Aller au contenu principal

Influence indue : les journalistes menacés par Monsanto

Par Nora Jaafar, Publié le 14/05/2019 à 13:20, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les autorités françaises ont ouvert une enquête préliminaire sur des allégations selon lesquelles le très controversé géant américain des pesticides Monsanto aurait recueilli illégalement des informations sur les positions et la flexibilité de centaines de personnalités et médias français célèbres.

 

Les documents ont apparemment été compilés par FleishmanHillard, qui a évalué le point de vue des personnes et des médias ciblés dans toute la France sur le glyphosate désherbant controversé et les cultures génétiquement modifiées, ainsi que la possibilité de les influencer leurs jugements. Monsanto a été reconnu coupable aux États-Unis en 2018 pour avoir omis de prendre les mesures nécessaires pour mettre en garde contre des risques potentiels de son produit Roundup, alors qu'il savait que le désherbant contient un produit chimique carcinogène.

 

La société pharmaceutique allemande Bayer, qui a acheté Monsanto en juin de la même année, a annoncé en avril que plus de 13 000 actions en justice liées au désherbant ont été intentées aux États-Unis - les actions de Bayer ont chuté d'environ 40 % depuis leur achat, qui a coûté 63 milliards de dollars américains.

 

En plus des journalistes, des politiciens et des scientifiques sont listés, ainsi que leurs activités de loisirs, adresses et numéros de téléphone - certains étaient considérés comme des "cibles prioritaires", d'autres comme des "alliés potentiels".

 

L'ancienne ministre française de l'Environnement, Ségolène Royal, aurait figuré sur la liste - elle a souligné que les allégations en disaient "beaucoup sur les méthodes des lobbyistes... ils espionnent, s'infiltrent, cherchent à influencer et usent parfois de séduction financière". Elle ajoute que de nombreuses autres sociétés étaient susceptibles de recourir aux mêmes pratiques.

 

Sheldon Krimsky, professeur de sciences humaines et sociales au Département de politique et de planification urbaines et environnementales de l'Université Tufts, a déclaré à que Monsanto est réputée pour menacer les éditeurs et les journalistes qui publient des articles "peu complémentaires" sur son activité ou des livres à son sujet.

 

"Ils ont également exercé une influence indue sur les organismes de réglementation américains et ont fait pression sur certaines revues pour qu'elles retirent des articles dont les conclusions allaient à l'encontre de leurs intérêts financiers. Si le procureur français a des raisons de penser que Monsanto exercerait une pression déloyale sur les journalistes et les législateurs français, il a tout à fait le droit d'enquêter sur ces violations de la loi. Monsanto a démontré sa volonté de contourner les normes scientifiques et l'éthique de publication pour protéger ses produits. Si les Français poursuivent le procès et parviennent à obtenir des " documents préalables ", ils en apprendront davantage sur cette entreprise dont la transparence est très controversée", explique Krimsky.

USA-Russie : première rencontre de Joe Biden avec Vladimir Poutine

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine ont conclu ce mercredi après-midi leur sommet de Genève, en Suisse, mettant ainsi fin à leur première rencontre depuis l’entrée...

Gaza : échanges de tirs entre Israël et le Hamas

Dans la matinée de ce mercredi, l’aviation israélienne a mené des frappes dans la bande de Gaza. Selon des sources sécuritaires palestiniennes et une station de radio du Hamas, elle a visé au moins un...

Sommet US-UE : la Covid-19, le climat et le commerce à l’ordre du jour

Les États-Unis et l’Union européenne ont convenu d’une trêve de cinq ans dans leur différend de longue date sur les subventions accordées aux constructeurs aéronautiques. Cette annonce a été faite ce ...

L’Otan réaffirme sa force et interpelle la Russie et la Chine

Les 30 États membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) ont clôturé leur somme...

Covid-19 : 2.000 euros pour discréditer le vaccin de Pfizer

Alors que la pénurie de vaccins contre la Covid-10 handicape les campagnes de vaccination de plusieurs pays, certains influenceurs ont été sollicités pour discréditer le vaccin de Pfizer. Dans ce podc...

G7 : un front uni pour vacciner plus contre la Covid-19 et protéger le climat

Ce dimanche 13 juin, après trois jours d’intenses discussions, le sommet de Carbis Bay, en Cornouailles, des sept pays les plus industrialisés (G7), s’est achevé. À l’issue de cet évènement, les dirig...