Aller au contenu principal

Le chanteur R. Kelly est accusé de 11 nouveaux chefs d'accusation

Par H.L.B, Publié le 31/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le bureau du procureur du département de Cook a inculpé le chanteur R. Kelly de 11 nouveaux chefs d'accusation d'abus sexuels, ont rapporté ce jeudi les quotidiens The Chicago Tribune et The Chicago Sun-Times, portant à 21 le nombre total des charges contre lui en Illinois.

 

Les nouvelles allégations, qui interviennent peu de temps après l'arrestation de Kelly et son inculpation de 10 chefs d'accusation de violences graves, sont le résultat de crimes qui se seraient déroulés en 2010.

 

L'avocat Michael Avenatti a déclaré à l'Associated Press que les nouvelles accusations concernent une femme qui faisait partie des trois mineures clamant avoir été victimes de violence en février. Ses initiales sont J.P.

 

Avenatti représente trois victimes de Kelly, deux parents et deux dénonciateurs, et affirme qu'il a fourni des " preuves significatives " contre le chanteur à plusieurs bureaux de procureurs américains.

 

L'avocat de Kelly, Steve Greenberg, avocat de la défense pénale basé à Chicago, a déclaré à USA TODAY que l'affaire en question n'était pas une nouveauté. Plus tard, il s'est étendu sur son point, publiant une déclaration à partir d'un compte Twitter non vérifié : "RKelly n'a pas été inculpé d'une nouvelle accusation. Il a été rechargé dans une affaire existante, la même victime présumée et à la même époque (il y a dix ans). Ça ne change rien."

 

Selon The Sun-Times, qui a publié les nouveaux documents judiciaires, les charges sont les suivantes : quatre accusations d'agression sexuelle grave, deux d'agression sexuelle grave sous la contrainte, deux d'abus sexuel grave et trois infractions d'agression sexuelle grave contre une victime qui avait entre 13 et 17 ans au moment des faits. Trois des quatre victimes étaient mineures à l'époque.

 

Les procureurs allèguent que Kelly a utilisé la force ou menacé de le faire pour contraindre l'accusatrice à avoir des rapports sexuels ou oraux avec lui. Dans la mesure où elle était mineure à l'époque, le délai de prescription est porté à 20 ans à partir de son 18e anniversaire.

 

Selon le rapport, les huit premiers chefs d'accusation proviennent de contacts qui se seraient produits entre le 1er janvier et le 31 janvier 2010. Trois autres concernent des relations présumées entre le 1er mai 2009 et le 31 janvier 2010.

 

Les quatre accusations d'agression sexuelle grave pourraient conduire Kelly en prison pour une période pouvant aller jusqu'à 30 ans s'il est reconnu coupable d'une seule d'entre elles.

 

Kelly a été libéré sous une caution d'un million de dollars en février dernier. On ne sait toujours pas si ces nouvelles accusations affecteront son dossier.

Suicide : le fléau silencieux

Deux nouveaux suicides dans la province de Chefchaouen. Ces derniers jours, un quadragénaire, divor...

La légalisation du cannabis vue par la presse nationale

Le Conseil de gouvernement réuni ce jeudi a entamé l’examen du projet de loi n° 13.21 portant usage...

La santé des reins : pourquoi faut-il en prendre soin ?

Vu que le rein est très discret, on parle peu de ses problèmes. Toutefois, les maladies rénales aff...

Covid-19 : nouvelle accélération de la cadence de vaccination

248.844 Marocains ont pu recevoir jeudi la première dose du vaccin contre la Covid-19. Le nombre to...

Tramway Casablanca : risque de perturbations/coupures d’eau

La société délégataire Lydec annonce sur son site que dans le cadre de la finalisation des travaux de déviation des réseaux d’eau et d’électricité liée aux chantiers des futures lignes T3 et T4 du Tra...

Perturbations de la navigation : Maroc Telecom s’explique

Ce mercredi 24 février, l'opérateur Maroc Telecom a publié un communiqué dans lequel il explique les raisons des perturbations de la navigation. «Dans le cadre de la maintenance régulière des infrastr...