Aller au contenu principal

Des débris de plastique s'accumulent sous la surface de l'océan

Les profondeurs de l'océan sont envahies par des quantités pharamineuses de minuscules morceaux de plastique. Les scientifiques ont entamé le diagnostic pour mesurer l'ampleur de ce problème.

Par Khansaa Bahra, Publié le 11/06/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Après la découverte de "l'ile" de plastique dans la Méditerranée, des plongeurs auraient repéré des sacs en plastique et des emballages de bonbons à une profondeur égale à celle de la fosse Mariana.

 

À présent, une étude des microplastiques à différentes profondeurs de la côte californienne suggère que ces débris sont généralement présents à plusieurs centaines de mètres sous la surface, rapportent des scientifiques le 6 juin dans Scientific Reports.

 

"L'océan profond est le plus grand écosystème de la planète", déclare Van Houtan, "et nous n'avons aucune idée sur la quantité de plastique accumulée dans ses abîmes."

 

Les scientifiques connaissent l'existence de plastique flottant à la surface et ont essayé de quantifier son cumul. La décharge d'ordures du grand Pacifique n’est que l’un des nombreux tourbillons géants existant dans les océans, où d’énormes quantités de déchets plastiques sont collectées.

 

Mais qu'en est-il des profondeurs ? Ventana a donc effectué plusieurs plongées pour collecter des échantillons d’eau à différents niveaux de profondeurs, entre 5 et 1 000 mètres. Les experts ont filtré l'eau à la recherche de microplastique, de minuscules fragments impossibles à détecter à l'oeil nu.

 

"Ce que nous avons trouvé était en fait assez surprenant", déclare Van Houtan. "Nous avons constaté que la majeure partie du plastique se trouvait sous la surface".

 

À leur grande surprise, ils ont également constaté que les microplastiques submergés sont largement répandus, depuis la surface jusqu'à des milliers de pieds de profondeur.

 

L’équipe a également mesuré les polluants présents dans les intestins de 24 crabes rouges pélagiques et de huit filtres à mucus provenant de larves géantes, qui se nourrissent tous les deux de particules organiques de la même taille que les microplastiques.

 

La concentration de particules de 1 000 mètres de profondeur était à peu près identique à celle de cinq mètres, avec une moyenne d'environ trois particules par mètre cube. La concentration du plastique dans les eaux de 200 à 600 mètres de profondeur était beaucoup plus importante, avec 10 à 15 particules par mètre cube.

Sûreté nationale : haro sur les dérives policières

Les Marocains peuvent s’enorgueillir de l’efficacité de leurs services sécuritaires. Le professionn...

Le test PCR n'est plus obligatoire pour les voyageurs en provenance de la liste A

Les conditions d'accès au Maroc à partir du 15 juin ont connu une légère modification. Pour les voyageurs arrivant de la liste A, le test PCR n'est plus exigé si la personne est vaccinée. Les voyageur...

Nos téléphones écoutent-t-ils nos conversations ?

Tout le monde a déjà été surpris de voir apparaître une publicité sur internet pour un produit dont il venait de parler. Ce constat laisse aussi place aux théories de complot, poussant ainsi la majori...

Enseignement préscolaire : les recommandations des députés

La Commission chargée de l’évaluation des politiques publiques à la Chambre des représentants a liv...

Sous quelles conditions peut-on voyager en Espagne ?

Depuis le dernier déconfinement en Europe, plusieurs pays retrouvent une vie normale, mais également le monde du tourisme. Après l’annonce de la réouverture du ciel du Maroc, c’est à l’Espagne de rouv...

Marhaba 2021 : les MRE pris en tenaille

La flambée des prix des billets d'avion et de ferry pour rentrer au Maroc fait réagir les Marocains du monde. Sur les réseaux sociaux, des associations de Marocains résidant à l'étranger (MRE) dénonce...