Aller au contenu principal

Liban : la démission du gouvernement ne résout pas les problèmes du pays

En colère, les Libanais proclament que la démission de leur gouvernement ne résoudra pas les répercussions de l’explosion survenue à Beyrouth il y a une semaine. Ils exigent le renversement de l’ensemble de la classe dirigeante «corrompue», à qui ils imputent tous les malheurs de leurs pays. De son côté, la France a pu colleter un quart de millions d’euros pour soutenir les Libanais en détresse. Le Maroc a pour sa part annoncé que l’hôpital de campagne militaire qu’il a érigé à Beyrouth est désormais opérationnel.

Par H.L.B, Publié le 11/08/2020, mis à jour le 11/08/2020
Teaser Media
La démission du gouvernement ne résout pas les problèmes du Liban

Les tourmentes du Liban n’en finissent pas. Après plusieurs jours de protestations massives à la suite de la double-explosion survenue dans le port de Beyrouth le 4 août 2020, Hassan Diab, Premier ministre du pays, a annoncé ce lundi la démission de son gouvernement. Ce dernier a avancé que c’est la corruption endémique des sphères politiques du pays qui est à l’origine de la tragédie qui a coûté la vie à plus de 171 personnes, blessé plus de 6000 autres et laissé plusieurs centaines de milliers de personnes sans abris. D’après Reutures, Diab a soutenu que cette explosion, la plus grave de l’histoire de Beyrouth, a aggravé une crise financière profonde qui a fait s’effondrer la monnaie, paralysé le système bancaire et fait monter les prix en flèche.

«J’ai déjà dit que la corruption est enracinée à chaque point de l’État, mais j’ai découvert que la corruption est plus importante que l’État», a-t-il regretté, en reprochant à l’élite politique de bloquer les réformes. La non-adoption desdites réformes a, selon lui, enlisé les discussions portant sur l'analyse de l’ampleur des pertes financières menée par le Fonds monétaire international d’un côté, et le gouvernement, les banques et les politiciens libanais de l’autre.

 

Un système sectaire archaïque

Pour France24, le port de Beyrouth reflète le système de pouvoir sectaire, grâce auquel les mêmes politiciens dominent le pays depuis la guerre civile de 1975-90. Chaque faction a son quota de directeurs au port, principale artère commerciale du pays. Selon un expert cité par le média français, «c’est une bonne chose que le gouvernement ait démissionné, mais le Liban a besoin de sang neuf, sinon il n’évoluera jamais». En effet, dans ce pays qui souffre de plusieurs maux, ce sont des factions et des familles spécifiques qui détiennent le pouvoir, poursuit la même source. Et de préciser que si Diab a pu former son gouvernement en janvier, ce n’était que grâce au soutien du puissant groupe Hezbollah, allié de longue date de l’Iran. Ainsi, pour reconstruire Le Liban, «il faut en premier renverser son système sectaire archaïque», affirment les militants libanais. Ces derniers, qui protestent depuis près d’une année contre la corruption et la mauvaise gestion politique de leur classe dirigeante, avaient déjà réussi à évincer la coalition de Saad Hariri en 2019.

 

Toujours pas de candidats pour remplacer Diab 

Encore une fois, le président Libanais Michel Aoun se retrouve obligé de désigner un nouveau Premier ministre. Il doit désormais entamer les consultations avec les factions et les blocs parlementaires pour élire un candidat qui bénéficie du plus grand soutien politique. Toutefois, souligne Asharq Al Awsat, la présidence n’a pas encore déterminé la date du lancement officielle de ces consultations. Le journal explique que la formation d’un gouvernement au milieu des clivages entre factions a été décourageante par le passé. Aujourd’hui, avec le mécontentement croissant de la population et l’écrasante crise financière, il pourrait être encore plus difficile de trouver quelqu’un qui accepterait de devenir Premier ministre.

Bien que certains voient dans la démission du cabinet de Hassan Diab une victoire pour le mouvement de protestation, d’autres se disent préoccupés par ce nouveau vide politique. Ces derniers soutiennent qu’entre la profonde colère populaire, la crise économique et la récente tragédie de Beyrouth, la marge de manœuvre des politiques libanais a été réduite, surtout que ces derniers doivent en plus faire face à la pression des pays étrangers, qui conditionnent leur aide à des amendements radicaux.

 

Soutien étranger

Par ailleurs, et afin de soutenir le peuple libanais endeuillé par le drame de la semaine dernière, La France a pris les devants de la réponse internationale. Le président français, Emmanuel Macron, a présidé ainsi une conférence qui a permis de récolter un quart de million d’euros qui servira à aider les Libanais. De son côté, le roi Mohammed VI a ordonné la construction d’un hôpital de campagne militaire à Beyrouth. Ce dernier est désormais opérationnel et prêt à accueillir les blessés. Le site en question compte actuellement 150 patients, selon les médias d’État. Une équipe médicale de 45 médecins de «diverses spécialités telles que réanimateurs, chirurgiens, traumatologues, ORL, ophtalmologues, traitement des brûlés, neurochirurgiens, pédiatres, pharmaciens, ainsi que des infirmières spécialisées et des éléments de soutien» a été mobilisée spécialement pour traiter les sinistrés.


  • Partagez

Liban : Moustapha Adib jette l’éponge

Samedi 26 septembre, vingt-cinq jours seulement après sa nomination, Moustapha Adib, Premier ministre libanais, a jeté l’éponge. L’ancien ambassadeur de Beyrouth en Allemagne a annoncé qu’il renonçait...

Paris : une attaque à l’arme blanche potentiellement liée à celle de Charlie Hebdo

Ce vendredi 25 septembre, une attaque à l’arme blanche a eu lieu dans le 11e arrondissement à Paris. Selon la police, un individu armé d’une machette a attaqué plusieurs personnes, blessant au moins q...

Baromètre des CEOs africains 2020 : la Côte d’Ivoire s’impose à nouveau

Ce jeudi 24 septembre, le baromètre 2020 des CEOs africains, rédigé dans un contexte marqué par la pandémie du nouveau coronavirus, a été publié par Africa CEO Forum. Ce classement est ...

Juliette Gréco, icône de la chanson française, est décédée

Ce mercredi 23 septembre, Juliette Gréco, icône de la chanson française et comédienne de vocation, est décédée. L’annonce a été faite par la famille de cette la légende du Saint-Germain-des-...

Mort de Breonna Taylor : aucune poursuite contre les policiers

Ce mercredi 23 septembre, Daniel Cameron, le procureur général du Kentucky, n’a annoncé qu’une seule inculpation, indirecte, contre un des policiers impliqués dans la mort de Breonna Taylor, une Afro-...

À l’AG de l’ONU, la Chine s’engage à atteindre la neutralité carbone en 2060

Ce mardi 22 septembre, lors d’un discours prononcé à l’Assemblée générale l’Organisation des Nations unies (ONU), organisée en visioconférence en raison de la crise sanitaire de la Covid-19, le présid...