Aller au contenu principal

Jours sombres pour les entreprises marocaines

Pas d’éclaircies en vue dans le ciel des entreprises marocaines. Les résultats de la dernière étude d’Inforisk, intitulée "Impacts Covid-19 sur les entreprises, état des lieux, analyse et perspectives 2020", démontrent que la survie de centaines d’entreprises est menacée par les effets de la pandémie de coronavirus. Près de 10000 entreprises risquent de disparaître en cette année 2020. Aussi, cette crise a eu un effet significatif sur les délais de paiement et les factures impayées.

Par Hafid E., Publié le 01/10/2020, mis à jour le 01/10/2020
Teaser Media
defaillances

L’étude menée par le spécialiste du renseignement commercial a vu la participation de plus de 2.029 entreprises des douze régions du Royaume. Dans une interview accordée à EcoActu, Amine Diouri, Directeur études et communication chez Inforisk précise que l’«échantillon de 2000 entreprises est fortement représentatif du tissu économique marocain en termes de taille (TPE, PME, GE), d’activité, répartition géographique». Premier constat : les grandes entreprises, dont le Chiffre d’affaires (CA) dépasse 175 millions de dirhams (MDH), estiment qu'en 2020, leur activité devrait baisser de 25% par rapport à 2019, tandis que les très petites entreprise (CA moins de 10 MDH) prévoient un repli de 38%. Pour ce qui est des défaillances d’entreprises, Inforisk prévoit un accroissement de 16% en 2020 à 9770 faillites, avant une accélération de 25% au premier trimestre 2021.


 

Le secteur touristique durement touché par la crise


Par branche d'activités, Inforisk précise que les "Agences de voyage", les "Hôtels et restaurants" et la "Location de véhicules" seraient les plus impactées en 2020. En effet, ces trois branches s'attendent à une chute de leur CA de 2020 respectivement de 54%, 53% et 49%. Normal quand on sait que les frontières sont toujours fermées et qu’un assouplissement des mesures relatives aux tests vient à peine d’entrer en vigueur. En ce qui concerne l'emploi, l'étude fait remarquer que les entreprises des segments "Hôtels et restaurants" et "Location de voitures" envisagent de réduire de 66% leurs effectifs actuels, alors que les "Agences de voyages" prévoient une baisse de 64%.


 

Les retards de paiement s’aggravent


La crise due à la pandémie pèse sur les trésoreries des entreprises. En moyenne, les sociétés interrogées subissent une augmentation des délais de paiement de 60 jours depuis le début de la crise. Ainsi, l’étude d’Inforisk nous apprend que les délais de paiement se sont rallongés de plus de 60 jours pour 43% des entreprises, de 31 à 60 jours selon 22% des entreprises sondées et de 0 à 30 jours pour 15% d’entre elles. Seulement 20% des entreprises sondées indiquent que la crise n'a eu aucun impact sur les délais de paiements de leurs clients.


Enfin, pour ce qui est des projections, les entreprises interrogées ont encore très peu de visibilité sur une éventuelle reprise de leur activité en 2021. Espérons que la situation sanitaire se sera améliorée d’ici là et que les entreprises pourront entamer sereinement la nouvelle année..


 


  • Partagez

Reprise du marché international : Atlas Hospitality mobilise ses équipes

À l’occasion des Tourism Marketing Days, Atlas Hospitality a organisé son team building mensuel autour de cet évènement, notamment pour rester à l’écoute des tendances des marchés et des nombreuses in...

Air Arabia annonce une nouvelle ligne Casablanca-Rennes

Ce mercredi 28 octobre, la compagnie low cost Air Arabia Maroc a annoncé qu’elle lancera une nouvelle liaison entre Rennes et Casablanca, à partir du vendredi 18 décembre 2020. Dans un communiqué...

39,5 milliards de dirhams d’exportations de produits alimentaires

Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eau...

Fonction publique : quelles marges de manœuvre ?

En 2021, la masse salariale culminera à 140 milliards de DH (y compris les prestations sociales) co...

Dette du Trésor : qui sont les créanciers du Maroc ?

La crise économique provoquée par la pandémie du coronavirus a engendré des dépenses importantes po...

PLF 2021: l'opposition relève un «manque d'audace»

La première partie du projet de loi de finances (PLF) est en cours d’examen cette semaine au Parlem...