Aller au contenu principal

Le Sri Lanka bloque à nouveau les réseaux sociaux

Par Nora Jaafar, Publié le 13/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le Sri Lanka a temporairement suspendu ce lundi les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et YouTube et les applications de messagerie instantanée comme Snapchat, Viber, WhatsApp et IMO après qu'un message sur Facebook ait déclenché dimanche des attaques contre des mosquées et des commerces appartenant aux musulmans dans plusieurs villes du pays.

 

Cette décision intervient trois semaines après les attentats qui ont fait plus 300 morts dans le pays, provoquant des risques de violence sectaire à l'encontre de la population musulmane minoritaire du pays.

 

Sur Twitter, le plus grand opérateur de téléphonie mobile du Sri Lanka, Dialog Axiata a confirmé qu'il avait restreint les sites Web et les applications conformément à une directive édictée par l'autorité sri-lankaise en charge de la réglementation des télécommunications. Netblocks, une organisation à but non lucratif qui suit les pannes d'Internet, a tweeté que c'était la troisième fois en quelques semaines que le pays bannit les médias sociaux à la suite de tensions religieuses.

 

Le 21 avril dernier, le Sri Lanka a bloqué les médias sociaux pendant 10 jours après les attentats du dimanche de Pâques. Ils l'ont de nouveau fait le 5 mai, après que des tensions ethniques avaient éclaté à Negombo, ville durement touchée.

 

Selon Reuters, la violence de ce dimanche a été déclenchée après qu'un homme de 38 ans a posté un commentaire sur Facebook qui disait, "1 day u will cry" (un jour, vous allez pleurer), ce qui a été interprété comme une menace. Des assaillants auraient attaqué une grande mosquée, traîné une copie du Coran sur le sol et brûlé deux motos parquées. Ils ont également jeté des pierres sur les d'autres mosquées et des magasins appartenant à des musulmans, selon un rapport d'Al Jazeera.

 

Un porte-parole de Facebook a fait la déclaration suivante à BuzzFeed News : "Les gens comptent sur nos services pour communiquer avec leurs proches et offrir de l'aide à ceux qui en ont besoin, et nous demeurons déterminés à aider notre collectivité à établir des liens sécuritaires pendant les périodes difficiles. Il n'y a pas de place pour les contenus haineux, violents ou extrémistes sur nos services, et nous prenons toutes les mesures nécessaires pour supprimer les contenus qui violent nos politiques. Il s'agit notamment de travailler avec des partenaires régionaux pour aider à identifier les informations erronées susceptibles de contribuer à la violence imminente, d'identifier les contenus qui enfreignent nos principes et de garantir un soutien linguistique pour la révision des contenus."

 

Google, YouTube, Snapchat, Instagram, WhatsApp, Viber et IMO n'ont fait aucun commentaire sur le sujet.

 

Des entreprises technologiques américaines comme Facebook ont été accusées d'avoir déclenché des émeutes dans des pays comme le Sri Lanka en ne réagissant pas suffisamment aux discours instables et à la désinformation sur leurs plateformes. Des groupes haineux au Sri Lanka, par exemple, ont exploité le réseau social pour inciter à la violence et diffuser des informations erronées visant les minorités du pays.

Covid-19 : comme partout dans le monde, les soignants de France sont dépassés

Comme partout dans le monde, les personnels soignants, ces soldats mobilisés depuis plus d’un an pour conduire la guerre contre la Covid-19, commencent à atteindre leurs limites. France info s’es...

Renseignement américain : les menaces mondiales qui guettent les USA

Ce mercredi 14 avril, Avril Haines, la directrice du renseignement national américain, a avancé que l’Iran contribue à l’instabilité au Moyen-Orient, lors d’une audition publique du Congrès sur les «m...

Décès de Bernie Madoff, grand escroc américain

Bernie Madoff, auteur de la plus grande escroquerie financière de l’histoire, 65 milliards de dollars, est mort ce mercredi à l’âge de 82 ans dans la prison de la Caroline du Nord, où il purgeait une ...

Afghanistan : retrait des troupes américaines prévu d'ici au 11 septembre

Ce mardi 13 avril, le gouvernement de Joe Biden a annoncé que les troupes américaines quitteraient l’Afghanistan «sans conditions» d’ici le 11 septembre, jour du 20e anniversaire des attentats de 2011...

Caillots sanguins : doutes autour du vaccin de J&J

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé mardi "une pause" dans l’utilisation du vaccin contre la Covid-19 de Johnson & Johnson. L’Agence américaine des médicaments (FDA) «est e...

L'Iran suspend sa coopération avec l'UE

Ce lundi 12 avril, la République islamique d’Iran a annoncé rompre «tout dialogue sur les droits humains» avec les Vingt-Sept ainsi que la «coopération résultant de ce dialogue, en particulier (en mat...