Aller au contenu principal

La victoire "miracle" de Scott Morrison aux élections australiennes

Par Nora Jaafar, Publié le 20/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

"J'ai toujours cru aux miracles", se réjouit Scott Morrison. Le tout premier président du gouvernement pentecôtiste de l'Australie a pris la parole lors d'un rassemblement de victoire après une élection fédérale perturbée samedi dernier. Tout au long de la campagne, les sondeurs et les experts n'ont fait qu'un : la Coalition (une alliance de centre droit entre le Parti libéral de Morrison et le Parti national agraire) était terminée et les travaillistes étaient au pouvoir après six ans sur le front de l'opposition. Morrison était le troisième Premier ministre de la Coalition hargneuse depuis 2013, son ministère était divisé au sujet du changement climatique et le dirigeant travailliste Bill Shorten s'était mis en colère contre les banques et tout le gratin de la ville.

 

Puis ils ont voté. Un par un, les sièges marginaux de la Coalition se sont maintenus et subitement, les taches rouges de la carte électorale ont explosé en bleu, couleur de la Coalition. Les piliers du mouvement ouvrier entassés dans les studios de télévision pour encourager leur parti à revenir au pouvoir ont été brusquement appelés à prononcer des éloges solennels stupéfaits. Bien que le système de vote préférentiel, le grand nombre de votes par correspondance et l'étendue de l'électorat rural australien signifient qu'aucun siège n'a été officiellement déclaré, la Commission électorale australienne a obtenu 78 sièges (76 pour une majorité) pour la Coalition et 67 pour les travaillistes, les partis et indépendants secondaires occupant le reste des sièges. L'ailier droit des travaillistes Shorten est sur le point de partir et l'ailier gauche, le vétéran progressiste Anthony Albanese est le principal candidat en lice pour le remplacer.

 

Personne ne l'a vu venir. Les trois années de scrutin qui se sont écoulées depuis la dernière élection ont produit exactement deux sondages qui ont permis à la Coalition de prendre l'avantage sur le vote préférentiel bipartite, le plus récent eut lieu vers la mi-2017. Morrison est rentré à la maison et a laissé aux sondeurs australiens beaucoup d'introspection à faire. Ce revirement est comparé au triomphe imprévu de Donald Trump en 2016 et à la victoire surprise des Conservateurs en 2015.

 

Morrison a fait à peu près la même chose pour Shorten, qui avait esquissé une politique fiscale ambitieuse consistant à supprimer le ratio d'endettement négatif et à réduire l'escompte sur les plus-values de placement tout en mettant fin aux ristournes en espèces pour l'attribution des crédits excédentaires pour imputation de dividendes. Le changement climatique étant l'un des principaux sujets de discussion de la campagne, les travaillistes ont proposé une garantie énergétique nationale de réduction des émissions (une ancienne politique de la coalition qui a évincé le prédécesseur de Morrison, Malcolm Turnbull) et une réduction rapide de la dépendance vis-à-vis du charbon. Morrison a fait campagne avec acharnement contre les politiques qui, selon lui, feraient payer plus d'impôts aux électeurs et feraient perdre leur emploi aux travailleurs du charbon du Queensland. Les publicités d'attaque contre Shorten portaient la mention "The Bill Australia can't afford" (Le projet de loi que l'Australie ne peut se payer).

 

Morrison s'est présenté comme un père " guerrier " australien las du monde et son adversaire, un otage des militants de la gauche verte qui n'avaient jamais eu à se soucier de mettre de la nourriture sur la table. Il n'a pas réussi à faire aimer aux électeurs son parti belligérant et fou, mais il a réussi à les convaincre que cet homme des banlieues, un peu maladroit, et un peu débile, pouvait être plus fiable que Shorten, un ancien dirigeant syndical qui avait contribué à faire tomber deux Premiers ministres ouvriers.

Climat : une forte hausse des émissions de CO2 attendue en 2021

Dans son rapport annuel sur l’énergie dans le monde, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que les émissions de CO2 augmenteront de près de 5% cette année, pour atteindre 33 milliards de t...

Crise économique : comment le Liban en est arrivé là ?

Le Liban vit l’une des pires crises économique de son histoire. Plus de la moitié du pays vit aujourd’hui sous le seuil de la pauvreté. Dans ce podcast signé Medi1, Agnès Levallois, Vice-Présidente de...

Inde : progression du variant Covid-19 double mutant

L’Inde fait face à une nouvelle vague du nouveau coronavirus. Selon les données officielles publiées ce lundi 19 avril, le pays a enregistré un nouveau record de contaminations à la Covid-19, not...

La Chine annonce une croissance économique record

Ce vendredi 16 avril, la Chine a annoncé que sa reprise économique s’est accélérée au premier trimestre. En effet, le pays a annoncé une hausse record de sa croissance économique (+18,3% sur un an). C...

Pfizer : une troisième dose «probablement» nécessaire

Dans des déclarations faites à la chaîne de télévision américaine CNBC, Albert Bourla, président directeur général de Pfizer, a indiqué que les personnes ayant reçu le vaccin de Pfizer contre la ...

L’ONU condamne l’islamophobie en France

Ce jeudi 15 avril, Miguel Angel Moratinos, le haut représentant de l’Alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC), a fermement condamné les actes islamophobes dont les musulmans ont été récemm...