Aller au contenu principal

Banques : Comment font-elles tant de bénéfices ?

Acteurs clés de l’économie, les banques affichent des résultats robustes malgré la morosité de la conjoncture. Les huit groupes bancaires ont réalisé 13,8 milliards de DH de bénéfices en 2018. Ce résultat tient à une bonne gestion du risque, mais aussi au bon comportement du produit net bancaire (chiffre d’affaires). Pour atténuer l’impact de la baisse des taux d’intérêt sur leurs revenus, elles se rattrapent sur les commissions et selon les années sur les activités de marché. Le recrutement de nouveaux clients et l’élargissement de l’offre permettent d'augmenter les commissions. Les ajustements tarifaires y contribuent aussi. Les hausses de tarifs ont été nettement supérieures à l’inflation.

Par J.R.Y, Publié le 28/05/2019, mis à jour le 06/01/2021          Temps de lecture 3 min.
Teaser Media

Les banques continuent d’empiler des milliards de bénéfices. En 2018, les huit groupes bancaires ont dégagé 13,8 milliards de DH de profits. Leurs résultats font parfois grincer les dents. Ils passent mal, à tort ou à raison, lorsqu’ils affichent des progressions totalement déconnectées de la croissance, même s’il n’y a pas de corrélation directe entre les deux. La croissance bien plus dynamique des activités à l'étranger participe pour beaucoup à la croissance des résultats du secteur. Pour arriver à ces résultats, il faut une bonne tenue du produit net bancaire (équivalent du chiffre d’affaires), une maîtrise des charges et une bonne gestion du risque.

 

La marge sur crédit en perte de vitesse

Les banques tirent 2/3 de leurs revenus de l’octroi de crédit. Or, les taux d’intérêt sont sur une tendance baissière depuis quelques années. De quoi mettre la pression sur la marge d’intérêt. Décrocher un crédit immobilier en dessous de 5% est courant aujourd'hui pour les bons dossiers. Les taux se rapprochent davantage de 4% que l'inverse. Malgré un environnement de plus en plus concurrentiel, le socle des revenus des banques résiste pour plusieurs raisons. Le repli des taux affecte la nouvelle production. Rapporté à l’ensemble du stock de crédit, l’effet est contenu. En outre, une grande partie des ressources des banques est composée des dépôts de la clientèle (dont une part significative n’est pas rémunérée).

 

Trouver d’autres sources de revenus

Les établissements de crédit disposent d’autres leviers pour améliorer leurs revenus en agissant sur les autres sources notamment les commissions et les activités de marché. Là aussi, le résultat des activités de marché est volatil parce qu’il dépend de la santé des marchés. Les banques effectuent donc un gros travail pour développer les commissions. Cela se traduit par un renforcement de la concurrence pour recruter de nouveaux clients. Le développement de l’offre et l’amélioration de l’équipement des clients permettent d’accroître les commissions. L’évolution des habitudes de consommation fait naître de nouveaux services et donc des revenus supplémentaires pour les banques. Les commissions prélevées sur l’usage des moyens de paiement enregistrent de fortes hausses depuis quelques années. Les banques peuvent aussi augmenter leurs tarifs pour y arriver. Ces dernières années, les hausses des tarifs bancaires ont été nettement supérieures à l’inflation. Pour bon nombre de clients, il est difficile de déterminer ce que leur coûte leur banque chaque année alors qu'elles sont tenues de transmettre au moins une fois par an un récapitulatif des tarifs. Tout le monde ne se soumet pas à cette obligation. Les marges de progrès en matière de transparence sont immenses.

 

Nouveaux venus dans le paysage, les banques participatives offrent une alternative aux clients qui ne se retrouvent pas dans l'offre des banques conventionnelles. Malgré l'absence de takaful (assurance islamique), il y a un intérêt certain pour les produits islamiques. En mars sur un an, l'encours des crédits a été multiplié par 9 à 5,7 milliards de DH. 

Investissements publicitaires : forte hausse à mi-ramadan

Du 1er au 15 ramadan, les investissements publicitaires réalisés ont couté plus de 536,5 millions DH (MDH), soit une hausse de 45%, en glissement annuel. C’est ce qu’a appris la MAP auprès du spéciali...

Bilan de l'observatoire des délais de paiement

Ce dimanche 9 mai, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration a publié le premier rapport annuel de l’Observatoire des Délais de Paiement. Ce document présente un di...

Le Maroc adopte un projet de loi sur le micro-crédit

Réuni jeudi dernier sous la présidence du Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, le Conseil de gouvernement a adopté le projet de loi n°50.20 relatif au micro-crédit. Ce texte fixe le plafond des ...

Le recrutement dans 10 ans, venez, on l'imagine !

Dans cette tribune, Amine Khayatei Houssaini se projette dans l’avenir et nous dresse un topo de ce...

Réseau routier du Maroc : 3 milliards de DH par an pour l’entretien des routes

Le ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, a annoncé que le Maroc consacre un budget annuel de trois milliards de DH pour l’entretien du réseau routier ...

CDG : simplification des procédures et formalités administratives

Dans un communiqué récemment publié, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) a annoncé la mise en conformité de la loi n°55.19 relative à la simplification des procédures et formalités administratives ...