Aller au contenu principal

Quand Rabat abritait un bureau de liaison israélien

Le 1er septembre 1994, le Maroc sous le règne de feu Hassan II décide d’ouvrir un bureau de liaison à Tel-Aviv et autorise Israël à faire de même à Rabat. Une annonce-choc dans le monde puisqu’à cette époque-là, le Maroc (avec l’Égypte et la Jordanie) est encore parmi les rares pays arabes à avoir des relations formelles et cordiales avec Israël. Le bureau de liaison israélien est resté ouvert jusqu’au mois d'octobre 2000.

Par Mohamed L., Publié le 21/09/2020, mis à jour le 21/09/2020
Teaser Media
Drapeau

Les Émirats arabes unis et Bahreïn viennent de signer la semaine dernière des accords de normalisation avec Israël, sous la houlette de Donald Trump. L’occasion pour nous de nous remémorer qu’il y a plus de 25 ans de cela, en 1994, le Maroc avait abrité dans sa capitale un bureau de liaison israélien.


 

6 ans de présence israélienne


C'est Shimon Pères, alors ministre israélien des Affaires étrangères qui avait inauguré ce bureau. La direction de ce bureau avait été confiée à David Dadon, juif marocain originaire de Marrakech et qui occupait le poste de directeur des relations avec les États arabes au ministère israélien des Affaires étrangères, rapportait le quotidien Le Monde.


25 fonctionnaires travaillaient dans ce bureau, dont 12 Israéliens, précisait pour sa part le journal Achark Al Awsat. En octobre 2000, le Maroc décide de mettre fin à cet accord en raison des attaques israéliennes continues sur la Palestine.


Yabiladi souligne qu’à l’exception de cette parenthèse (septembre 1994- octobre 2000), le Maroc a toujours refusé de donner un cachet officiel à ses relations avec Israël au point de l’ériger en constante de son action diplomatique, même s'il a laissé des liens sécuritaires, économiques et humains se développer avec l’État hébreu.


 

Des relations très sensibles


En septembre 2003, Sylvain Shalom, ministre israélien des Affaires étrangères se rend au Maroc accompagné de Danny Benloulou, membre de la Knesset (parti Likoud) et de sa délégation. Le ministre des Affaires étrangères Sylvain Shalom se dit porteur d'un message personnel de la part du Premier ministre Ariel Sharon au roi Mohammed VI.


«Le Maroc doit faire partie du processus de paix et peut constituer un pont entre les Israéliens et les Palestiniens ainsi qu’avec d’autres pays. Je suis sûr que le Maroc peut aider les deux parties à saisir cette nouvelle chance et à avancer dans le processus de paix», avait déclaré Sylvain Shalom à son arrivée à l’aéroport de Rabat.


Depuis, la sensibilité dans les relations maroco-israéliennes est toujours palpable. Vendredi dernier, des centaines de citoyens munis de drapeaux de la Palestine ont manifesté à Rabat contre toute voie de normalisation diplomatique avec Israël. Selon Africanews, des médias israéliens ont récemment cité le Maroc parmi les pays arabes susceptibles de normaliser leurs relations avec Israël, annonçant même l'ouverture prochainement d'une liaison aérienne directe entre les deux pays. Information démentie par la suite par le gouvernement marocain.


  • Partagez

Covid-19 : La France initie la deuxième vague de reconfinement

Avec un bilan épidémiologique quotidien dépassant les 33.000 contaminations et les 300 morts, la Fr...

Covid-19 : un bilan épidémiologique bimensuel préoccupant

Selon Abdelkrim Meziane Belfkih, chef de la division des maladies ambulatoires au ministère de la S...

Laftit : le Maroc jouit d’un climat de sécurité grâce à la vigilance des services compétents

Ce mardi 27 octobre, lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des conseillers, Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a dressé le bilan des interpellations des individus i...

Une ONG musulmane dissoute en France

Ce mercredi 28 octobre en France, l’ONG humanitaire musulmane BarakaCity a été dissoute en Conseil des ministres. Selon Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, cette association «incitait à...

Coronavirus : Tanger renforce ses restrictions

Face à l’augmentation du nombre de ses contaminations au nouveau coronavirus, la ville de Tanger sera soumise à de nouvelles mesures de restrictions, à l’instar des villes de Tétouan et de Casablanca....

Prison locale de Tiflet 2 : un gardien tué par un présumé terroriste

Ce mardi 27 octobre, un employé de la prison locale de Tiflet 2 a été tué par un détenu. Selon un communiqué du Procureur du Roi près la Cour d’appel de Rabat, le Parquet général a ordonné l’ouverture...