Aller au contenu principal

Selon un rapport australien la civilisation humaine s'éteindra en 2050

Des scénarios climatiques excessivement conservateurs annoncent que nous pourrions faire face à un "monde complètement chaotique", selon une analyse rédigée par un ancien dirigeant du secteur des combustibles fossiles et soutenue par l'ancien chef des forces armées australiennes.

Par Nora Jaafar, Publié le 06/06/2019 à 12:27, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

La civilisation humaine telle que nous la connaissons a peut-être déjà atteint ses dernières décennies, prévient un nouveau rapport inquiétant qui examine l'avenir probable de l'habitabilité de notre planète.

 

Les impacts de plus en plus désastreux de la crise climatique, associés à l'inaction pour la contrer, plongent notre planète dans un monde de plus en plus chaotique qui pourrait submerger les sociétés du monde entier, soutiennent les auteurs du rapport.

 

Le document, produit par le groupe de réflexion basé à Melbourne, le Breakthrough National Centre for Climate Restoration, est présenté par l'ancien chef des Forces de défense australienne et amirale à la retraite de la Marine royale australienne, Chris Barrie.

 

Dans son introduction, il dit que les auteurs du rapport "ont mis à nu la vérité absolue sur la situation désespérée dans laquelle se trouvent les êtres humains et notre planète, en dépeignant de la manière la plus horrible possible la réelle possibilité que la vie humaine sur Terre soit en voie de disparition".

 

L'article affirme que " le changement climatique représente maintenant une menace existentielle à court et moyen terme pour la civilisation humaine ", et il réclame un rééquilibrage de la manière dont les gouvernements réagissent aux scénarios climatiques prévisionnels, de façon à prendre plus sérieusement en considération les pronostics pessimistes.

 

Il soutient également que les effets néfastes de la dégradation du climat, tels que la raréfaction croissante de la nourriture et de l'eau, joueront un rôle catalyseur dans les instabilités sociopolitiques existantes et accéléreront les troubles et conflits pendant les trois décennies qui viennent.

 

Pour se préparer efficacement à un tel impact, le rapport appelle à une refonte de la gestion des risques dans les pays " qui est fondamentalement différente des pratiques conventionnelles ".

 

La recherche a été rédigée par David Spratt, directeur de recherche de Breakthrough, et Ian Dunlop, ancien dirigeant international de l'industrie du pétrole, du gaz et du charbon, qui travaillait pour Royal Dutch Shell et était président de l'Australian Coal Association.

 

Leur article propose ce qu'ils disent être un scénario plausible offrant "un aperçu d'un monde complètement chaotique".

 

Se fondant sur l'absence d'une action mondiale significative pour éteindre rapidement toutes les émissions de gaz à effet de serre au cours de la prochaine décennie, les auteurs ont tracé un scénario dans lequel les émissions mondiales atteindront un pic en 2030.

 

Dans ce cas, en utilisant plusieurs études existantes, ils émettent l'hypothèse que les températures mondiales moyennes pourraient atteindre 3°C au-dessus des niveaux préindustriels d'ici 2050.

 

Cela aurait pour effet de réaliser le scénario de la "Terre de serre" dans lequel la planète se dirigerait vers au moins un autre degré de réchauffement.

 

La glace de mer réfléchissante fondrait, ce qui aurait pour effet de réchauffer davantage les océans et d'élever rapidement le niveau de la mer. Il y aurait " une perte généralisée du pergélisol et une sécheresse et un dépérissement à grande échelle en Amazonie ".

 

Le scénario se lit comme suit : "La déstabilisation du jet-stream a considérablement affecté l'intensité et la répartition géographique des moussons asiatiques et ouest-africaines et, avec le ralentissement du Golfe-stream, affecte les systèmes de survie en Europe".

 

"L'Amérique du Nord souffre de conditions climatiques extrêmes dévastatrices, notamment des incendies de forêt, des vagues de chaleur, des sécheresses et des inondations. Les moussons d'été en Chine ont chuté, et les flux d'eau dans les grands fleuves d'Asie sont fortement réduits par la perte de plus d'un tiers de toute la calotte glaciaire himalayenne.

 

"La perte glaciaire atteint 70 % dans les Andes, et les précipitations au Mexique et en Amérique centrale diminuent de moitié."

 

Ce scénario indiquerait également que le monde est sur la voie d'un réchauffement de 5C d'ici 2100.

Classes sociales : la dangereuse fracture

La haine des riches contre le mépris des pauvres. La société marocaine vit sous l’impulsion de dang...

Royaume-Uni : quelles sont les conditions pour s’y rendre depuis le Maroc ?

Alors que le monde continue de se déconfiner progressivement, de nombreuses personnes en profitent pour partir à l’étranger ou réserver des vacances, notamment au Royaume-Uni. Toutefois, ce pays est d...

Aïd Al-Adha : 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins identifiées

Dans le cadre des préparatifs de Aïd Al-Adha 1442, l’opération d’identification des bêtes se poursuit. En effet, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationa...

Plus de 87% des eaux des plages marocaines conformes

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport nationa...

Quel avenir pour la Radio au Maroc ? (avec Imad Kotbi)

Du jonglage au DJing en passant par la RNT, Imad nous fera voyager avec lui depuis ses débuts et sa formation, jusqu’à cette époque où la Radio évolue et ses méthodes aussi. Comment a-t-il débuté ? Qu...

Marhaba 2021 : quand le Maroc tend les bras à ses immigrés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi un projet de décret instituant « une indemnité de tr...