Aller au contenu principal

BAD : 4,5% de croissance pour le Maroc en 2021

Par Khansaa Bahra, Publié le 15/03/2021 à 09:25, mis à jour le 15/03/2021 à 12:46          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Banque africaine de développement

Dans son rapport annuel Perspectives économiques en Afrique, la Banque africaine de développement (BAD) prévoit que «la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel au Maroc devrait rebondir à 4,5% en 2021 à mesure que l’économie se remettra d’une importante récession et que l’agriculture retrouvera une bonne croissance». Selon le document de cette institution panafricaine, la croissance du Maroc serait le résultat de la reprise économique.

Les exportations marocaines de pièces automobiles, de phosphates et d’autres dérivés ont également rebondi et stimuleront la croissance économique du Maroc dans les mois à venir, indique le rapport. La BAD ajoute que «cela compensera probablement la morosité des secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration qui devrait perdurer». Selon le rapport, ces secteurs ne se redresseront pas aussi rapidement. Citant une demande stagnante d’hôtels et de restaurants, la BAD a déclaré qu’elle s’attend à ce que le secteur du tourisme marocain continue de faire face à une crise induite par la Covid-19. Les prévisions confirment ainsi que le tourisme a été l’un des secteurs les plus durement touchés au Maroc en raison de la fermeture des frontières et d’autres mesures de confinement. En effet, les statistiques de février soulignent que les recettes touristiques du Maroc ont diminué de 53,8% en 2020 après une augmentation de 7,8% en 2019. Ceci représente une perte de 4,77 milliards de dollars.

Par ailleurs, le déficit de la balance courante et le déficit budgétaire devraient se resserrer et les pressions inflationnistes devraient rester modérées, souligne la BAD. Cette dernière ajoute, en outre, que «repenser le modèle de développement pour favoriser une croissance inclusive est la mission assignée à la commission spéciale» nommée par le roi Mohammed VI. Ce dernier a confié à cette commission la mise en œuvre d’un nouveau modèle capable de répondre aux préoccupations socio-économiques persistantes du pays, souligne le rapport.

La BAD a également mis l’accent sur les mesures proactives et les partenariats du Maroc qui ont permis au pays d’obtenir des prêts importants, dont 3 milliards de dollars du Fonds monétaire international et 460 millions de dollars de la BAD pour réduire les répercussions de la pandémie. Le document souligne également la décision du Maroc d’émettre une obligation d’un milliard d’euros, ajoutant que la contribution financière fait partie des initiatives qui ont permis de renforcer les réserves de change.

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...