Aller au contenu principal

GAFA : La taxe de la discorde

Google, Apple, Facebook et Amazon sont depuis quelques années dans le collimateur des ministères des Finances de nombreux pays. Le business modèle de ces entreprises "virtuelles", et les montages financiers font qu'elles échappent à l'impôt dans plusieurs pays. La Direction générale des impôts réfléchit à la fiscalisation des revenus générés par les GAFA au Maroc. Leurs revenus publicitaires sont estimés à 700 millions de DH. La taxation contre les GAFA ne fait pas l'unanimité, d'où les initiatives individuelles. Ces entreprises de la nouvelle économie obligent les autorités à adapter les règles fiscales.

Par J.R.Y, Publié le 13/05/2019 à 15:39, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Faute d'un accord au niveau européen, la France s'est dotée de sa propre taxe sur les GAFA. Elle espère récolter 500 millions d'euros par an. Cette taxe viendrait compenser en partie les écarts d'imposition entre les géants du numérique et les entreprises traditionnelles. La taxe sur les GAFA divise (les États qui accueillent ces géants du numérique sont contre un projet commun de taxe alors que d'autres redoutent les représailles des États-Unis), et certains des arguments avancés par la France sont contestés.

 

Chaque pays décide de sa politique fiscale pour être compétitif et attirer des entreprises, il peut y avoir des incitations et donc des minorations de taux pour les entreprises. Cela fait qu'il existe des écarts d'imposition d'un pays à l'autre. Aujourd'hui, le business modèle des géants du numérique pose un défi pour les autorités et appelle à une évolution des règles fiscales. Normalement, une entreprise paie un impôt sur les bénéfices dans un pays où elle est implantée physiquement. Cette présence physique peut se mesurer par le nombre d'employés, les bureaux... Or, pour les entreprises du web, cette présence physique n'est pas toujours nécessaire. Par ailleurs, elles peuvent choisir de s'implanter dans les pays où les taxes sont plus faibles pour déployer leurs activités. Puisqu'il est complexe de cerner les bénéfices qu'elles réalisent, la France a décidé de taxer le chiffre d'affaires (3%).

 

Le Maroc veut taxer les géants du web

Cela va à l'encontre de la doctrine fiscale, puisque normalement, ce sont les bénéfices qui sont imposés. En tout cas, le sujet interpelle un peu partout. Même au Maroc, il y a une réflexion autour de la fiscalisation des revenus générés par les GAFA. Ils sont estimés à 700 millions de DH. Les défis que pose l'économie numérique concernent aussi la TVA surtout pour les achats sur internet ou via des plateformes comme Airbnb.

 

La volonté des pays qui ont mis en place une taxe sur les GAFA est de leur faire payer leur juste part d'impôt. Sauf que l'impact de telles mesures peut dépasser les seuls Google, Apple, Facebook et Amazon. Ces entreprises pourraient répercuter la taxe sur leurs clients, notamment les acheteurs de publicité en ligne.

Évolution de l’activité monétique au Maroc

Les neuf premiers mois de 2021 ont été marqués par une reprise remarquable de l’activité monétique au Maroc. En comparaison avec la même période de l’année 2020, le volume global de l’activité a progr...

Perspectives économiques : l’inflation, le grain de sable dans la reprise

Le FMI a abaissé de 0,1 point sa prévision de croissance mondiale à 5,9%. La révision est certes mo...

2021 : la croissance au beau fixe

Le Maroc devra enregistrer l’un des taux de croissance les plus robustes de la région cette année, ...

Des entreprises marocaines victimes des tensions entre Alger et Rabat

Encore une fois, les relations entre Alger et Rabat passent par la case rouge des tensions et des querelles diplomatiques. Dernier épisode en date de cette série noire, une affaire de résiliation des ...

Un record de transferts des MRE prévu à fin 2021

À la suite des travaux de la troisième réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) au titre de 2021, tenue ce mercredi 13 octobre, la banque centrale a souligné dans un communiqué que le...

IRES : le monde post-Covid-19

Dans son rapport stratégique 2021, intitulé “vers un nouveau monde post-Covid-19 ?”, l’Institut royal des Études stratégiques (IRES) s’est penché sur l’après-crise sanitaire. Soulignant une "quasi-imp...