amine khayatei

Temps de lecture : 3 minutes

Vis ma vie de business developper !

TRIBUNE

Amine Khayatei Houssaini

CEO chez Kwiks et expert en recrutement

Vis ma vie de business developper !

Temps de lecture : 3 minutes

Dans cette tribune, Amine Khayatei Houssaini, CEO chez Kwiks et expert en recrutement, parle du quotidien d’un Business developper dans une startup. En se basant sur sa propre expérience, il aborde les défis du métier d’entrepreneur, ses difficultés, ses avantages et ses attraits.

Publié le 07/12
|

Temps de lecture : 3 minutes

Temps de lecture : 3 minutes

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler du quotidien d’un Business developper dans une startup.
Je souhaite simplement partager avec vous mon expérience, dans la mesure où le volet Business fait partie intégrante de mon activité en tant qu’entrepreneur.

Tout d’abord, je me suis surpris il y a quelques années à découvrir ce métier et à y prendre goût quand j’étais consultant au sein d’un grand cabinet à Paris. Après plusieurs années sur le terrain, mon N+1 me dit : Amine, je pense que tu as largement les compétences pour devenir Business manager. Moi, adorant les challenges et surtout la nouveauté, je m’y suis attelé.

Quelle fut ma surprise quand j’ai commencé à découvrir l’envers du décor. Assez naïvement, je pensais qu’avec un peu de tchatche, le tour était joué. J’ai très vite compris qu’il fallait bien plus que de la tchatche pour transformer les deals.



J’ai démarré from scratch avec 0 portefeuille et surtout 0 accompagnement.

Il y a quelques années à peine, Linkedin n’était pas aussi développé qu’il ne l’est aujourd’hui, on privilégiait plus Viadeo. La technique était d’identifier les cibles sur les réseaux, prendre le téléphone et passer des coups de fil. Autrement dit, on faisait du Cold Calling.

Lors de mes premiers échanges téléphoniques, j’avais la voix qui tremblait de peur de me faire rembarrer. Et 8 fois sur 10, c’est exactement ce qui se produisait.

Je suis passé du consultant sur projet qui bossait tranquillement à son rythme, au business manager qui se prenait 5G dans la gueule tous les jours.

À ce moment-là, deux choix s’offraient à moi : faire marche arrière et redevenir consultant, ou tenir, me battre et aller au bout.



J’ai bien évidemment choisi la deuxième option. Je me suis accroché, j’ai appris à vitesse grand V et au bout de deux ans, je transformais 9 appels sur 10. Je me suis découvert une nouvelle compétence, à savoir le pouvoir d’argumenter, de convaincre et de signer de nouveaux clients et c’est ce qui m’a permis de me lancer.

Lorsqu’on commence à développer son propre business, on se tourne spontanément vers les amis et la famille, en pensant qu’ils nous apporteraient le plus de soutien et de facilité pour faire vivre ce business. Ceci dit, on découvre assez rapidement qu’ils sont en réalité les personnes les plus challengeantes et, des fois, même les plus réticentes.

C’est là qu’on se rend compte que dans le business, personne ne te facilite la tâche. J’ai découvert à mes dépens que les plus proches sont même ceux qui te la complexifient le plus.

Je dirai donc à tous ceux qui rencontrent ce type de difficultés, ne baissez pas les bras et continuez à croire en vous, en dépit des obstacles auxquels vous êtes confrontés, aussi surprenants soient-ils. Accrochez-vous et facilitez-vous la tâche en ne comptant que sur vous-même. Et souvenez-vous «qu’au-dessus de vous il n’y a que vous !».

Mais encore