Temps de lecture : 2 minutes


L’origine de la tragédie

Temps de lecture : 2 minutes

Catégorie Société , eBook

Temps de lecture : 2 minutes

L’”Origine de la tragédie” (Die Geburt der Tragödie) est une œuvre du philosophe allemand Friedrich Nietzsche, publiée en 1872 alors qu’il n’avait que 28 ans. L’ouvrage développe la thèse selon laquelle deux grandes forces opposées gouvernent l’art : le dionysiaque et l’apollinien. Ces deux forces, unies un temps dans la tragédie grecque, auraient été à nouveau séparées par le triomphe de la rationalité avec Euripide et Socrate. Nietzsche espérait alors retrouver l’union du dionysiaque et de l’apollinien chez Wagner à qui est dédiée la Naissance de la tragédie : «Nous aurons beaucoup fait pour la science esthétique, quand nous en serons arrivés non seulement à l’observation logique, mais encore à la certitude immédiate de cette prise de position selon laquelle le développement de l’art est liée à la dualité du dionysien et de l’apollinien : de la même manière que la dualité des sexes engendre la vie au milieu de luttes continuelles et par des rapprochements seulement périodiques.»

Cet essai analyse les processus de création selon deux voies explorées par les Grecs, l’apollinien et le dionysiaque. D’un côté le monde imaginaire et idéal, où la beauté des formes conduit à une perception de l’immuable, de l’autre la folie destructrice, qui entretient un lien intime avec l’acte créateur.

“L’origine de la tragédie” (1872), Friedrich Nietzsche, Traduction de J. Marnold et J. Morland (1906), Édition électronique v.: 1,0 : Les Échos du Maquis, 2011.

 


Recommandé pour vous

Le Soleil d’Allah brille sur l’Occident

Temps de lecture : 1 minute

Alors que l’Europe se débattait dans un Moyen Âge de conflits et de blocages, le monde ara…

L’amour aux temps du choléra

Temps de lecture : 2 minutes

Dans une petite ville des Caraïbes, à la fin du siècle dernier, un jeune télégraphiste, pauvre,…

Les grandes espérances

Temps de lecture : 1 minute

Le nom de famille de mon père étant Pirrip, et mon nom de baptême Philip, ma langue enfantine ne…

Une chambre à soi

Temps de lecture : 1 minute

Bravant les conventions avec une irritation voilée d’ironie, Virginia Woolf rappelle dans …

Les Arabes, leur destin et le nôtre

Temps de lecture : 2 minutes

Depuis des décennies, l’actualité occidentale offre l’image d’un monde arabe …

Soufi, mon amour

Temps de lecture : 1 minute

Ella Rubinstein a en apparence tout pour être heureuse : une jolie maison dans le Massachusetts,…

Sa Majesté des Mouches

Temps de lecture : 1 minute

«Et si j’écrivais l’histoire de jeunes garçons sur une île ? Je les laisserais se co…

L’insoutenable légèreté de l’être

Temps de lecture : 1 minute

«Qu’est-il resté des agonisants du Cambodge? Une grande photo de la star américaine tenant…

Alamut

Temps de lecture : 1 minute

«Je partage l’humanité en deux catégories fondamentalement différentes : une poignée de gens qui…

Mille soleils splendides

Temps de lecture : 1 minute

Forcée d’épouser un homme de trente ans son aîné, Mariam ne parvient pas à lui donner un f…

Ils se battent comme des soldats, ils meurent comme des enfants

Temps de lecture : 1 minute

Dans plus de trente conflits mondiaux, les gouvernements comme les acteurs non gouvernementaux o…

Regardez-nous danser

Temps de lecture : 2 minutes

«Année après année, Mathilde revint à la charge. Chaque été, quand soufflait le chergui et que …