Variole du singe

Temps de lecture : 4 minutes


Monkeypox : les Marocains doivent-ils s’inquiéter ?

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Apparu au Royaume-Uni, le premier cas de la variole du singe a été signalé le 6 mai dernier. Après son apparition dans certains pays européens et en Amérique du Nord, le Maroc a enregistré, ce jeudi, le premier cas, confirmé par les autorités sanitaires. Une nouvelle bouleversante pour les Marocains, qui ne savent plus à quoi s’attendre. Faut-il s’inquiéter ? Sommes-nous face à une nouvelle pandémie ? Y aura-t-il un confinement ? Le point avec Tayeb Hamdi, médecin et chercher en politiques de santé.

Temps de lecture : 4 minutes

La variole du singe ou « Monkeypox » est une infection qui se transmet à l’être humain par le biais des animaux sauvages, primates ou rongeurs. Ses symptômes se traduisent par des éruptions cutanées, des gonflements de ganglions lymphatiques, de la fièvre, des maux de tête, de la fatigue ou des douleurs dorsales et musculaires.

L’existence de cette maladie a été signalée dans plusieurs pays du monde, notamment en Europe, en Amérique et en Afrique. Le Maroc n’a pas fait l’exception, puisqu’il a confirmé son premier cas de contamination ce jeudi. Le ministère de la Santé a rendu public un communiqué, indiquant : «dans le cadre du dispositif national de vigilance et de surveillance épidémiologique, et en application de sa politique de communication, le ministère de la Santé et de la Protection sociale annonce à la connaissance de l’opinion publique que, le jeudi 2 juin 2022, le premier cas certifié de Monkeypox a été enregistré». Il a souligné que le cas recensé est en provenance d’un pays européen.

Il s’agit d’une nouvelle inquiétante pour les Marocains, qui s’apprêtent à profiter de la saison estivale. Aussi, la résurgence de cette maladie intervient au moment où le Maroc se prépare à recevoir les touristes et à lancer l’opération Marhaba 2022.

Lire aussi : Variole du singe : l’OMS plaide pour le soutien des pays africains

 

Afin de mieux comprendre les directives mises en place par l’État, la rédaction LeBrief a sollicité, Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques de santé. Il nous explique que le premier cas de variole du singe détecté au Maroc est «un cas importé, ce qui veut dire, sur le plan épidémiologique, que c’est un cas qui a été contaminé à l’étranger et a été détecté au Maroc». Cela montre l’efficacité du système de surveillance et de veille mis en place par le Maroc, rassure le médecin. «À chaque fois qu’il y a des symptômes de la maladie, notamment la fièvre, les douleurs et les tâches cutanées, il faut consulter un professionnel de santé. Ce dernier va suivre des directives pour prendre en charge les cas suspects et, aussi, faire les analyses pour confirmer la contamination ou l’infirmer», explique-t-il.

Lire aussi : Variole du singe : premier cas confirmé au Maroc

Cas de contamination confirmé : les démarches à suivre

Par rapport au cas détecté au Maroc, le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, a souligné l’importance du processus de surveillance de ce virus. «L’activation du processus de surveillance du virus Monkeypox se poursuit le plus sérieusement possible, d’autant plus que nous sommes en pleine saison touristique. Une période caractérisée par un mouvement très important de personnes», ajoute-t-il.

Pour les personnes qui ont été en contact avec le cas infecté au Monkeypox, elles sont soumises à un isolement d’une période de 15 jours. De plus, le traitement adopté par les professionnels de santé mène à des résultats satisfaisants, rassure Baitas.

Rappelons qu’en France, les personnes contaminées ont été vaccinées à l’hôpital Bichat à Paris. La haute autorité de santé (HAS) avait recommandé aux citoyens français d’administrer les vaccins, idéalement, quatre jours après le contact à risque et au maximum 14 jours après.

En outre, Tayeb Hamdi précise que «les traitements antiviraux et les vaccins qui étaient utilisés contre cette maladie ont prouvé une efficacité de 85%. Il est, donc, possible de vacciner les contacts à risque contre la variole». En ajoutant que cela ne doit pas précipiter les mesures restrictives (confinement, gestes-barrières, etc). En effet, il s’agit d’un virus connu depuis presque 70 ans, dont la transmission interhumaine est difficile.

In fine, la vigilance reste la solution la plus utile contre toutes les infections. L’expert rappelle qu’il faut «respecter les mesures barrières et les règles de base de l’hygiène et, particulièrement, consulter un professionnel de santé si ces symptômes apparaissent».

Maroc, Monkeypox, OMS, variole du singe

Recommandé pour vous

Drame de Melilia : retour sur ce qui s’est passé

Temps de lecture : 6 minutes

Les opérations dissuasives menées par les forces de l’ordre marocaines et espagnoles ne découragent pas les candidats à la migration illégale. …

Eaux de baignade : 88,14% des plages marocaines déclarées conformes

Temps de lecture : 5 minutes

La saison estivale 2022 est marquée par la relance du secteur touristique. L’ouverture des frontières maritimes et aériennes, ainsi que le lanc…

Covid-19 : une nouvelle vague s’installe au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

Le Maroc enregistre une nouvelle détérioration de la situation épidémiologique. Bien que le nombre d’infections ne soit pas encore alarmant, ma…

Harcèlement sexuel : comprendre l’affaire Jacques Bouthier

Temps de lecture : 4 minutes

Emprisonné en France depuis mai dernier, l’ancien PDG du groupe Assu 2000, rebaptisé Vilavi, a fait l’objet de quatre plaintes déposées par de …

Étudiants marocains d’Ukraine, un dossier qui sera résolu en juillet

Temps de lecture : 6 minutes

Le dossier des étudiants marocains rentrés d’Ukraine sera définitivement réglé en juillet prochain. C’est ce qu’a indiqué, mardi 21 juin à Raba…

Maroc : l’abolition de la peine de mort n’est toujours pas envisagée

Temps de lecture : 5 minutes

Au Maroc, bien que les peines de mort soient encore prononcées, leurs exécutions sont toujours reportées. Depuis les exécutions effectuées en 1…

Code pénal : le CNDH présente un projet d’avis sur les peines alternatives

Temps de lecture : 5 minutes

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a examiné, samedi 18 juin, à Rabat, lors de la 8eme session de son assemblée générale ordinair…

Aïd Al-Adha : quid des prix du cheptel

Temps de lecture : 5 minutes

Prévu début juillet, Aïd Al-Adha est non seulement une fête religieuse, mais aussi une tradition culturelle particulière. Pour cette célébratio…

Bac 2022 : coup d’envoi des épreuves de la session ordinaire

Temps de lecture : 4 minutes

La période des épreuves du baccalauréat est de retour. Comme chaque année, cette période est très stressante pour des milliers d’élèves qui amb…

Variole du singe : faut-il craindre une nouvelle épidémie ?

Temps de lecture : 4 minutes

En mai 2022, le Royaume-Uni a enregistré son premier cas de variole du singe. Une nouvelle qui a inquiété le monde entier, qui est une nouvelle…

Egalité dans l’héritage : le débat revient au devant de la scène

Temps de lecture : 5 minutes

La question de l’égalité dans l’héritage, entre femme et homme, continue de susciter une large polémique au Maroc entre intellectuels, chercheu…

Protection sociale : beaucoup reste à faire

Temps de lecture : 5 minutes

Accompagné des ministres Abdelouafi Laftit, Khalid Aït Taleb, Mohamed Sadiki, Fatim-Zahra Ammor et Faouzi Lekjaa, le chef du gouvernement a reç…