Temps de lecture : 7 minutes


Parlement : ressources hydriques et investissement au centre du discours royal

Temps de lecture : 7 minutes

Catégorie Politique , Gros plan

Temps de lecture : 7 minutes

Le discours adressé vendredi par le roi Mohammed VI devant les parlementaires à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature a mis le cap sur deux sujets prioritaires : l’eau et l’investissement. Le Roi a notamment insisté sur la mise en œuvre diligente du nouveau Plan national de l’eau, et a appelé à réaliser un saut qualitatif dans la promotion des investissements. Le point.

Temps de lecture : 7 minutes

C’est un discours qui cible les priorités urgentes du Royaume et appelle à la déclinaison effective des politiques publiques.

Dans son discours adressé, vendredi 14 octobre au Parlement, à  l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature, le roi Mohammed VI a soulevé deux dimensions déterminantes en matière de développement. La première concerne les ressources hydriques et qui touche tous les secteurs, sans aucune exception. Quant à la deuxième dimension, elle rappelle la nécessité de créer une nouvelle dynamique attractive aux investissements, aussi bien nationaux qu’internationaux.

Lire aussi : An 1 du gouvernement Akhannouch : un certain bilan

 

Le discours royal met en exergue l’importance des ressources hydriques

Dans son discours, le Roi a alerté quant à la problématique de gestion des ressources en eau qui se pose avec acuité d’autant plus que «le pays traverse actuellement la période la plus importante de stress hydrique depuis plus de trois décennies».  Cette sécheresse est attestée par le taux de remplissage des barrages qui ne dépasse pas les 25% contre quelques 40% à la même période de l’année dernière.

Le Souverain a souligné que «l’état actuel des ressources hydriques nous interpelle tous, gouvernement, institutions et citoyens », ajoutant qu’il « exige de nous, un devoir de vérité et de responsabilité, dans notre action pour remédier aux faiblesses et aux carences qu’elle révèle».

Il a ainsi appelé à un traitement diligent de la problématique de l’eau, dans toutes ses dimensions, et à rompre avec toutes les formes de gaspillage ou d’exploitation anarchique et irresponsable de cette ressource vitale.

Et comme les ressources hydriques sont essentielles à la vie tel que mentionné par le Souverain, il convient de noter que plusieurs mesures de portée socio-économique ont été entreprises par le Royaume pour juguler l’impact du déficit pluviométrique.

On en cite notamment le Plan de lutte contre les effets de la sécheresse, et le Programme national prioritaire de l’eau 2022-2027 dans le cadre duquel 50 nouveaux ouvrages de grande ou moyenne taille ont été érigés et 20 autres sont en cours.

Le troisième programme auquel le Maroc œuvre aujourd’hui est le nouveau Plan hydrique 2020-2050. Ce projet multidimensionnel tiendra compte à la fois de plusieurs variantes, dont les changements climatiques et leur impact sur le développement socio-économique du Maroc.

À cet égard, le Roi a tracé les principales orientations à suivre. Il s’agit tout d’abord de lancer des initiatives et des projets plus ambitieux, par le recours aux innovations et technologies nouvelles, dans le domaine de l’économie de l’eau et de la réutilisation des eaux usées.

Il est aussi question d’accorder une attention particulière à une exploitation rationnelle des eaux souterraines et à la préservation des nappes phréatiques, en mettant fin au phénomène de pompage illégal et au creusement de puits anarchiques.

Parmi les orientations figure aussi la nécessité de garder à l’esprit que la question de l’eau n’est pas l’affaire exclusive d’une politique sectorielle isolée, mais qu’elle constitue une préoccupation commune à de nombreux secteurs.

La quatrième orientation consiste à «prendre en compte le coût réel de l’eau à chaque étape de la mobilisation de cette ressource, de considérer ce que cela implique en termes de transparence et de sensibilisation aux différents aspects de ce coût».

Lire aussi : Ouverture du Parlement : le Roi priorise deux dossiers

 

Investissement, un volet décisif en matière de développement

Dans son discours, le Roi a insisté sur le rôle central de l’investissement productif. Celui-ci est considéré comme un «levier essentiel pour la relance de l’économie nationale et l’ancrage du Maroc dans les secteurs prometteurs».

II s’agit de miser sur des filières offrant des opportunités d’emploi aux jeunes et assurant des sources de financement aux différents programmes sociaux et de développement.

La nouvelle charte d’investissement doit «donner une impulsion tangible à l’attractivité du Maroc pour les investissements privés, tant nationaux qu’étrangers». Les centres régionaux des investissements doivent être le moteur dans le processus de création d’une nouvelle dynamique, tout en consolidant les acquis en matière du climat des affaires.

Le Souverain a également insisté sur la nécessité de la mise en œuvre effective de la charte de déconcentration administrative et les autres mesures d’accompagnement telles que la simplification et la digitalisation des procédures. Le renforcement de la confiance de ceux qui veulent opérer des investissements productifs dans le Royaume est l’objectif principal de ce processus avec la responsabilisation de tous les intervenants. C’est notamment le cas du secteur bancaire et financier national qui se doit de «soutenir et financer la nouvelle génération d’entrepreneurs et d’investisseurs, notamment les jeunes, ainsi que les PME».

Interrogé par LeBrief, Nabil Jedlane, professeur d’économie et de finance à l’École nationale de commerce et de gestion (ENCG), estime que «les institutions financières et notamment le secteur bancaire devraient jouer leur rôle citoyen en tant qu’intermédiaire financier et surtout contribuer à l’amélioration de l’inclusion financière des micros, petites et moyenne entreprises (MPME). L’administration au niveau national mais également régional à travers entre autres les CRI, doit assurer un meilleur accompagnement du secteur privé et faciliter au maximum l’acte d’investir».

Tout en rappelant l’importance du potentiel dont dispose la communauté marocaine résidant à l’étranger, en matière d’investissement, le Roi a ouvertement interpellé le gouvernement, les secteurs privés et bancaires, à traduire leurs engagements dans un Pacte national pour l’investissement. Objectif : mobiliser 550 milliards de DH d’investissements et créer 500.000 emplois, au cours de la période 2022-2026.

De son côté, Abdellah El Fergui, président de la Confédération marocaine des TPE/PME, appelle dans un communiqué, le gouvernement et le patronat à tenir compte que «plus de 95% de l’ensemble du secteur privé au Maroc est constitué des TPE qui sont délaissées et que le patronat ne représente plus tout le secteur privé».

Il estime que pour atteindre les objectifs de la Nouvelle Charte de l’Investissement, «il faut intégrer les TPE qui constituent plus de 4 millions, alors que les PME pas plus de 30 milles et les grandes entreprises moins de 500».

«Si on veut créer des centaines de milliers de postes d’emplois pour les jeunes, doubler l’investissement privé par rapport au public et trouver des sources de financement aux différents programmes sociaux et de développement, il faut donner la voix aux TPE et les intégrer dans tous les programmes et institutions», insiste-t-il.

Lire aussi : Parlement : une rentrée « normale » dans un contexte de crise

 

Lire l’interview complète de Nabil Jedlane sur la place du secteur privé marocain:

Le Maroc reconsidère son partenariat avec le Parlement européen

Le Maroc rejette les critiques du Parlement européen

Une nouvelle fois, l'institution législative européenne adopte un texte très dur envers le Royaume. Les députés européens ont vivement critiqué la détérioration de la liberté de la…
Sahara, Maroc-UE… les dernières révélations de Aziz Akhannouch

Sahara, Maroc-UE… les dernières révélations de Aziz Akhannouch

Pour la première fois depuis la prise de sa fonction, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, accorde une interview exclusive à un média étranger. Il s’agit du journal français L…
Le 11 janvier 1944 : un tournant de l’histoire du Maroc

Le 11 janvier 1944 : un tournant dans l’histoire du Maroc

Le 11 janvier est une date célébrée chaque année au Maroc. Elle constitue un tournant dans l’histoire du Royaume. Cette année 2023, on commémore le 79ᵉ anniversaire de la présentat…
Maroc-Israël : des perspectives prometteuses, selon Simon Skira

Maroc-Israël : des perspectives prometteuses, selon Simon Skira

LeBrief : Le mois de décembre dernier a vu la célébration des deux ans de reprise des relations entre le Maroc-Israël. Quel bilan faites-vous ? Simon Skira : Le Maroc et Israël ont…
Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

Le Maroc a accueilli, le 5 janvier, le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères, Josep Borrell. Il s’agit de la première visite officielle du repré…
Sahara : l’UE soutient fortement le Maroc

Le Maroc et l’UE déterminés à renforcer leurs relations

Le Maroc, premier partenaire économique et commercial de l’Union européenne sur le continent africain, a été choisi par Josep Borrell pour son premier déplacement à l’étranger de l…

2022 : l’année des succès diplomatiques

Le Maroc a réalisé des succès majeurs en 2022 par rapport à la question du Sahara. 40% des États africains et cinq groupements régionaux ont désormais des consulats à Laâyoune et D…
Israël-Maroc : coopération bilatérale dans le domaine de la logistique

Maroc-Israël : deux ans de coopération tous azimuts

La visite d'une délégation américano-israélienne de haut niveau, à Rabat le 22 décembre 2020, avait abouti à la publication d'une Déclaration conjointe co-signé par l'ex chef du go…