Variole du singe

Temps de lecture : 5 minutes


Variole du singe : l’OMS plaide pour le soutien des pays africains

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Afrique , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les contaminations à la variole du singe ont atteint 550 cas avérés dans 30 pays à travers le monde. Sept de ces pays sont africains, et ont signalé près de 1.400 cas de variole du singe, dont 1.392 suspects et 44 confirmés, depuis le début de l’année. L’OMS a ainsi appelé les pays occidentaux à mener des actions mondiales conjointes qui tiennent compte de l’expérience, de l’expertise et des besoins de l’Afrique contre cette maladie.

Temps de lecture : 5 minutes

«Nous comptons aujourd’hui plus de 550 cas confirmés dans 30 pays répartis dans quatre des six régions que couvre l’Organisation mondiale de la santé (OMS)». C’est ce qu’a annoncé ce mardi, Rosamund Lewis, responsable technique pour la variole du singe à l’OMS.

Pour l’agence onusienne, il est désormais impératif de surveiller de près l’apparition des symptômes de cette maladie. Elle cite en exemple des éruptions cutanées, de la fièvre, des gonflements de ganglions lymphatiques, des maux de tête, des douleurs dorsales et musculaires ou encore de la fatigue. L’OMS appelle toute personne présentant ces symptômes à réaliser immédiatement un test de dépistage.

Lire aussi : Variole du singe : comment contrer cette nouvelle crise sanitaire ?

 

Plusieurs cas signalés en Afrique

Depuis le début de 2022, sept pays africains ont signalé à l’OMS près de 1.400 cas de variole du singe, dont 1.392 suspects et 44 confirmés. Ces infections ont été recensées au Cameroun, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, au Liberia, au Nigeria, en République du Congo et en Sierra Leone.

Pour le moment, le nombre de contaminations est légèrement inférieur à la moitié des cas signalés en 2021. De plus, le virus n’a pas touché d’autres pays du continent. Par contre, dans les pays où la variole du singe est en circulation, sa progression s’est largement étendue ces dernières années. Par exemple, au Nigeria, cette maladie s’était principalement répandue dans le sud du pays en 2019. Mais depuis 2020, elle s’est déplacée dans le centre, l’est et le nord du pays.

Lire aussi : Variole du singe : y a-t-il un danger pour les animaux de compagnie?

 

Une progression atypique

L’OMS et ses partenaires essaient toujours de comprendre l’ampleur et la cause de cette nouvelle flambée mondiale de la variole du singe. Une progression que l’agence onusienne qualifie d’atypique, car de nombreux cas sont signalés dans des pays qui n’ont jamais connu cette maladie. Plus mystérieux encore, le virus a touché des personnes qui n’ont jamais mis les pieds dans des zones endémiques.

Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS Afrique, a appelé à une mobilisation mondiale et commune contre cette maladie. «Nous devons éviter d’avoir deux réponses différentes à la variole du singe : une pour les pays occidentaux qui font face pour la première à cette maladie et une autre pour l’Afrique», a-t-il déclaré.

«Nous devons travailler ensemble et mener des actions mondiales conjointes qui tiennent compte de l’expérience, de l’expertise et des besoins de l’Afrique», ajoute Moeti. Il estime que c’est la seule façon de renforcer la surveillance de cette maladie et de mieux comprendre son évolution, «tout en intensifiant la préparation et la réponse pour enrayer toute nouvelle propagation».

Dr Matshidiso Moeti a par ailleurs souligné que l’Afrique a réussi à contenir les épidémies de variole du singe par le passé. Il a également avancé que les données disponibles sur ce virus indiquent qu’il est possible d’arrêter l’augmentation du nombre de cas par la vaccination.

En revanche, poursuit le responsable, «il est essentiel que le continent (Afrique) ait un accès égal à des vaccins efficaces contre la variole du singe. Et, il est obligatoire que nous veillions à ce que les doses de vaccin atteignent toutes les communautés qui en ont besoin. Si certaines parties du continent ont pu acquérir une certaine immunité contre la maladie, d’autres restent vulnérables, notamment les personnels de la santé et les cas contacts».

Lire aussi : Variole du singe : le Maroc hausse le niveau de surveillance aux frontières

 

Origine de la variole du singe

Pour rappel, la variole du singe a été détectée pour la première fois chez l’homme en 1970 en Afrique. Depuis, la plupart des rares cas d’infection ont été signalés dans les zones rurales et les forêts tropicales. Cependant, en 2017, il y a eu une montée en flèche des contaminations à ce virus, avec plus de 2.800 cas suspects identifiés dans cinq pays.

Cette flambée s’est poursuivie, atteignant en 2020 plus de 6.300 cas suspects, la République démocratique du Congo représentant 95% de ce total. Les contaminations ont ensuite chuté en 2021 pour atteindre environ 3.200 cas suspects.

Bien que les raisons de ces pics épidémiologiques restent inconnues, plusieurs experts les imputent à la déforestation et à l’empiètement de l’Homme sur les habitats des animaux infectés par la variole du singe.

 

Notons enfin que l’OMS, en coordination avec les pays africains, les institutions régionales et les partenaires techniques et financiers, soutient les efforts visant à renforcer le diagnostic en laboratoire et la surveillance de cette maladie. Elle exhorte aussi à la mise en place de protocole et de mesures d’intervention afin de prévenir de nouvelles infections.

OMS, afrique, variole du singe

Recommandé pour vous

Economie africaine : Le secteur privé doit jouer un rôle moteur

Temps de lecture : 2 minutes

Pendant que les ministres des finances du Comité F15 de l’Union africaine étaient en conclave à Rabat en début de semaine, des chefs d’États et…

IDE mondiaux : l’Afrique tire son épingle

Temps de lecture : 3 minutes

Après l’effondrement (-35%) des flux d’investissement directs étrangers (IDE) dans le monde, provoqué par la pandémie, le rebond est tout aussi…

Accès à l’électricité : l’énorme chantier africain

Temps de lecture : 5 minutes

568 millions d’Africains n’ont toujours pas accès à l’électricité alors que le continent dispose de grands gisements de pétrole, gaz et charbon…

Sécurité alimentaire : quelle riposte à la dépendance du blé russe et ukrainien ?

Temps de lecture : 3 minutes

Au Bénin, au Sénégal, en Egypte ou encore en RDC, des pays qui dépendent entre 65% et 100% du blé ukrainien et russe, le conflit entre les deux…

Économies africaines : la lourde facture des crises successives et du changement climatique

Temps de lecture : 2 minutes

Les ministres des finances et les banquiers centraux africains sont repartis d’Accra où se tenaient les assemblées annuelles de la BAD quelque …

Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie se disputent l’accueil de l’Agence africaine des médicaments

Temps de lecture : 5 minutes

La détermination de l’accueil du siège permanent de l’Agence africaine des médicaments (AMA) devrait être tranchée lors du prochain sommet de l…

Crise climatique : l’Afrique pourrait lutter contre le réchauffement de la planète

Temps de lecture : 6 minutes

Bien qu’elle ait enregistré les émissions par habitant les plus faibles de toutes les régions du monde depuis 1960, l’Afrique subit une augment…

Sécurité alimentaire : la mobilisation se renforce

Temps de lecture : 2 minutes

À la veille des assemblées générales de la Banque africaine de développement (BAD) à Accra (23-27 mai), le conseil d’administration de la Banqu…

Guerre en Ukraine : le conflit pourrait accélérer les fractures ou renforcer la cohésion africaine

Temps de lecture : 4 minutes

L’inflation est désormais plus que palpable dans les économies africaines. Elle s’est accélérée à 5,3% en mars sur un an au Maroc. Dans la zone…

Marché du travail : la succession des chocs creuse les inégalités

Temps de lecture : 3 minutes

Malgré le retour de l’inflation, le marché du travail reste très dynamique dans les économies développées. Les États-Unis sont quasiment au pl…

Dépenses militaires : les Africains à la traîne

Temps de lecture : 3 minutes

Les dépenses exceptionnelles occasionnées par la crise du coronavirus et les arbitrages pour y faire face n’ont pas freiné la course à l&rsquo…

Dette africaine : les alertes se multiplient

Temps de lecture : 3 minutes

Les gouvernements africains ont emprunté en masse pour financer la riposte contre le covid-19 et l…