Aller au contenu principal

Conseil BAM : une première évaluation du dispositif de soutien

Après la double baisse du taux directeur en mars et juin et une batterie de mesures pour accroître la liquidité des banques afin de leur permettre de continuer à financer normalement l’économie, Bank Al-Maghrib devrait procéder à une évaluation de ces mesures lors du Conseil de politique monétaire du 22 septembre. On devrait connaître une première indication sur les taux d’intérêt hors Damane Relance et savoir s’il y a besoin d’aller plus loin dans le soutien. Les pronostics plaident pour un maintien du taux directeur inchangé à 1,5%.

Par J.R.Y, Publié le 21/09/2020, mis à jour le 21/09/2020
Teaser Media
siège BAM

Les regards seront tournés vers la Banque centrale ce mardi 22 septembre. Elle y tient la 3e réunion annuelle de politique monétaire. Les deux précédentes réunions avaient été riches en annonces, surtout la double baisse du taux directeur. Il a été ramené à 2% en mars puis à 1,5% en juin.


 

Permettre aux banques de financer l’économie


Parallèlement, Bank Al-Maghrib (BAM) a pris de nombreuses autres mesures contribuant à tripler la capacité de refinancement des banques. BAM a aussi ramené le taux de la réserve obligatoire à 0% (l’argent que les banques doivent conserver en permanence dans leurs comptes auprès de BAM). Par ailleurs, la Banque centrale a assoupli plusieurs règles prudentielles notamment sur le provisionnement des créances pour permettre aux banques d’absorber le choc et de continuer à financer normalement l’économie. La réunion de septembre devrait être l’occasion d’effectuer un premier bilan de toutes ces mesures et de voir s’il faut aller plus loin dans le soutien. Pour le moment, les pronostics plaident pour un statu quo sur le taux directeur. Dans un sondage effectué par Attijari Global Research, 66% des investisseurs s’attendent à ce que le taux directeur ne change pas contre 34% qui anticipent une baisse.


 

Analyser l’impact des précédentes mesures


En juin dernier, Bank Al-Maghrib avait indiqué suivre de près la transmission de la baisse du taux directeur aux taux débiteurs. C’est déjà le cas pour les crédits Relance. Il reste à savoir si le coût de financement a baissé pour les emprunteurs qui ne bénéficient pas des mécanismes de soutien. Ce qui est sûr, c’est qu'on n’aura pas de baisse générale des taux d’intérêt au regard de la conjoncture et de l’augmentation du risque dans de nombreux secteurs. Comme le disent les banquiers, ce sera du cas par cas.


  • Partagez

Covid-19 : les organisateurs d’événements et les traiteurs broient du noir

Les professionnels de l’événementiel et les traiteurs ont été fortement impactés par la pandémie et...

Ligue des Champions CAF : le Wydad a une revanche à prendre

Après s’être incliné 2-0 le week-end dernier à Casablanca face au club égyptien d’Al Ahly, le Wydad...

OCP Africa poursuit son développement

Après le partenariat conclu fin septembre avec la Société financière internationale (SFI/IFC) pour ...

L'AMMC présente son bilan

L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a dévoilé cette semaine son bilan au titre de l’...

Les tarifs bancaires se stabilisent mais restent encore flous

En 2019, les frais bancaires ont baissé de 0,9%, l’indice des prix des services bancaires (IPSB) s’...

Stratégie des énergies renouvelables : des retards épinglés par le Roi

Le roi Mohammed VI a présidé ce jeudi au palais royal de Rabat, une séance de travail dédiée à la s...