Aller au contenu principal

Google bannit Huawei du Play Store à cause (grâce) de Donald Trump

Par H.L.B, Publié le 20/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

La révolution post-numérique commence par cette nouvelle résolution. La décision du président américain de mettre Huawei sur la liste noire, qui a conduit Google à mettre fin à sa collaboration avec l'entreprise, a peut-être des motifs cachés, mais elle pourrait avoir des conséquences exceptionnelles.

 

Jusqu'à présent, le gouvernement mondial s'est montré impuissant à forcer les grands monopoles de l'ère numérique à adhérer à toute réglementation. Ils sont allés où bon leur semble, ils ont dévoré leurs concurrents comme ils l'entendent et ils ont payé des impôts (ou pas) au gré de leurs caprices. Leur rivalité se limitait seulement aux produits électroniques comme les téléphones intelligents, mais ce ne sont que des éléments qui servent à conquérir de nouveaux marchés et le monopole partout dans le monde.

 

Les objections de Trump à Huawei sont fondées en grande partie sur l'ignorance. Il n'aime pas la Chine, pour ainsi dire, la qualifiant d'"adversaire étranger", sans raison valable. Personne ne sait à quel point Huawei est dangereux ou corrompu, mais c'est le deuxième fournisseur de téléphones au monde - devant Apple - et les opinions sont partagées sur sa potentielle implication dans des offensives économiques ou même militaires. L'empressement de Huawei à dominer les réseaux 5G fait que le responsable d'un état de surveillance de masse se trouve dans une position alarmante à l'échelle mondiale.

 

Quand quelqu'un a un tel pouvoir, le principe de précaution s'applique à juste titre. La Britannique Theresa May n'est pas d'accord avec Trump au sujet de Huawei, ce qui divise son cabinet sur le sujet. La seule raison qu'elle invoque ne semble pas convaincante. Elle ne veut pas mettre en danger la diplomatie " kowtow " de la Grande-Bretagne, initiée par David Cameron qui recherchait désespérément des fonds chinois pour des projets fantaisistes. La décision de May était motivée par un manque de choix, pas par un sentiment de force.

 

Lorsque le World Wide Web a été inventé dans les années 1990, il était largement considéré comme l'annonce d'une nouvelle ère de coopération mondiale et de reconnaissance réciproque. L'autocratie et la tromperie tomberaient devant le poids des chiffres. La "fin de l'histoire" naîtrait un nouveau consensus libéral, alimenté par un échange ouvert d'informations.

 

Le prospectus était naïf et défectueux. Le meilleur de la nature humaine s'est battu contre le pire, une armée de fanatiques, de menteurs, de pornographes, de criminels et de trolls. Les nouveaux capitalistes se comportaient comme les anciens. Laissés à eux-mêmes, ils exploitent les marchés et connaissent une croissance vorace. Leur taille, leurs profits et leur pouvoir étaient si importants que personne n'osait les affronter. Certains doutent même que la confrontation soit possible.

 

La dernière arme contre eux est peut-être la plus cynique : la sécurité nationale, une excuse valable pour un autoritarisme bidon. Mais n'importe quelle raison vaut mieux que rien. Huawei et Google verront leurs ailes coupées. Des solutions de rechange verront le jour. Les législateurs nationaux seront encouragés à taxer et à réguler les choses. Il s'agit d'une industrie qui n'en est qu'à ses débuts. Mais la dissolution des géants de l'ère de l'information - comme à tout âge - est dans l'intérêt de l'ouverture et de la liberté. Trump pourrait se révéler un révolutionnaire accidentel.

Turbulences dans la maison du PJD avant les élections

Quelques mois après la polémique autour de Saad Dine El Otmani et de sa signature de la déclaration...

Vaccination anti-Covid-19 : le chemin est encore long

Le Maroc a dépassé lundi la barre de 3,5 millions de citoyens vaccinés contre la Covid-19, ce qui r...

Tétouan : plusieurs dégâts matériels après les averses de ce lundi

Ce lundi 1er mars, la ville de Tétouan a connu de fortes averses avec un cumul de 100 mm entre 7h et 16h. Ces précipitations ont entrainé d’importantes inondations, qui à leur tour ont provoqué plusie...

Le Maroc suspend ses relations avec l'Allemagne

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé ce lundi soir la suspension de tout contact avec l’a...

Restrictions : 15 jours de plus

Le gouvernement a décidé de prolonger de deux semaines, à compter du mardi 02 mars à 21h, les mesures de précaution adoptées le 13 janvier dernier pour lutter contre le nouveau coronavirus. Un comm...

Vaccination : besoin urgent de doses de vaccins

Avec 3.435.997 personnes vaccinées au 28 février 2021 à 18 heures, le Maroc figure parmi les pays q...