Temps de lecture : 2 minutes

Accueil / Société / Lutte conte la corruption : le Maroc chute de trois places en 2023

Lutte conte la corruption : le Maroc chute de trois places en 2023

Temps de lecture : 2 minutes

En Bref

Temps de lecture : 2 minutes

Dans un communiqué publié ce mardi, la branche marocaine de Transparency International a lancé un avertissement sévère, affirmant que la corruption représente une menace sérieuse pour la stabilité du Maroc. Cette déclaration intervient dans un contexte où le pays a connu un recul notable dans le classement annuel mondial de l’ONG, qui évalue la perception de la corruption dans le secteur public de 180 pays. Le Maroc, en perdant trois places par rapport à l’année précédente, se trouve désormais à la 97ᵉ position, marquant une chute de 24 places au cours des cinq dernières années.

Transparency International a mis en évidence le caractère « systémique et endémique » de la corruption au Maroc, soulignant son impact dévastateur sur la stabilité sociale, économique et politique du pays. L’ONG a également critiqué l’économie de rente et la protection des activités illicites, qui sont encouragées par ce fléau.

Ce que recommande l’ONG

Cette annonce survient dans un climat déjà tendu, marqué par plusieurs scandales de corruption qui ont ébranlé la sphère politique marocaine. Parmi ces affaires, celle impliquant Saïd Naciri, président du Conseil préfectoral de Casablanca et patron du Wydad Casablanca, ainsi que Abdennabi Biioui, président du Conseil régional de l’Oriental. Ces deux élus, en détention depuis le 22 décembre, sont suspectés d’avoir joué un rôle majeur dans le réseau d’un baron de la drogue malien, Ahmed Ben Brahim, surnommé le « Pablo Escobar du Sahara ».

En outre, Transparency Maroc a relevé que 29 parlementaires ont été impliqués dans des affaires de corruption présentées devant la justice ces dernières années. Ces cas soulignent une tendance inquiétante au sein du gouvernement et mettent en lumière la nécessité de mesures plus strictes contre la corruption.

Face à cette situation, Transparency International appelle le gouvernement à adopter un « corpus juridique anticorruption » plus rigoureux. L’organisation insiste particulièrement sur la mise en place de lois contre le conflit d’intérêt et l’enrichissement illicite. Ces mesures sont jugées cruciales pour combattre efficacement la corruption et restaurer la confiance dans les institutions publiques.

Laissez-nous vos commentaires

Temps de lecture : 2 minutes

La newsletter qui vous briefe en 5 min

Chaque jour, recevez l’essentiel de l’information pour ne rien rater de l’actualité


Et sur nos réseaux sociaux :

corruption

Fortes rafales attendues dimanche, ADM appelle à la vigilance

Suite au bulletin d’alerte publié ce samedi, la Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) recommande vivement aux usagers de l’axe aut…
corruption

Service militaire 2024 : les détails à connaître sur le recensement

L'opération de recensement en vue du service militaire pour l'année 2024 a été officiellement lancée ce vendredi et se déroulera jusqu'au 29…
corruption

#MoudawanaKanTsana : campagne pour la réforme du Code de la famille en faveur de l’égalité et de l’intérêt de l’enfant

#MoudawanaKanTsana est une campagne de mobilisation pour une réforme du Code de la famille visant à promouvoir l'intérêt supérieur de l'enfa…
corruption

Aide au logement : près de 52.000 demandes enregistrées

Le ministre délégué chargé des relations avec le parlement et porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, a annoncé une hausse des demand…
corruption

Morocco Gaming Expo : 1er salon des jeux électroniques au Maroc

Le Maroc se prépare à accueillir sa toute première édition du salon des jeux électroniques, le «Morocco Gaming Expo», du 24 au 26 mai à Raba…
corruption

Animation socioculturelle : la professionnalisation du métier en marche

Cette journée de jeudi a marqué le lancement du programme de professionnalisation du métier d'animation socioculturelle à Rabat, réunissant …
corruption

L’ex parlementaire Abdelkader Boussairi condamné à 5ans de prison

La Cour d'appel de Fès a rendu son verdict mercredi 28 février 2024, condamnant l'ancien parlementaire socialiste Abdelkader Boussairi à cin…
corruption

Royal Air Maroc et Visa : lancement de cartes bancaires co-brandées

Dans une alliance stratégique, Royal Air Maroc et Visa, Attijariwafa Bank et Bank Of Africa dévoilent une série de cartes bancaires co-brand…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire