Aller au contenu principal

Google bannit Huawei du Play Store à cause (grâce) de Donald Trump

Par H.L.B, Publié le 20/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

La révolution post-numérique commence par cette nouvelle résolution. La décision du président américain de mettre Huawei sur la liste noire, qui a conduit Google à mettre fin à sa collaboration avec l'entreprise, a peut-être des motifs cachés, mais elle pourrait avoir des conséquences exceptionnelles.


 

Jusqu'à présent, le gouvernement mondial s'est montré impuissant à forcer les grands monopoles de l'ère numérique à adhérer à toute réglementation. Ils sont allés où bon leur semble, ils ont dévoré leurs concurrents comme ils l'entendent et ils ont payé des impôts (ou pas) au gré de leurs caprices. Leur rivalité se limitait seulement aux produits électroniques comme les téléphones intelligents, mais ce ne sont que des éléments qui servent à conquérir de nouveaux marchés et le monopole partout dans le monde.

 

Les objections de Trump à Huawei sont fondées en grande partie sur l'ignorance. Il n'aime pas la Chine, pour ainsi dire, la qualifiant d'"adversaire étranger", sans raison valable. Personne ne sait à quel point Huawei est dangereux ou corrompu, mais c'est le deuxième fournisseur de téléphones au monde - devant Apple - et les opinions sont partagées sur sa potentielle implication dans des offensives économiques ou même militaires. L'empressement de Huawei à dominer les réseaux 5G fait que le responsable d'un état de surveillance de masse se trouve dans une position alarmante à l'échelle mondiale.

 

Quand quelqu'un a un tel pouvoir, le principe de précaution s'applique à juste titre. La Britannique Theresa May n'est pas d'accord avec Trump au sujet de Huawei, ce qui divise son cabinet sur le sujet. La seule raison qu'elle invoque ne semble pas convaincante. Elle ne veut pas mettre en danger la diplomatie " kowtow " de la Grande-Bretagne, initiée par David Cameron qui recherchait désespérément des fonds chinois pour des projets fantaisistes. La décision de May était motivée par un manque de choix, pas par un sentiment de force.

 

Lorsque le World Wide Web a été inventé dans les années 1990, il était largement considéré comme l'annonce d'une nouvelle ère de coopération mondiale et de reconnaissance réciproque. L'autocratie et la tromperie tomberaient devant le poids des chiffres. La "fin de l'histoire" naîtrait un nouveau consensus libéral, alimenté par un échange ouvert d'informations.

 

Le prospectus était naïf et défectueux. Le meilleur de la nature humaine s'est battu contre le pire, une armée de fanatiques, de menteurs, de pornographes, de criminels et de trolls. Les nouveaux capitalistes se comportaient comme les anciens. Laissés à eux-mêmes, ils exploitent les marchés et connaissent une croissance vorace. Leur taille, leurs profits et leur pouvoir étaient si importants que personne n'osait les affronter. Certains doutent même que la confrontation soit possible.

 

La dernière arme contre eux est peut-être la plus cynique : la sécurité nationale, une excuse valable pour un autoritarisme bidon. Mais n'importe quelle raison vaut mieux que rien. Huawei et Google verront leurs ailes coupées. Des solutions de rechange verront le jour. Les législateurs nationaux seront encouragés à taxer et à réguler les choses. Il s'agit d'une industrie qui n'en est qu'à ses débuts. Mais la dissolution des géants de l'ère de l'information - comme à tout âge - est dans l'intérêt de l'ouverture et de la liberté. Trump pourrait se révéler un révolutionnaire accidentel.


  • Partagez

Impact de la Covid-19 : un demi-million d'enfants pauvres au Maroc

À l’occasion de la journée mondiale de l’enfance, l’Observatoire national des droits de l’Homme (ON...

Covid-19 : l’ANAM réagit à la surfacturation des cliniques privées

Suite à la vive polémique concernant la surfacturation des patients souffrant de la Covid-19 par ce...

Cellule terroriste démantelée lundi : le BCIJ dévoile des révélations terrifiantes

Dans son édition de ce jeudi 26 novembre, le journal arabophone Al-Ahdath rapporte les informations révélées par les investigations menées par les services du Bureau central d'investigations judiciair...

Le roi Mohammed VI se recueille sur la tombe de feu Hassan II

Ce mercredi 25 novembre, le roi Mohammed VI a commémoré le 22e anniversaire de la disparition de feu le roi Hassan II dans un cadre privé. Accompagné du prince Moulay Rachid, le Souverain s’est recuei...

Covid-19 : les tests antigéniques enfin disponibles

Les tests antigéniques sont désormais disponibles au Maroc. Ces tests de dépistage rapide de la Covid-19 sont utilisés par les services du ministère de la Santé dans plusieurs régions du Royaume....

Protection de l’enfant et de la femme : l’État subventionne 14 associations

Quatorze associations marocaines ont signé ce mardi à Rabat des conventions avec le ministère du Tr...