Aller au contenu principal

Climat des affaires : la feuille de route 2021-2025

Ce mercredi, le Comité national de l’environnement des affaires (CNEA) a exposé la politique nationale pour l’amélioration de l’environnement des affaires. Une feuille de route pour les quatre prochaines années (2021-2025) a ainsi été dévoilée. La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a également établi ses recommandations dans ce domaine. Voici les principaux points à retenir.

Par Mohamed Laabi, Publié le 06/05/2021 à 11:39, mis à jour le 06/05/2021 à 15:43          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
Le Maroc souhaite intégrer le top 50 du classement Doing Business © DR

Booster le climat des affaires est un défi national. Le Maroc est sur la bonne voie et continue d’améliorer son classement international en la matière. Après avoir gagné sept places en 2020, le Maroc qui occupe la 53e place au classement Doing business (128e en 2010) s’est fixé comme objectif d’intégrer le top 50 mondial. Pour cela, une nouvelle feuille de route a été dévoilée ce mercredi. Cette dernière qui s’étale sur quatre ans (2021-2025) vise à élaborer une vision stratégique intégrée et réunir toutes les conditions nécessaires aux investisseurs afin qu’ils puissent contribuer à la création des richesses au Maroc.

Ainsi, trois piliers de cette politique ont été identifiés : l’amélioration des conditions structurelles de l’environnement des affaires, la simplification d’accès des entreprises aux ressources nécessaires et le renforcement de la transparence et enfin l’inclusion et la coopération entre les secteurs public et privé.

Au total, 33 chantiers majeurs de réforme sont prévus pour cette nouvelle politique. Ces derniers sont relatifs à la simplification des procédures administratives, l’amélioration du cadre juridique et réglementaire des affaires, une meilleure qualification du capital humain, un renforcement des mécanismes d’accompagnement des entreprises et l’intégration du secteur informel.

Lire aussi : Climat des Affaires : la BAD octroie un don de près de 1 M$ au Maroc

 

Une approche territoriale

Dans le cadre du suivi de cette politique nationale, il est prévu d’impliquer les Centres régionaux d’investissement (CRI) en tant que relais locaux de l’approche territoriale de cette politique. Aussi, le CNEA suivra l’avancement des initiatives et les arbitrages à effectuer en cas de blocage. Il est également envisagé de lancer un baromètre de l’environnement des affaires, afin de suivre l’impact de ses initiatives et leurs performances. 

Présidant la réunion de présentation de cette nouvelle politique, le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani a indiqué que la mise en place de cette dernière sera flexible dans la mesure où son contenu sera mis à jour en cas de besoin. Il a en outre salué l’approche qui a marqué l’ensemble des étapes de préparation de cette politique nationale, allant du diagnostic des principaux obstacles du secteur privé jusqu’à la phase d’identification des chantiers de réforme.

Lire aussi : Climat des affaires : les nouvelles missions des CRI

Un avis partagé par nos confrères d’Aujourd’hui le Maroc. Le quotidien affirme, dans son éditorial de ce jeudi 6 mai, que le CNEA a été à l’origine de certaines avancées importantes en matière de procédures, de délais, de règlementation et a contribué à améliorer l’attractivité de la destination Maroc aux yeux des grands hommes d’affaires.

«L’apport de ce comité a été indéniable ces 10 dernières années en matière d’amélioration et de facilitation de la vie du chef d’entreprise, de l’entrepreneur et de l’investisseur qu’ils soient des nationaux ou étrangers», souligne Aujourd’hui le Maroc. Le journal ajoute qu’«avec les profondes transformations que connaît et connaîtra l’économie mondiale et au vu des défis nouveaux et inédits auxquels il faudra faire face, un outil tel que le comité (...) pourrait être d’une grande valeur ajoutée».

 

Les recommandations de la CGEM

Chakib El Alj, président de la CGEM, a établi certaines recommandations pour hisser le Maroc et le positionner comme un hub régional et continental d’investissement. Parmi les propositions avancées, améliorer les coûts des facteurs de production, en particulier celui du foncier et de l’énergie. Le patron des patrons estime que ces derniers constituent de véritables contraintes pour l’investisseur.

«Nous estimons que la mise en place de plateformes de location à proximité des pôles économiques constitue une véritable solution pour remédier au coût élevé du foncier, tout comme l’équipement de zones industrielles et logistiques spécialisées», souligne El Alj. Autre point signalé par ce dernier, la nécessité de l’adoption de la loi sur l’autoproduction en énergie, et sur l’investissement privé dans l’énergie verte.

Concernant le capital humain, la CGEM souhaite intégrer la loi sur la formation continue dans le corps du projet de loi sur la formation professionnelle, tout en en apportant à ce dernier les ajustements nécessaires pour faciliter l’accès à la formation continue.

Lire aussi : Climat des affaires : le moral des entreprises est catastrophique

Sur le plan financier, la CGEM recommande la création de nouveaux leviers tels que les fonds de soutien, les prises de participation à travers le marché des capitaux et la mise en place des circulaires de la loi relative au crowdfunding. La CGEM demande l’introduction dans les circuits d’approbation du projet de loi concernant l’application du droit de grève.

Enfin, pour ce qui est de la commande publique, le président de la CGEM estime qu’elle «doit jouer son rôle de levier stratégique de développement économique et social». Le patronat appelle au renforcement de la visibilité sur les marchés publics et à l'adoption d'une démarche plus inclusive des TPME, notamment en région.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...