Temps de lecture : 2 minutes

Climat : le dialogue de sourds

Temps de lecture : 2 minutes

Temps de lecture : 2 minutes

Alors qu’environ 600 millions d’africains n’ont pas accès à l’électricité, les pays d’Afrique défendent une transition énergétique juste. D’autant plus que les européens n’ont pas hésité à relancer les centrales à charbon face à la crise énergétique. Le développement de du continent ne peut pas reposer sur des promesses non tenues jusqu’ici.

Temps de lecture : 2 minutes

Avec la crise de l’énergie, les centrales à charbon ont repris du service en Europe. Les européens se préparent à un possible arrêt de l’approvisionnement de gaz en provenance de Russie et à de probables délestages cet hiver. Face à la conjoncture, les préoccupations climatiques ont donc été reléguées au second plan.

À la COP 27 en Egypte, les dirigeants africains dénoncent une certaine hypocrisie des occidentaux. Alors qu’environ 600 millions d’africains n’ont pas accès à l’électricité, «il est légitime, juste et équitable que l’Afrique, continent le plus en retard sur le processus d’industrialisation, continent le moins pollueur, exploite ses ressources pour disposer d’une énergie de base afin d’améliorer la compétitivité de son économie et réaliser l’accès à l’électricité», avait défendu Macky Sall, le président du Sénégal et de l’Union africaine, à l’assemblée générale de l’ONU en septembre dernier. D’une certaine façon, le développement de l’Afrique ne peut pas reposer sur des promesses non tenues jusqu’ici. C’est bien le double langage des dirigeants occidentaux qui est fustigé par les pays africains.

 

Des financements promis qui n’arrivent pas

Responsable de moins de 4% des émissions de gaz à effet de serre, le continent se retrouve en première ligne d’une crise qu’il n’a pas créé et pour laquelle les pays consacrent annuellement jusqu’à 5% du PIB. Les financements promis, eux, arrivent au compte-goutte. Les pays du Nord s’étaient engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour la transition écologique et l’adaptation dans les pays du Sud. Aujourd’hui, le compte n’y est pas. Pendant ce temps, la facture flambe. Les pays du Sud auront besoin de plus de 2.000 milliards de dollars par an d’ici à 2030 pour financer leur action climatique, révèle un rapport commandé par la présidence de la COP.

Recommandé pour vous


Tunisie : abstention record aux élections sur fond de crises politique et économique

Tunisie : abstention record aux élections sur fond de crises politique et économique

Les Tunisiens, davantage préoccupés par les problèmes économiques, ont mass…

Le pape François arrive à Kinshasa, première étape de sa visite africaine

Le pape François arrive à Kinshasa, première étape de sa visite africaine

Le pape François est arrivé, ce mardi 31 janvier à Kinshasa, pour une visit…

Comment donner de la valeur ajoutée aux produits agricoles cultivés sur le continent ?

Comment donner de la valeur ajoutée aux produits agricole ?

L’agriculture est au cœur des économies africaines. Près de 60% de la popul…

Libye/Italie : accord "historique" entre Eni et la NOC dans le secteur gazier

Libye-Italie : accord « historique » entre Eni et la NOC dans le secteur gazier

Les patrons du géant italien des hydrocarbures Eni et de la Compagnie natio…

Mehdi Tazi photo

Axa Assistance Maroc tisse sa toile en Afrique, entretien avec Mehdi TAZI

Pourriez-vous présenter Axa Assistance Maroc et la logique de l’opération r…

Monument des martyrs, Ouagadougou, Burkina Faso

Burkina Faso : l’instabilité sociopolitique et l’insécurité grèvent la croissance

Avec la juxtaposition des chocs, les pays africains les plus diversifiés ré…