Aller au contenu principal

GAFA : La taxe de la discorde

Google, Apple, Facebook et Amazon sont depuis quelques années dans le collimateur des ministères des Finances de nombreux pays. Le business modèle de ces entreprises "virtuelles", et les montages financiers font qu'elles échappent à l'impôt dans plusieurs pays. La Direction générale des impôts réfléchit à la fiscalisation des revenus générés par les GAFA au Maroc. Leurs revenus publicitaires sont estimés à 700 millions de DH. La taxation contre les GAFA ne fait pas l'unanimité, d'où les initiatives individuelles. Ces entreprises de la nouvelle économie obligent les autorités à adapter les règles fiscales.

Par J.R.Y, Publié le 13/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Faute d'un accord au niveau européen, la France s'est dotée de sa propre taxe sur les GAFA. Elle espère récolter 500 millions d'euros par an. Cette taxe viendrait compenser en partie les écarts d'imposition entre les géants du numérique et les entreprises traditionnelles. La taxe sur les GAFA divise (les États qui accueillent ces géants du numérique sont contre un projet commun de taxe alors que d'autres redoutent les représailles des États-Unis), et certains des arguments avancés par la France sont contestés.

 

Chaque pays décide de sa politique fiscale pour être compétitif et attirer des entreprises, il peut y avoir des incitations et donc des minorations de taux pour les entreprises. Cela fait qu'il existe des écarts d'imposition d'un pays à l'autre. Aujourd'hui, le business modèle des géants du numérique pose un défi pour les autorités et appelle à une évolution des règles fiscales. Normalement, une entreprise paie un impôt sur les bénéfices dans un pays où elle est implantée physiquement. Cette présence physique peut se mesurer par le nombre d'employés, les bureaux... Or, pour les entreprises du web, cette présence physique n'est pas toujours nécessaire. Par ailleurs, elles peuvent choisir de s'implanter dans les pays où les taxes sont plus faibles pour déployer leurs activités. Puisqu'il est complexe de cerner les bénéfices qu'elles réalisent, la France a décidé de taxer le chiffre d'affaires (3%).

 

Le Maroc veut taxer les géants du web

Cela va à l'encontre de la doctrine fiscale, puisque normalement, ce sont les bénéfices qui sont imposés. En tout cas, le sujet interpelle un peu partout. Même au Maroc, il y a une réflexion autour de la fiscalisation des revenus générés par les GAFA. Ils sont estimés à 700 millions de DH. Les défis que pose l'économie numérique concernent aussi la TVA surtout pour les achats sur internet ou via des plateformes comme Airbnb.

 

La volonté des pays qui ont mis en place une taxe sur les GAFA est de leur faire payer leur juste part d'impôt. Sauf que l'impact de telles mesures peut dépasser les seuls Google, Apple, Facebook et Amazon. Ces entreprises pourraient répercuter la taxe sur leurs clients, notamment les acheteurs de publicité en ligne.


  • Partagez

Fonds spécial Covid-19 : le secteur de la santé en priorité

Depuis la déclaration de la pandémie du coronavirus au Maroc, le roi Mohammed VI a appelé à la créa...

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Ell...

DGI : légère baisse des recettes nettes

À fin mars 2020, les recettes fiscales nettes se sont établies à 44,7 millions de dirhams, contre 44,9 un an auparavant, soit une baisse de 0.5%. Les recettes ont stagné, alors qu’on s’attendait à une...

La presse écrite dans la tourmente

La presse marocaine est en train de vivre ses plus mauvais jours. La suspension, jusqu’à nouvel ord...

Le Maroc garde la confiance de Moody’s

Dans un contexte marqué de nombreuses incertitudes, l’agence de notation financière Moody’s réitère...

Covid-19 : l’Afrique en pleine souffrance

50 pays africains sur un total de 55 ont détecté des contaminations au Covid-19 sur leurs territoir...