Aller au contenu principal

Pourquoi certains dirigeants mondiaux continuent à être réélus et d'autres échouent

Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu est donné vainqueur des élections législatives par les projections des médias, qui le montrent mieux placé que son principal concurrent même si l’écart reste très faible (29,2% à 29%). Si tout se passe comme prévu, Netanyahu deviendra cet été le plus ancien Premier ministre d’Israël.

Par Arnaud B., Publié le 11/04/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Après les élections de mardi, le président sortant sera probablement en mesure de former un nouveau gouvernement, assumant un cinquième mandat en tant que Premier ministre.

La réélection de Benjamin peut être liée à des raisons économiques. Les données de campagnes de réélection antérieures dans le monde suggèrent que le taux d’inflation est l’une des variables qui jouent un rôle importante dans ce phénomène car ils déterminent si les prix montent ou baissent. Ce taux a été faible pendant les mandats de Netanyahu en tant que Premier ministre.

À leur manière, les dirigeants qui s’accrochent au pouvoir réussissent à donner l’impression qu’ils sont indispensables à leurs pays. En s'appuyant sur un historique de ce qu'ils décrivent comme une réussite, ces leaders parviennent à offrir un sentiment de stabilité. Dans le cas de Netanyahu, la stabilité qu’il dit offrir est principalement liée à la sécurité nationale. Son amitié avec le président Trump fait croire à de nombreux électeurs qu'il est le seul à pouvoir maintenir les alliances nécessaires pour protéger Israël.


  • Partagez

Fonds spécial Covid-19 : le secteur de la santé en priorité

Depuis la déclaration de la pandémie du coronavirus au Maroc, le roi Mohammed VI a appelé à la créa...

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Ell...

DGI : légère baisse des recettes nettes

À fin mars 2020, les recettes fiscales nettes se sont établies à 44,7 millions de dirhams, contre 44,9 un an auparavant, soit une baisse de 0.5%. Les recettes ont stagné, alors qu’on s’attendait à une...

La presse écrite dans la tourmente

La presse marocaine est en train de vivre ses plus mauvais jours. La suspension, jusqu’à nouvel ord...

Le Maroc garde la confiance de Moody’s

Dans un contexte marqué de nombreuses incertitudes, l’agence de notation financière Moody’s réitère...

Covid-19 : l’Afrique en pleine souffrance

50 pays africains sur un total de 55 ont détecté des contaminations au Covid-19 sur leurs territoir...