Jouahri

Temps de lecture : 3 minutes


Bank Al-Maghrib temporise avant de possibles nouvelles mesures en décembre

Temps de lecture : 3 minutes

Catégorie Économie , Gros plan

Temps de lecture : 3 minutes

L’évolution de la situation économique au cours des prochains mois est entourée de nombreuses incertitudes. La crainte d’une deuxième vague de la pandémie sévit un peu partout. Le problème n’est pas propre au Maroc. Bank Al-Maghrib prévoit désormais une contraction de 6,3% du PIB contre 5,2% prévu en juin dernier. La banque centrale tiendra une réunion avec les banques en novembre pour un bilan, notamment sur la situation des impayés.

Temps de lecture : 3 minutes

La hausse des contaminations au coronavirus a fait évoluer négativement le scénario de Bank Al-Maghrib qui prévoit désormais une contraction de 6,3% du PIB contre 5,2% prévu en juin dernier. L’évolution de la situation au cours des prochains mois est donc entourée de nombreuses incertitudes. La crainte d’une deuxième vague de la pandémie sévit un peu partout. Le problème n’est pas propre au Maroc.



«Ma peur est qu’on entre dans une deuxième vague de contamination dans les pays européens», a indiqué le gouverneur de Bank Al-Maghrib à l’issue de la réunion sur la politique monétaire. Une telle situation ne manquera pas d’affecter le Maroc et de dégrader les perspectives de plusieurs secteurs notamment ceux dépendants des marchés européens. L’essentiel des exportations marocaines est acheminé vers l’Europe.



 



Surveiller le coût du risque…



Par ailleurs, la dégradation des perspectives économiques sera plus fortement ressentie par les banques. D’ailleurs, Bank Al-Maghrib fera un bilan avec le secteur en novembre prochain. Le coût du risque a fortement augmenté au 1er semestre en raison des provisions pour couvrir les menaces liées à la crise sanitaire. Beaucoup d’entre elles ont pris aussi des précautions pour l’avenir parce que la situation restera difficile pendant encore quelques mois.



Dernièrement, le PDG de CIH Bank avait estimé que le coût du risque ne reviendrait à la normale qu’entre 2022 et 2024. À fin juillet, les créances en souffrance avaient atteint 77 milliards de DH en hausse de 7 milliards de DH. Sur certaines prévisions tablant sur un taux de défaut de plus de 14%, la banque centrale se montre toutefois mesurée. Le taux d’impayés se situe actuellement autour de 8% et ce n’est pas qu’au Maroc qu’il est en hausse, fait remarquer Abdellatif Jouahri.



 



Et les réserves de change ?



Sur les autres sujets, la dégradation des indicateurs macroéconomiques induits par la crise entraîne de facto une temporisation de la réforme du régime de change. Elle reprendra quand l’on aura retrouvé les équilibres d’avant-crise. Par ailleurs, la Banque centrale estime qu’il n’est pas opportun de renouveler la Ligne de précaution et de liquidité, tant que les réserves en devises sont suffisantes. L’encours des avoirs officiels de réserve avoisinerait 295 milliards de DH en fin d’année, soit une couverture située autour de 6 mois et 20 jours.



Recommandé pour vous

10 août : le Maroc célèbre la Journée nationale du migrant

Temps de lecture : 4 minutes

Le 10 août marque la Journée nationale du migrant. Cette année, le thème de cette célébration concerne la contribution des Marocains résidant …

Les orientations du NMD au cœur de la Stratégie nationale de développement durable

Temps de lecture : 4 minutes

Le développement durable est devenu un réel projet de société au Maroc. Le Royaume s’est engagé à mettre en place divers chantiers liés à ce d…

Made in Morocco : pour la valorisation du savoir-faire marocain

Temps de lecture : 5 minutes

Faire du Made In Morocco une véritable marque de fabrique, sur les plans national et international, ainsi qu’un véritable moteur de développem…

PLF 2023 : ce qu’il faut retenir de la note de cadrage de Aziz Akhannouch

Temps de lecture : 5 minutes

Dans sa note de cadrage du projet de loi de Finances (PLF), Aziz Akhannouch réitère la détermination du gouvernement à continuer de mener en 2…

Forbes : le Maroc, un modèle de transition énergétique

Temps de lecture : 3 minutes

Le magazine économique Forbes vante le grand potentiel du Maroc à produire de l’énergie propre grâce à la richesse de ses ressources naturelle…

DTFE : la dette publique s’est établie à 388,1 MMDH à fin mars 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Selon le bulletin de la direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE), la dette publique s’établit à 388,1 milliards de DH (MMDH) en …

Emploi : le taux de chômage au Maroc est passé de 12,8% à 11,2%

Temps de lecture : 4 minutes

Depuis le début de la crise économique liée à la pandémie de la Covid-19, l’accès à l’emploi est devenu de plus en plus compliqué. Au Maroc, c…

Balance commerciale : le tourisme et l’OCP en tête de liste

Temps de lecture : 3 minutes

«La hausse des importations de biens concerne la quasi-totalité des groupes de produits», révèle le dernier rapport de l’Office des changes. O…

Étude : 75% des Marocains n’utilisent pas les applications de livraison de repas

Temps de lecture : 4 minutes

La crise sanitaire a entraîné des changements considérables dans la façon de consommer les repas hors domicile. La fermeture des restaurants a…

Ce qu’il faut retenir du rapport annuel de Bank Al-Maghrib

Temps de lecture : 6 minutes

Durant l’année 2021, l’économie marocaine a connu une croissance exceptionnelle de 7,9%, soit la plus forte depuis 1997. Plusieurs facteurs ex…

DGI : les recettes fiscales en 2021 ont atteint 153 MMDH

Temps de lecture : 4 minutes

Au Maroc, l’activité économique en 2021 a connu une nette reprise après le ralentissement économique enregistré en 2020 en raison de la pandém…

Maroc : la croissance prévue à 1,5% en 2022 et à 4,5% en 2023

Temps de lecture : 6 minutes

Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des finances, a présenté, mercredi 27 juillet, devant la Commission des finances et du développ…