Aller au contenu principal

Gazoduc Nigeria-Maroc : pleins gaz sur un projet géostratégique

Le roi Mohammed VI et le président du Nigéria Muhammadu Buhari se sont entretenus ce dimanche 31 janvier. Lors d’un appel téléphonique, les deux dirigeants se sont félicités de la dynamique positive que connaissent les relations bilatérales entre leurs deux pays depuis 2016. Ils ont de plus exprimé leur volonté de mener à bout leurs projets stratégiques communs, notamment la réalisation du Gazoduc Nigéria-Maroc. Ce chantier, l’un des plus ambitieux d’Afrique de l’Ouest, couvrirait un itinéraire de 5.660 kilomètres et transporterait le gaz naturel du Nigéria en connectant 13 pays africains avec un prolongement vers l'Europe. Quel sera l’impact géostratégique de ce gazoduc ? Et quels seront ses avantages pour le Royaume ?

Par Nora Jaafar, Publié le 01/02/2021 à 15:26, mis à jour le 01/02/2021 à 19:47
         Temps de lecture 5 min.
Teaser Media
Gazoduc Nigeria-Maroc : pleins gaz sur un projet géostratégique

Les discussions concernant le projet du Gazoduc Nigéria-Maroc ont été relancées par le roi Mohammed VI. En effet, ce dimanche 31 janvier, le Souverain s’est entretenu par téléphone avec le président nigérian Muhammadu Buhari. Lors de cet échange, les deux dirigeants ont loué la qualité des relations bilatérales qui unissent leurs deux nations depuis 2016 et ont exprimé leur détermination à les consolider davantage. À cet effet, ils ont évoqué le très ambitieux projet du Gazoduc Nigéria-Maroc, qui devrait relier 13 pays africains et qui pourrait devenir une référence économique et politique des relations Sud-Sud.

 

Les détails de ce chantier d’envergure

Actuellement, le continent africain dispose de deux gazoducs importants : le West African Gas Pipeline qui relie le Nigéria au Ghana, en passant par le Bénin et le Togo, et le Pedro Duran Farell qui relie l’Algérie à l’Europe à travers l’Espagne, en passant par le Détroit de Gibraltar et le Maroc. Le Gazoduc Nigéria-Maroc, qui impliquerait la plupart des pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), vise une connexion avec le West africain Gas Pipeline. Ce projet nécessite un budget global de 20 à 25 milliards de dollars et va s’étendre sur 5.660 kilomètres en traversant 13 pays, à savoir le Nigéria, le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, les deux Guinée, la Gambie, le Sénégal, la Mauritanie et le Maroc.

C’est lors de la visite de 2016 du roi Mohammed VI au Nigéria que ce projet a été annoncé pour la première fois. En mai 2017, le Maroc et le Nigéria ont signé des accords de coopération afin de parrainer une étude de faisabilité et une pré-étude des détails (FEED), dont les résultats ont été rendus début 2019. Aussi, des accords portant sur la construction de ce gazoduc ont été actés en juin 2018 à Rabat. La phase pré-étude, qui comme l’étude de faisabilité a été effectuée par le cabinet britannique Pempsen, a également concerné la signature d’accords liés à la réalisation de ce projet par les pays traversés et la CEDEAO, mais aussi la détermination et la validation des volumes de gaz destinés à l’Europe.

Outre Pempsen, ce chantier implique plusieurs autres acteurs privés. Sans oublier que l’Office national des hydrocarbures et des mines du Maroc (ONHYM) et la Nigerian national petroleum corporation (NNPC) ont également joué un rôle non négligeable dans la définition du tracé, offshore et onshore, du gazoduc. Et pour le financement de ce projet, des banques internationales de développement ont été sollicitées pour soutenir les fonds mobilisés par le Maroc (Ithmar Capital) et le Nigéria (Nigerian sovereign investment authority (NSIA)).

 

Le Gazoduc Nigéria-Maroc, «un cordon de vie»

Pour mieux comprendre et cerner l’ampleur de ce chantier, la rédaction de LeBrief.ma a contacté Amine Laghidi, expert International, vice-président (VP) d’ASMEX et VP du Congrès africain des mines et énergies. Ce dernier a affirmé que le Gazoduc Nigéria-Maroc est «un projet à la hauteur des ambitions du Maroc et du Roi», qui vient assoir la position du Royaume comme «locomotive du potentiel africain». Pour l’expert «certes ce projet obéit à des enjeux stratégiques et politiques, mais il représente surtout une opportunité économique sans précédent pour les parties concernées». Pour le Nigéria, 22e producteur mondial de gaz, 5e exportateur dans le monde et premier en Afrique, ce gazoduc est une aubaine, d’autant plus que son budget dépend à 95% de cette industrie. À ce jour, ce pays, disposant d’une réserve de cinq trillions de m3 de gaz naturel, en exporte 45 milliards par an. De ce fait, une optimisation du coût du transport de ce produit, qui se fait sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL), serait un plus pour le Nigéria. À noter que c’est la centrale nigériane de Bonny Island, située à l’est du pays (le sud géographique), qui traite et liquéfie le gaz du pays avant son exportation, nous explique Amine Laghidi.

De plus, parmi les principaux clients du Nigéria, on retrouve l’Inde (40% du volume de gaz exporté) ainsi que la France et l’Espagne (45%). La position du Maroc comme portail de l’Afrique faciliterait ainsi les exportations vers le sud de l’Europe. Selon notre interlocuteur, le Royaume dispose de trois centrales thermiques qui utilisent le gaz naturel, notamment les stations de Tahaddart à Tanger, de Mohammadia et d’Al Wahda dans la province de Ouezzane, précisant qu’il existe une étroite «corrélation entre l’électricité, la disponibilité du gaz et le développement industriel». Et d’ajouter que le Maroc est le pays qui a la plus haute couverture électrique en Afrique. De ce fait, le nouveau gazoduc servira de «vecteur de développement, de création d’emplois et de consolidation des investissements étrangers» pour le pays, et ce en raison de sa qualité de «projet à revenu stable» ainsi qu’à la demande croissante en gaz.

Par ailleurs, poursuit l’expert, ce gazoduc, qui traversera 13 pays «par voies terrestre et maritime», permettra aux pays concernés d’édifier les structures nécessaires pour injecter leur propre gaz et l’exporter, dans le cadre d’accords convenus à cet effet. Aussi, ce projet soutiendra la transformation alimentaire et des engrais, tout en améliorant la compétitivité des exportations entre pays africains.

Enfin, à travers le Gazoduc Nigéria-Maroc, Rabat et Abuja cherchent avant tout à assurer l’indépendance énergétique de l’Afrique de l’Ouest vis-à-vis de l’extérieur. La concrétisation de ce projet permettra effectivement à cette région de s’autosuffire en termes d’électrification et profitera à plus de 300 millions de personnes, et la placera également comme nouveau pôle d’approvisionnement en gaz naturel, au côté de la Russie, la Norvège et de l’Algérie.

Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

La majorité des composantes du tissu économique marocain se sont réjouis des résultats des élection...

Le soutien public aux associations dépasse 3,6 MMDH en 2018

Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement vient de publier son rapport annuel sur le partenariat entre l’État et les associations pour l’année 2018. Selon ce ...

Air France-KLM Afrique du Nord-Sahel : un nouveau DG au Maroc

Le 1er septembre, Nicolas Fouquet a été nommé directeur général d’Air France-KLM pour la région Afrique du Nord-Sahel. Cette région, dont le bureau est basé à Casablanca, regroupe sept pays, à savoir ...

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler...

OMPIC : progression positive des créations d’entreprises

L’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) est un organisme qui met à la disposition des opérateurs économiques et du grand public des bulletins réguliers qui retracent l’ac...

Le Salvador : le bitcoin est désormais une monnaie légale

Étant décentralisées, les cryptomonnaies ne dépendent pas des banques. En raison des fluctuations rapides de leur valeur, elles ont été largement rejetées par l’économie traditionnelle et généralement...