Aller au contenu principal

Deutsche Bank aurait étouffé des soupçons impliquant Trump

Par Khansaa Bahra, Publié le 21/05/2019 à 11:39, mis à jour le 06/01/2021 à 10:11          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media

Selon le New York Times, la direction de Deutsche Bank a étouffé des soupçons de blanchiment d'argent en 2016 et 2017 émis en interne et impliquant le président américain Donald Trump et son beau-fils, Jared Kushner.

 

L'article, qui cite cinq employés actuels et anciens de la Deutsche Bank, indique que les dirigeants de la banque basée en Allemagne, qui a prêté des milliards de dollars aux sociétés Trump et Kushner, ont rejeté les conseils de leurs employés et les rapports n'ont jamais été déposés auprès du gouvernement.

 

Deutsche Bank a démenti, ce lundi 20 mai, le rapport du New York Times. La banque a déclaré que les restrictions légales empêchent de révéler "de nombreuses inexactitudes" ajoutant que "la nature des transactions n'était pas claire" mais qu'il s'agissait d'argent faisant de multiples allers-retours entre des entités et des personnes à l'étranger.

 

"À aucun moment, un enquêteur n'a été empêché de reporter une activité potentiellement suspecte", a déclaré la Deutsche Bank dans un communiqué publié dimanche. "En outre, la suggestion selon laquelle quiconque aurait été réaffecté ou licencié dans le but de dissimuler les activités d'un client est catégoriquement fausse."

 

Le président Donald Trump, pour sa part, a lancé (bien sûr) une série de tweets. Il n'a pas abordé l'activité suspecte dans le rapport du New York Times. Cependant, il a nié l'affirmation de l'article selon laquelle il aurait emprunté de l'argent à la Deutsche Bank alors que d'autres prêteurs ne voulaient pas lui accorder des prêts.

 

"FAUX! C'est parce que je n'avais pas besoin d'argent", a déclaré Trump. "Très démodé, mais vrai."

 

"Lorsque vous n'avez pas besoin d'argent ou ne voulez pas d'argent, vous n'avez pas besoin de banques. Les banques ont toujours été à ma disposition, elles veulent gagner de l'argent." Trump a déclaré que la Deutsche Bank était "extrêmement professionnelle", mais "si pour une raison quelconque je ne les aimais pas, je serais allé ailleurs". "Il y avait toujours beaucoup d'argent et beaucoup de choix de banques."

 

"Ce n'est pas vrai", a déclaré le journaliste du New York Times David Enrich sur Twitter, en réponse aux tweets de Trump. "J'ai passé beaucoup de temps à examiner cela, et @DeutscheBank était la seule banque disposée à prêter à @realDonaldTrump pendant 20 ans en raison de son type de défauts de paiement et de son désir de croissance aux États-Unis".

 

 

#FreeBritney : la saga judiciaire de Britney Spears ravive la campagne

Sous tutelle depuis plus de douze ans à la suite de troubles psychologiques, la chanteuse Britney Spears s’exprimera ce mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Lors de cette audience, la c...

Espagne : grâce pour neuf indépendantistes catalans

Ce lundi 21 juin, Pedro Sánchez, président du gouvernement d’Espagne, a annoncé qu’il allait proposer au Conseil des ministres d’accorder une grâce à neuf dirigeants indépendantistes catalans incarcér...

Décryptage de la situation politique en Libye

Dans ce podcast, Medi1 revient sur la situation politique actuelle en Libye notamment avec la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest du pays. Un événement qui se produit quelques jours...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...