Aller au contenu principal

Benkirane : "L'État et la religion devraient être séparés"

Par H.L.B, Publié le 22/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, l'ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a souligné la nécessité de séparer la religion de la politique, ce que son parti a fait dès son arrivée au pouvoir.

 

Il a déclaré que "l'ensemble des lois de l'État ne devrait pas nécessairement être en conformité avec les décisions islamiques ".

 

Il a présenté son point de vue en soulignant des exemples tirés de la sunna prophétique.

 

Soulignant que ni le prophète Mohammed lui-même ni son compagnon Abu Bakr n'ont imposé de restrictions à l'ivresse. Benkirane a noté que bien que l'alcool soit interdit dans l'Islam, c'est l'État qui se charge de le réglementer en condamnant l'ivresse publique plutôt qu'en prohibant sa vente.

 

Les lois marocaines interdisant l'ivresse publique, a-t-il ajouté, ont été proposées par le Résident Général Hubert Lyautey pendant le protectorat français au Maroc.

 

Le Parti de la justice et du développement (PJD), dont il était le secrétaire général, n'est pas un parti religieux, selon Benkirane. Le politicien a noté que son parti avait "abandonné" les idéaux islamiques qu'il défendait auparavant.

 

Benikrane avait précédemment déclaré au journal marocain Akhbarona que l'origine religieuse de son parti, à laquelle il "tient fermement", n'a pas changé, ajoutant que s'il y a quelque chose à "sacrifier", ce serait " faire des sacrifices pour notre appartenance religieuse".

 

Selon Benkirane, la sphère religieuse est représentée par la plus haute autorité du pays, qui est le roi Mohammed VI, a-t-il ajouté. Le Roi du Maroc, a déclaré l'ancien chef du gouvernement est l'autorité suprême en ce qui concerne la religion du pays.

 

Benkirane considère le modèle politico-religieux du Maroc comme unique.

 

Parlant de l'autorité étatique du Roi Mohammed VI, Benkirane a expliqué que c'est le Roi qui a le pouvoir exclusif sur toutes les questions étatiques et qu'il est "absurde" de suggérer le contraire, ajoutant que le gouvernement joue un rôle secondaire.

Ambassade des États-Unis : David Greene nouveau chargé d’affaires US au Maroc

Après le départ officiel de l’ambassadeur David T. Fischer, l’ambassade des États-Unis au Maroc a annoncé ce jeudi 21 janvier que le diplomate de carrière David Greene a entamé le jour même ses foncti...

Transport aérien : signature d'un accord maroco-israélien

Israël et le Maroc ont signé ce jeudi 21 janvier un accord pour lancer des vols directs (commerciaux et de fret) entre les deux pays. Selon un communiqué du ministère israélien des Transports, la comp...

USA : l'ère Biden, entre optimisme et appréhension

Joe Biden a officiellement entamé ses fonctions de président des États-Unis ce mercredi 20 janvier....

Le roi Mohammed VI reçoit le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis à Fès

Ce mercredi 20 janvier, le roi Mohammed VI a reçu Cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane, ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU), au Palais royal de Fès. Ce dernier a transmis un...

Sahara : le Maroc assoit sa domination

La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara a été distribuée aux 193 États membres de l’...

Global Firepower 2021 : le Maroc au 53e rang sur 138 puissances militaires

Sur 138 puissances militaires mondiales, dont 35 issues du continent africain, le Maroc occupe la 53e position du classement établi par le Global Firepower 2021 (GFP), un site américain spécialis...