Aller au contenu principal

Crédit habitat : 391.000 DH en moyenne à l'octroi en 2019

La production de crédit à l’habitat s’est établie à 26,3 milliards de DH en 2019 pour un montant moyen de 391000 DH à l’octroi. De son côté, le taux d’intérêt moyen appliqué par les banques a baissé de 48 points de base pour s’établir à 4,45%. Pour décrocher un prêt l’année dernière, le taux d’apport personnel moyen était de 18% selon les indications de la Banque centrale. Des changements seront apportés au niveau des conditions d’octroi du crédit à l’habitat. Pour les banques, il s’agira de limiter les risques inhérents au secteur immobilier.

Par J.R.Y, Publié le 18/08/2020 à 15:55, mis à jour le 18/08/2020 à 17:39
Teaser Media
Le Takaful arrive

Après la baisse de 3% enregistrée en 2018, la production de crédits à l’habitat s’est de nouveau contractée en 2019. Elle a reculé de 3,5% à 26,3 milliards de DH. Ce repli a été enregistré dans un contexte où les transactions immobilières ont décroché de 11%. Par ailleurs, la baisse de la production de crédits à l’habitat recouvre une chute de 35% des prêts encouragés par l’État alors que les prêts libres ont progressé de 2%.

 

Moins d’apports personnels nécessaires

Le montant moyen de crédit à l’habitat s’est chiffré à 391000 DH. Il a baissé de 7000 DH par rapport à 2018. Le taux d’intérêt moyen appliqué par les banques aux crédits à l’habitat s’est établi à 4,45%, en baisse de 48 points de base par rapport à 2018.

Pour décrocher un prêt l’année dernière, le taux d’apport personnel était de 18% selon les indications de la Banque centrale. En effet, le ratio LTV (loan to value) qui permet de le mesurer s’est établi en moyenne à 82% en 2019 contre 70% en 2018. La LTV est le rapport entre le montant du crédit et le prix du bien financé. Plus il se rapproche de 100%, plus le risque est élevé pour la banque. Toutefois, la qualité du dossier peut faire la différence. Pour les meilleurs profils, les banques peuvent n’exiger qu’un taux d’apport personnel minime voire financer la totalité du prix du bien et les frais de notaires ou encore les droits d’enregistrement. Au total 8% de la production de crédit à l’habitat ont été sur-financés.

Il n’y a pas de règle fixe en termes d’apport personnel. Cependant, la banque centrale travaille sur l’encadrement de certains ratios, dont la LTV et la DSTI pour limiter les risques inhérents au secteur immobilier, relève L’Économiste dans son édition d’aujourd’hui. Le ratio DSTI est le rapport entre le service de la dette et le revenu. Des échanges entre Bank Al-Maghrib et les établissements de crédit vont aboutir d’ici 2021 à la fixation de seuils pour ces ratios LTV et DSTI, indique le journal.

Crédit de TVA : Aziz Akhannouch promet de rembourser 13 MMDH d'arriérés

Pour son premier grand oral lors de la séance plénière consacrée aux questions orales à la Chambre des représentants, Aziz Akhannouch, chef de gouvernement, a assuré ce lundi 29 novembre qu’il veut me...

Le variant Omicron, nouveau coup de massue pour le tourisme

Lourdement impacté par les répercussions de la pandémie de la Covid-19, le tourisme vient de subir ...

Crédit TVA : la CGEM appelle à l’accélération du remboursement

L'accélération des remboursements des crédits de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour les entreprises éligibles, notamment en cette période où la trésorerie des opérateurs économiques est sous ten...

2e édition du symposium Africa Place Marketing

Casablanca Events & Animation a organisé les 24 et 25 novembre la 2e édition du symposium Africa Place Marketing (APM), sous le thème "Tous acteurs d’hospitalité́ et d’attractivité des territoire...

Orange business services : la Covid-19 a accéléré la transformation digitale

Orange business services (OBS), filiale du Groupe Orange, a célébré mardi 23 novembre ses trois années au Maroc dans le cadre d’une conférence de presse sous le thème "La crise liée à la Covid-19, acc...

Le groupe TGCC affiche ses ambitions

Le groupe TGCC, acteur de référence du secteur des BTP et de la construction au Maroc saute le pas ...