Aller au contenu principal

Affaire Brahim Ghali : le Maroc déçu par l’attitude de l’Espagne

Dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, le Maroc a exprimé sa déception quant à la décision de l’Espagne d’accueillir sur son territoire, le chef du mouvement séparatiste du Polisario, Brahim Ghali. La tutelle estime que cet acte est «contraire à l’esprit de partenariat et de bon voisinage» et qu’il concerne une question fondamentale pour le peuple marocain et ses forces vives.

Par Mohamed Laabi, Publié le 26/04/2021 à 15:24, mis à jour le 26/04/2021 à 16:09          Temps de lecture 3 min.
Teaser Media
Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères © DR

Petite tension entre l’Espagne et le Maroc à cause de Brahim Ghali, chef du mouvement séparatiste du Polisario. Contre toute attente, ce dernier a pu fouler le sol espagnol la semaine dernière et intégrer l’hôpital de Logroño, dans la banlieue de Saragosse pour subir des examens médicaux, alors qu’un mandat d’arrêt est déposé contre lui par la justice espagnole depuis novembre 2016.

Le vendredi 23 avril dernier, la cheffe de la diplomatie espagnole Arancha González Laya a déclaré que la décision prise par son pays d’accueillir le leader séparatiste, «n’empêche ni ne perturbe en rien» les relations avec le Maroc, et ne changera pas le «traitement privilégié» avec le pays voisin.

Le mal est fait, la décision ibérique a été très mal vue par le département de Nasser Bourita. Le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a exprimé dans un communiqué, publié ce dimanche, sa «déception» face à l’attitude espagnole. Le message indique que cet acte est «contraire à l’esprit de partenariat et de bon voisinage et qu’il concerne une question fondamentale pour le peuple marocain et ses forces vives».

Lire aussi : Dossier du Sahara à l’ONU : on prend les mêmes et on recommence

Pour la tutelle, la décision de l’Espagne suscite une grande incompréhension et plusieurs interrogations : pourquoi le dénommé Brahim Ghali, poursuivit pour des crimes de guerre sérieux et des atteintes graves aux droits de l’Homme a été admis en Espagne en catimini et avec un faux passeport ? Pourquoi l’Espagne a-t-elle jugé utile de ne pas en aviser le Maroc ? Pourquoi a-t-elle opté pour son admission sous une fausse identité ? Et pourquoi la justice espagnole n’a-t-elle pas encore réagi aux nombreuses plaintes déposées par les victimes ?

Le Maroc a d’ailleurs convoqué l’ambassadeur d’Espagne à Rabat «pour exiger de lui les explications nécessaires sur l’attitude de son gouvernement», poursuit le communiqué. Le magazine Jeune Afrique, qui avait été le premier à diffuser en exclusivité cette information, a souligné que cette évacuation «a fait l’objet de négociations menées au plus haut sommet de l’État algérien».

 

Les victimes de Brahim Ghali se révoltent

Après l’association sahraouie des droits de l’Homme (ASADEH), l’Association canarienne des victimes du terrorisme (ACAVIT) a également publié un communiqué dans lequel elle demande aux autorités espagnoles d’interpeller immédiatement Brahim Ghali pour les crimes qu’il a commis.

L’association affirme que le chef du mouvement séparatiste «est accusé d’assassinats de travailleurs canariens dans le territoire du Sahara, ainsi que d’être le commanditaire ayant ordonné les assassinats, les enlèvements collectifs et les disparitions d’équipages en haute mer de marins canariens lors de la période allant de 1973 à la fin de 1986».

Lire aussi : Sahara : Omar Hilale dénonce la campagne de désinformation de l’Algérie

Dans son communiqué, ACAVIT dénonce la décision d’autoriser «l’entrée et l’hospitalisation illégales dans un hôpital public d’un criminel notoire qui a assassiné des citoyens espagnols».

Rappelons que Brahim Ghali fait l’objet d’un mandat d’arrêt par la justice espagnole depuis novembre 2016. Il est accusé de génocide, de torture et de viol. Compte tenu des accusations retenues contre lui, l’on voit mal comment l’Espagne a accepté cette demande d’hospitalisation, quels sont les enjeux diplomatiques qui l’ont poussée à répondre favorablement à cette requête ? L’Espagne va-t-elle se prononcer officiellement sur cette affaire dans les jours à venir ? Affaire à suivre.

Le Roi demande des prix raisonnables pour le transport des MRE

Le roi Mohammed VI a demandé à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport aérien, en particulier la RAM et aux différents acteurs du transport maritime, de veiller à pratiquer des prix r...

Mesures sanitaires : une actualisation chaque 2 semaines

La situation épidémiologique au Maroc est maîtrisée, a affirmé ce jeudi le chef de l'exécutif, Saad Dine El Otmani, lors de l'ouverture de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement. El Otm...

Le Maroc réagit à la résolution du Parlement européen

Le Maroc a réagi à la résolution adoptée ce jeudi à Strasbourg. Dans un communiqué, la diplomatie m...

Parlement européen : la résolution contre le Maroc votée

Le Parlement européen a rendu ce jeudi son verdict concernant le projet de résolution contre le Mar...

Le Parlement européen adopte la résolution hostile au Maroc

Le Parlement européen vient d'adopter le projet de résolution RC9-0349/2021 sur la "violation de la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant et utilisation de mineurs par les autor...

Maroc-Hongrie : signature de 10 accords de coopération

Ce mercredi 9 juin au siège du ministère des Affaires étrangères à Rabat, Péter Szijjártó, le ministre hongrois des Affaires étrangères, a été reçu par son homologue marocain Nasser Bourita. Lors de c...