Aller au contenu principal

Le capital investissement fait sa promo !

L’Association marocaine des investisseurs en capital (Amic) a publié mardi un rapport annuel d’impact. La moitié des entreprises bénéficiant d’investisseurs, soit 123, ont participé à l’enquête. Elles pèsent 31 milliards de DH de chiffre d’affaires et emploient 41000 personnes. Les taux de croissance annuels moyens du chiffre d’affaires et des effectifs de ces entreprises à fin 2019 sont autour de 15%. Le capital investissement peut s'avérer une source intéressante pour lever des fonds même si le processus est plus long qu’une demande de crédit par exemple.

Par J.R.Y, Publié le 17/06/2020, mis à jour le 17/06/2020
Teaser Media

En cette période difficile pour les entreprises, le capital investissement peut s'avérer une source intéressante pour lever des fonds même si le processus est plus long qu’une demande de crédit par exemple. La profession dispose de plus de 2 milliards de dirhams à investir. Cette manne pourrait aider les entreprises saines et bien gérées, mais fragilisées par la crise, à mobiliser des financements autres que bancaires pour passer le cap.

 

Un bilan plus qu’honorable

L’Association marocaine des investisseurs en capital (Amic) a publié mardi un rapport annuel d’impact. La moitié des entreprises investies ont participé à l’enquête, soit 123. Elles pèsent 31 milliards de DH de chiffres d’affaires et emploient 41000 personnes.

Les taux de croissance annuels moyens du chiffre d’affaires et des effectifs dans ces entreprises à fin 2019 sont respectivement de 15,1 % et 15% indique l’Amic. L’année dernière, la croissance du chiffre d’affaires des entreprises investies s’est élevée à 12,3% pour l’ensemble des secteurs investis, dont une hausse de 27% pour les Services alors que le PIB a augmenté de 2,2%. Par ailleurs, 47% des entreprises investies par les fonds sont exportatrices et leurs exportations ont augmenté de 2% sur un an. Entre 2000 et 2019, l’enquête révèle que la contribution fiscale des 123 entreprises a augmenté de plus de 2,5 milliards de dirhams et que la durée moyenne de détention avant cession est de six ans.

Les fonds apportent une meilleure gouvernance et de meilleures pratiques en termes de gestion. Ils influencent aussi les sujets RSE au sein des sociétés. Les entreprises investies affichent une amélioration significative des indicateurs RSE (mise en œuvre de plans annuels de formation, de chartes d’éthique et de valeurs, gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences ou encore actions environnementales et sociétales) entre la prise de participation et la cession, notent les experts.


  • Partagez

Secteur énergétique : nomination des membres du conseil de l’ANRE

Dans le cadre des orientations de Sa Majesté le roi Mohammed VI, liées au secteur énergétique natio...

Fonds d’investissement stratégique : une lueur d'espoir pour réduire le chômage

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la réforme de l’administration, a r...

MCA-Morocco lance sa nouvelle initiative, Lab Emploi

Dans son édition de ce mercredi 12 août, Les Inspirations Éco a rapporté que l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA-Morocco) a lancé une nouvelle initiative baptisée Lab Emploi. Son object...

CIH/BERD : un financement de 40M€ pour les PME marocaines

Ce mardi 11 août, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et Le Crédit immobilier et hôtelier (CIH) ont tenu une cérémonie de signature virtuelle d’un partenariat en fav...

OCP : une nouvelle usine de production d’acide phosphorique à Jorf Lasfar

Ce mardi 11 août, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé qu’il s'est associé avec des partenaires allemand (Budenheim) et belge (Prayon) pour lancer la construction d’une nouvelle usine de ...

Covid-19 : pas de gros dégâts en vue pour les banques

Ce qu’il y a de rassurant dans cette conjoncture, c’est que les banques sont mieux aguerries face a...