre français, a présenté sa démission au président Emmanuel Macron. Ce dernier l’a acceptée, annonce l’Élysée. E. Philippe «assurera, avec le...

Le détournement de l’aide humanitaire par le Polisario et l’Algérie dénoncé au Parlement de l’UE

Ce jeudi 2 juillet, l’eurodéputée française Dominique Bilde a dénoncé le détournement de l’aide humanitaire européenne par le Polisario et l’Algérie devant la Commission du développement (DEVE) du Par...