Aller au contenu principal

Elections 2021 : Laftit demande aux partis politiques de soumettre leurs propositions

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a rencontré ce mercredi les secrétaires généraux et présidents des différents partis politiques afin de discuter des préparatifs des prochaines échéances électorales. Accompagné de Nourredine Boutayeb, ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Laftit a demandé aux partis de faire des propositions afin de préparer une base préliminaire des changements éventuels pouvant être apportés au système électoral.

Par Mohamed L., Publié le 09/07/2020, mis à jour le 09/07/2020
Teaser Media
Laftit

Les élections 2021 se préparent en amont, le département de l’Intérieur l’a bien compris. Mercredi, Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a rencontré les secrétaires généraux des partis politiques. Lors de cette réunion, Laftit a promis que son département «œuvrera pour la réussite du processus électoral, en toute neutralité, tant au niveau de la préparation des scrutins que de leur tenue», rapporte l’Économiste dans son édition du jeudi 9 juillet 2020. Il a également appelé les partis politiques à soumettre leurs propositions, en vue de préparer une mouture préliminaire des changements éventuels pouvant toucher le système électoral. Le ministre de l'Intérieur s’est dit «mobilisé pour examiner les questions relatives aux échéances électorales afin d'y trouver des solutions adéquates dans le cadre d'un débat responsable et transparent».

 

Un vote par carte nationale parmi les propositions

Début février 2020, les partis de l’Istiqlal et l’USFP avaient appelé à «accélérer l’ouverture du chantier des réformes politiques du système électoral dans le cadre du dialogue et de la concertation avec tous les acteurs politiques». L’Istiqlal avait d’ailleurs fait plusieurs recommandations à l’Exécutif. Nizar Baraka, secrétaire général du parti, avait suggéré un réexamen du cadre juridique des élections dans tous ses aspects : mode de scrutin, découpage électoral, seuil d’éligibilité, représentation des femmes et des jeunes, participation de la communauté marocaine à l’étranger… etc.

Pour sa part, l’USFP avait recommandé un vote par carte nationale afin de relever le taux de participation, jugé très bas par les partis politiques (43% en 2016, 37% en 2007). «Nous avons demandé à ce que le vote soit effectué avec la carte nationale, sachant que toute réforme demeure tributaire de celle de la masse des électeurs. Nous avons en outre proposé que le vote ait lieu le mercredi et appelé à revoir le mode de scrutin, car notre pays a besoin d’un véritable intermédiaire, en l’occurrence l’acteur politique opérationnel sur le terrain», déclaré Driss Lachgar, secrétaire général de l’USFP.

Rappelons que cette année 2020 sera une année électorale à tous les niveaux (législatives, communales et régionales). Toutes les institutions représentatives nationales feront peau neuve, qu'il s'agisse de conseils communaux, provinciaux ou régionaux.

Médias24 souligne que le coût de ces échéances électorales se situe entre 1,5 et 2 milliards de dirhams. Le site rappelle qu’en 2016, et rien que pour les législatives, le coût global avait été estimé à 1,2 milliard de dirhams, dont 250 millions de dirhams au titre de la contribution au financement des campagnes électorales.


  • Partagez

Conseil de gouvernement : priorité à la lutte contre le Covid-19

L’évolution de la pandémie du coronavirus au Maroc et comment la contenir, tels étaient les princip...

Covid-19 : prolongation de l'état d'urgence sanitaire au 10 septembre 2020

Réuni ce jeudi 6 août à Rabat, le Conseil de gouvernement a décidé de prolonger d’un mois l’état d’...

Pétition de la vie : création d’un fonds au profit des patients atteints de cancer

La commission des pétitions de la Chambre des représentants a présenté le mardi 4 août un rapport sur "la pétition de la vie" à Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, appelant à la création d...

L’amazighe bientôt intégrée lors des travaux de la chambre des conseillers

Un nouveau règlement intérieur, qui prévoit des nouveautés de taille concernant notamment la langue amazighe, vient d’être adopté à la chambre des Conseillers. Ainsi, des moyens seront mis à la dispos...

Fête du trône : retour sur les réformes socio-économiques annoncées par le Roi

S’adressant à la nation, le mercredi 29 juillet, le roi Mohammed VI a exhorté le gouvernement et se...

Fête du Trône : 21 ans de progrès

Le 30 juillet 1999, Sa Majesté le roi Mohammed VI est monté sur le trône du Maroc, après la dispari...