Tourisme de luxe : un secteur qui se porte bien

Temps de lecture : 5 minutes


Tourisme de luxe : un secteur qui se porte bien

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Le tourisme de luxe a un potentiel de croissance important et le Maroc dispose d’énormes atouts pour révolutionner ce secteur, grâce notamment à ses établissements et palaces luxueux qui font rêver les milliardaires. Après avoir connu une importante chute suite à la crise sanitaire, ce marché retrouve petit à petit sa dynamique pré-pandémique. Zoom sur cette industrie qui continue de croître.

Temps de lecture : 5 minutes

Balnéaire, culinaire, bien-être, golfique… les offres du tourisme de luxe sont variées et sont principalement axées sur la satisfaction. Bien souvent, ces offres font partie d’un package comprenant des animations adaptées à ce type d’hébergement et de clientèle. Les voyageurs haut de gamme insistent d’ailleurs sur des expériences uniques et exclusives, qui leur offrent des moments mémorables dans un cadre idyllique et apaisant.

 

Marrakech, une destination phare

C’est la ville du tourisme de luxe par excellence. Avec son charme qui sait allier luxe, raffinement et authenticité, la ville Ocre, qualifiée de « rêve des mille-et-une nuits », est sans conteste la meilleure marque du tourisme au Maroc.

L’apparition de ce tourisme de luxe remonte à 1966 avec l’arrivée d’Yves Saint Laurent à Marrakech, puis son rachat en 1980 du jardin Majorelle. Depuis, la ville est devenue un lieu réputé pour sa culture, ses arts, ses traditions et son patrimoine architectural, qui séduit un grand nombre d’artistes de renom, de stars et de célébrités du monde entier. On note la visite de Will Smith, Rihanna, Madonna, Jessica Alba, le couple Clinton, les Beckham, les Zidane, Cristiano Ronaldo et dernièrement les stars du Paris Saint-Germain comme Mbappé et Verrati.

D’ailleurs, Marrakech a toujours été une terre d’inspiration, de créativité et de célébration grâce à l’hospitalité de ses habitants. Le savoir-faire des professionnels a fait d’elle la destination préférée des touristes à la recherche d’un grand confort, surtout que la région dispose de magnifiques atouts (montagne, désert…), sans oublier sa proximité avec l’Europe et son climat favorable.

Il faut savoir que Marrakech se place en tête des destinations touristiques non européennes préférées des voyageurs français. Viennent ensuite les Anglais, Allemands, les Américains et plus récemment les Chinois.

Lire aussi : Tourisme : le plan de relance de la tutelle

 

L’événementiel, un business juteux

C’est l’une des grandes caractéristiques de l’évolution du secteur du luxe ces dernières années. Depuis la COP22, Marrakech est dans les radars internationaux pour leurs fêtes de mariage, événements privés et corporate.

Ses sites d’exception (palais El Badiî, palais de la Bahia, la Menara, le désert Agafay…) ont permis la création de conditions favorables pour pérenniser la tenue de plusieurs événements professionnels et personnels. À titre d’exemple, l’événement Dior organisé en 2019, le mariage de Jamel Debbouz et Melissa Theuriau ou encore celui d’Adriana Karembeu, l’anniversaire de Madonna et dernièrement les fiançailles de Marco Verrati.

Actuellement, c’est la saison des fêtes et les opérateurs professionnels se montrent optimistes. «Nous sommes déjà en pleine haute saison, avec beaucoup de réservations de mariages. Le site est très prisé, ce qui va nous permettre de rattraper le retard des deux dernières années, mais les choses vont devoir se calmer en juillet et août, car durant cette période, les clients favorisent les villes du Nord. L’activité va devoir reprendre à partir de septembre», explique Olivier Basset, prioritaire de l’un des camps sur Agafay, contacté par LeBrief.

La situation est similaire dans les hôtels de luxe de la ville. «On revient en force. Nous avons pratiquement deux mariages chaque semaine des clients israéliens, américains et français», nous dit Amira Mawloud, responsable de communication au sein du Sofitel Marrakech.

Selon notre interlocutrice, l’offre a été retravaillée pour répondre aux tendances actuelles. «Nous avons modifié nos cartes et changé la décoration. Nous avons également intégré plusieurs nouvelles activités pour nous adapter à cette nouvelle clientèle», ajoute-t-elle.

Lire aussi : Tourisme : l’ONMT organise un « Light Tour » à Paris, Londres et New York

 

Casablanca et Tanger, deux destinations à fort potentiel

La capitale économique est la première ville du tourisme d’affaires et de shopping avec ses malls. Elle dispose aujourd’hui d’une capacité de plus de 22.000 lits avec ses enseignes prestigieuses telles que Four Seasons, Sofitel ou encore Hyatt Regency, ce qui donne une dynamique au tourisme balnéaire. En termes d’infrastructures, plusieurs chantiers structurants verront le jour dans la ville, notamment le Grand Théâtre.

À Tanger, le développement des infrastructures s’accélère aussi. De grandes enseignes sont déjà présentes, mais Tanja Marina Bay reste la destination phare du tourisme de plaisance dans la ville du Détroit, avec son emplacement exceptionnel au croisement entre l’océan Atlantique et la Méditerranée.

Dans ces deux villes, un grand travail reste à faire pour pouvoir dans l’avenir proposer des offres de services de qualité. Une mobilisation plus grande est nécessaire pour créer l’envie d’un séjour, en mobilisant des moyens plus importants.

Marrakech, tourisme

Recommandé pour vous

Drame de Melilia : retour sur ce qui s’est passé

Temps de lecture : 6 minutes

Les opérations dissuasives menées par les forces de l’ordre marocaines et espagnoles ne découragent pas les candidats à la migration illégale. …

Eaux de baignade : 88,14% des plages marocaines déclarées conformes

Temps de lecture : 5 minutes

La saison estivale 2022 est marquée par la relance du secteur touristique. L’ouverture des frontières maritimes et aériennes, ainsi que le lanc…

Covid-19 : une nouvelle vague s’installe au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc enregistre une nouvelle détérioration de la situation épidémiologique. Bien que le nombre d’infections ne soit pas encore alarmant, ma…

Harcèlement sexuel : comprendre l’affaire Jacques Bouthier

Temps de lecture : 4 minutes

Emprisonné en France depuis mai dernier, l’ancien PDG du groupe Assu 2000, rebaptisé Vilavi, a fait l’objet de quatre plaintes déposées par de …

Étudiants marocains d’Ukraine, un dossier qui sera résolu en juillet

Temps de lecture : 6 minutes

Le dossier des étudiants marocains rentrés d’Ukraine sera définitivement réglé en juillet prochain. C’est ce qu’a indiqué, mardi 21 juin à Raba…

Maroc : l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas envisagée

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc, bien que les peines de mort soient encore prononcées, leurs exécutions sont toujours reportées. Depuis les exécutions effectuées en 1…

Code pénal : le CNDH présente un projet d’avis sur les peines alternatives

Temps de lecture : 5 minutes

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a examiné, samedi 18 juin, à Rabat, lors de la 8eme session de son assemblée générale ordinair…

Aïd Al-Adha : quid des prix du cheptel

Temps de lecture : 5 minutes

Prévu début juillet, Aïd Al-Adha est non seulement une fête religieuse, mais aussi une tradition culturelle particulière. Pour cette célébratio…

Bac 2022 : coup d’envoi des épreuves de la session ordinaire

Temps de lecture : 4 minutes

La période des épreuves du baccalauréat est de retour. Comme chaque année, cette période est très stressante pour des milliers d’élèves qui amb…

Variole du singe : faut-il craindre une nouvelle épidémie ?

Temps de lecture : 4 minutes

En mai 2022, le Royaume-Uni a enregistré son premier cas de variole du singe. Une nouvelle qui a inquiété le monde entier, qui est une nouvelle…

Egalité dans l’héritage : le débat revient au devant de la scène

Temps de lecture : 5 minutes

La question de l’égalité dans l’héritage, entre femme et homme, continue de susciter une large polémique au Maroc entre intellectuels, chercheu…

Protection sociale : beaucoup reste à faire

Temps de lecture : 5 minutes

Accompagné des ministres Abdelouafi Laftit, Khalid Aït Taleb, Mohamed Sadiki, Fatim-Zahra Ammor et Faouzi Lekjaa, le chef du gouvernement a reç…