Aller au contenu principal

L'ONU confirme la mort de 17 personnes lors de violences à Darfour

Par H.L.B, Publié le 13/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Les Nations unies ont confirmé le meurtre de 17 personnes et l'incendie de plus de 100 maisons dans un village de la région du Darfour central du Soudan au début de cette semaine.

 

Quinze autres personnes ont été blessées dans le village de Deleij, selon la Mission de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD), qui a déclaré jeudi que la violence "s'est produite lors d'affrontements violents entre nomades et habitants apparemment en colère à cause de l'augmentation des prix des denrées sur le marché local".

 

Cette déclaration est intervenue quelques jours après que des médecins engagés dans des manifestations de l'opposition ont affirmé que les milices "Janjaweed" avaient tiré à balles réelles sur des civils lundi 10 juin dans un marché à Deleij, faisant au moins neuf morts et 20 blessés.

 

"Hier, ils ont tiré à balles réelles sur des citoyens dans le souk de Deleij", a déclaré le Comité central des médecins soudanais (CCSD) dans une allocution, mardi 11 juin. "Après le massacre systématique, les médecins de la région de Deleij ont reçu 11 morts et 20 blessés", a-t-il ajouté.

 

"Les médecins ont confirmé que neuf citoyens ont été tués par des balles et des coups de matraque des Janjaweed. Cependant, la cause de la mort des deux autres ou leur identité reste incertaine ", a déploré le comité, ajoutant que la milice avait " répandu la mort sur les citoyens depuis longtemps ".

 

Les Janjaweed sont des milices arabes accusées d'avoir commis des atrocités au Darfour lors d'un conflit civil qui a débuté en 2003 et qui, selon les estimations des Nations Unies, a tué jusqu'à 300 000 personnes et en a chassé 2,7 millions.

 

Le gouvernement de l'ancien Président Omar Al-Bashir avait nié les allégations concernant le Darfour.

 

Les combattants Janjaweed ont été incorporés dans les Forces paramilitaires de soutien rapide du Soudan (RSF), qui dominent la capitale, Khartoum, depuis le renversement de Bachir par les militaires le 11 avril dernier après trois décennies de manifestations massives contre son régime autoritaire.

 

Le chef adjoint du Conseil militaire de transition (TMC) qui a pris le pouvoir après la destitution d'Al-Bachir, le général Mohamed Hamdan Dagalo, également connu sous le nom de Hemeti, dirige le RSF.

 

Selon des témoins, le RSF a mené une descente lors d'un sit-in de protestation à Khartoum le 3 juin dernier, faisant des dizaines de morts et provoquant l'échec des négociations entre le TMC et les dirigeants protestataires pour une transition démocratique.

 

Le TMC a déclaré que les forces sont intervenues pour gérer les groupes perturbateurs près du sit-in et que la violence s'y est répandue rapidement. Il a également précisé que certains membres de RSF avaient été attaqués et que des personnes avaient revêtu leurs uniformes pour se faire passer pour eux dans le but de nuire à leur réputation.

 

Cette semaine, Amnesty International a déclaré qu'elle disposait de nouvelles preuves montrant que "les forces gouvernementales soudanaises, dont les Forces de soutien rapide (RSF) et les milices alliées, ont continué à commettre des crimes de guerre et autres violations graves des droits de l'Homme au Darfour".

 

Au moins 45 villages ont été complètement ou partiellement détruits au cours de l'année écoulée, a indiqué Amnesty International.

 

"Au Darfour, comme à Khartoum, nous avons été témoins de la brutalité méprisable des Forces de soutien rapide contre les civils soudanais - la seule différence étant qu'au Darfour ils ont commis des atrocités en toute impunité pendant des années", a déclaré Kumi Naidoo, secrétaire général d'Amnesty.

Accord UE-Maroc : la Cour européenne examine le recours du Polisario

Ce mardi 2 mars, journée d’ouverture d’une audience devant la 9e chambre du tribunal de l’Union européenne au Luxembourg, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) examine le dossier du Sahara. ...

Pour l’ONU, la baisse des dons est une peine de mort contre le Yémen

Ce lundi 1er mars, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unies (ONU), a qualifié la baisse des promesses de dons pour assurer une aide au Yémen de «peine de mort». Guterres a dévoilé qu’...

Birmanie : la répression meurtrière des manifestants se poursuit

Ce lundi 1er mars, de nouveaux rassemblements ont eu lieu dans plusieurs villes en Birmanie. Ces manifestations pro-démocratiques, survenues près d’un mois après le coup d’État en Birmanie, ont été ré...

Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison

Ce lundi 1er mars à Paris, l’ancien président français Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis. Une première pour un président de la Ve République. Poursuivi pour c...

Israël vaccinera des dizaines de milliers de Palestiniens

Dimanche 28 février, les autorités israéliennes ont confirmé que leur pays vaccinera des dizaines de milliers de Palestiniens. Sont concernés ceux ayant un permis pour travailler en territoire israéli...

Après les États-Unis, l’UE devrait autoriser le vaccin de Johnson & Johnson

Après celui de Pfizer-BioNTech, celui de Moderna et celui d’AstraZeneca, le vaccin contre la Covid-19 de Johnson & Johnson devrait être autorisé début mars par l’Union européenne (UE) et commencer...