Aller au contenu principal

L’historien Maâti Monjib accusé de blanchiment d’argent

L’historien Maâti Monjib fait actuellement l’objet d’une enquête pour son implication présumée, et celle de certains membres de sa famille, dans des transactions et des transferts financiers douteux. Selon le procureur du Roi près du tribunal de première instance de Rabat, il est question d’importantes sommes d’argent et de biens immobiliers. De son côté, Monjib assure être «innocent de toutes ces accusations diffamatoires» et avance que cette investigation intervient après qu’il ait critiqué la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) et son rôle dans la répression des opposants et la gestion des affaires politiques et médiatiques au Maroc.

Par Nora Jaafar, Publié le 09/10/2020 à 17:06, mis à jour le 10/10/2020 à 08:29
Teaser Media
Maâti Monjib accusé de blanchiment d’argent

L’historien Maâti Monjib fait de nouveau parler de lui. Ce mercredi 7 octobre, le procureur du Roi près du tribunal de première instance de Rabat a annoncé que, suite à la découverte de transactions dépassant les déclarations ordinaires de revenu effectuées par Maâti Monjib et certains membres de sa famille, une enquête judiciaire préliminaire a été ouverte. Dans sa livraison du jour, Al Ahdath Al Maghribia, qui cite un communiqué du procureur en question, souligne que l’ordre d’investigation est intervenu après une saisine envoyée par l’Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) (chargée de la lutte contre les crimes de blanchiment d’argent) au parquet général. Cette dernière dévoile des données «susceptibles de constituer une infraction de blanchiment de capitaux». Conformément à l’article 18 de la loi n °43.05, ladite saisine comporte un inventaire de transferts de fonds importants et une liste de biens immobiliers faisant l’objet de déclarations de soupçon, «car ils ne correspondent pas aux revenus habituels déclarés par l’historien et quelques-uns de ses proches».

C’est désormais la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) qui mène cette enquête. La BNPJ cherche ainsi à déterminer «la source et la nature des transactions et des transferts financiers effectués par les personnes concernées et à identifier la source des biens immobiliers objet de déclarations de soupçon». Aussi, elle enquête sur les liens de ce dossier «avec d’autres actes criminels, considérés comme des infractions principales aux fins de blanchiment d’argent», ajoute L’Observateur du Maroc et d’Afrique.

 

Maâti Monjib défend son innocence et dénonce un «coup monté»

Selon Le Monde, les charges imputées au politologue figuraient déjà dans l’acte d’accusation d’un procès à son encontre datant de novembre 2015, et portant sur des "malversations financières" et une "atteinte à la sécurité de l’État". Selon le journal, le concerné a expliqué sur sa page Facebook que le but de «ces accusations diffamatoires» est de le sanctionner à cause de l’une de ses dernières sorties médiatiques. Maâti Monjib, poursuit la même source, a récemment critiqué à la radio le rôle de «la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) dans la répression des opposants et la gestion des affaires politiques et médiatiques au Maroc». Dénonçant un «coup monté», l’historien assure être innocent et rejette toutes les allégations qu’on lui impute.

Le quotidien français rappelle enfin que la prochaine audience du procès de Maâti Monjib, ouvert en 2015 et reporté «vingt fois reporté depuis», est prévue le 29 octobre. Comme lui, sept autres journalistes et militants des droits de l’Homme, poursuivis pour les mêmes chefs d’accusation, sont attendus devant le juge ce même jour. Ces derniers risquent des peines allant d’un an à cinq de prison.

Sahara : l'Algérie ne veut pas prendre part aux tables rondes de l'ONU

L'Algérie a informé ce vendredi le Conseil de sécurité de l'ONU de son opposition au format de table ronde pour les négociations sur le règlement du conflit au Sahara, a annoncé un haut responsable al...

Dépenses électorales : le rappel de la Cour des comptes

La Cour des comptes a rappelé, jeudi 21 octobre, aux mandataires des listes de candidature ou candidats qu’il est de leur devoir de lui soumettre les comptes de leurs campagnes électorales, notamment ...

Rabat et Moscou réaffirment leurs liens "stables et solides"

L’ambassadeur du Maroc à Moscou, Lotfi Bouchaara, s’est entretenu le jeudi 21 octobre avec le représentant spécial du président de la Fédération de Russie pour le Moyen-Orient et les pays d’Afrique et...

ODD : le nouveau rôle de Omar Hilale au sein de l’ONU

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies (ONU), et l’ambassadeur des Philippines sont désormais co-présidents du Groupe des amis des examens nationaux volontaires pour la ...

PLF 2022 : les orientations dévoilées, l'examen au Parlement est imminent

Le projet de loi de Finances 2022 a été examiné, lundi 18 octobre 2022, en Conseil de gouvernement....

Mohammed Benchaâboun, nouvel ambassadeur du Maroc en France

Mohammed Benchaâboun, ancien ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Saad Dine El Otmani, vient d'être nommé Ambassadeur du Maroc en France. Cette information a été confirmée par un com...