Aller au contenu principal

Crise de la presse : le gouvernement débloque des subventions

La presse écrite vit ses jours les plus difficiles. Le secteur, qui souffrait déjà avant la pandémie du Covid-19, se retrouve désormais au plus bas en raison de son incapacité à vendre ses journaux et de recevoir des commandes d’annonceurs. Le signal d’alerte a été entendu du côté du gouvernement. Ce dernier a annoncé qu'il débloquera des subventions dans les semaines à venir afin de permettre aux organes de presse de faire face aux conséquences étouffantes de la crise.

Par Mohamed Laabi, Publié le 24/04/2020 à 16:38, mis à jour le 24/04/2020 à 18:26
Teaser Media
Presse

Le ministère de la Culture a annoncé ce vendredi qu'il débloquera dans les semaines à venir une subvention au profit des organes de presse afin de leur permettre de réduire l’impact du Covid-19 sur leurs institutions. Le dernier délai du dépôt des dossiers est fixé au 11 mai, indique le département d’Othman El Ferdaous dans son communiqué officiel.

okok

Le 17 avril dernier à la Chambre des représentants, la députée de l’USFP, Hanane Rihab, a interpelé le nouveau ministre de la Culture, Othman El Ferdaous, sur le dispositif déployé pour éviter à la presse un effondrement économique et financier, rapporte Maroc Hebdo. La députée a mis l’accent sur les difficultés que connaît ce secteur, même si elle condamne la réaction de certaines entreprises de toucher aux salaires des journalistes : «C’est une décision que je désapprouve totalement surtout venant de grands titres. Au bout de la première ou la deuxième semaine de l’état d’urgence sanitaire, ils ont rapidement crié leur détresse en s’attaquant en premier lieu aux journalistes», a-t-elle souligné.

 

Diminution des salaires, les patrons divisés

Face à la crise, plusieurs organes de presse ont décidé de réduire les salaires des employés. Parmi eux, les groupes d’Horizon Press (-50% du salaire), Eco Medias (-20% pour les personnes ayant des salaires supérieurs à 8000 dirhams), le groupe Le Matin (entre 0% et -30% de réduction), Al Massae (entre -20 et -30%) et Economie&Entreprises (baisse non précisée).

«Nous allons perdre le chiffre d’affaires d’un trimestre. Dans la presse, entre mars et juin, c’est pourtant la période la plus importante de l’année, on y fait quasiment le tiers de notre chiffre d’affaires annuel. C’est donc un gros problème, auquel s’ajoute un autre lié à la trésorerie. L’argent ne circule plus beaucoup entre les entreprises. Non seulement on ne fait plus de chiffre d’affaires, mais même ce que nous avions vendu avant, nous n’en voyons pas la couleur de l’argent», déclare Abdelmounaim Dilami, PDG d’Eco médiat à nos confrères de Telquel.

De son côté, Abdallah Bakkali, chef du syndicat national de la presse marocaine, affirme «être conscient que la crise touche de plein fouet les entreprises de presse, mais nous n’acceptons pas que la première solution appliquée soit de ponctionner les salaires des journalistes. Il y a différentes manières de gérer la crise !». Par ailleurs, certains supports d'information ont refusé de toucher au salaire des employés. Parmi eux,Telquel, Al Ittihad Al Ichtiraki, L’Opinion, Al Aalam, Al Akhbar, Al Ahdath Al Maghribia, La Vie Eco, Akhbar Al Yaoum, Médias24 ou encore Lebrief. «Nous avons zéro recette, mais nous continuons à alimenter notre site comme le ferait un service public. Nous estimons que nous avons le devoir de le faire, notre rôle est d’être présents. Je parie sur un redémarrage progressif à partir de début juin», confie Naceureddine Elafrite, cofondateur et gérant du site d’information Médias24. Une déclaration qui illustre également l'état d'esprit au sein de notre rédaction. Du côté de la rédaction de LeBrief.ma, et afin de pallier les exigences salariales des prochains mois, aussi bien au niveau de la rédaction qu'au niveau commercial ou administratif, il a été décidé de faire une demande de crédit "Damane Oxygène" tout en maintenant les salaires des employés. Aucune baisse n’est donc envisagée à l'horizon des 2 ou 3 prochains mois, mais il ne faudrait pas que la situation dure très longtemps.

Une chose est sûre, le point commun entre tous ces supports est l’espoir que ce calvaire prenne fin afin de pouvoir reprendre une activité normale au plus vite, avant qu’il ne soit trop tard.

Classes sociales : la dangereuse fracture

La haine des riches contre le mépris des pauvres. La société marocaine vit sous l’impulsion de dang...

Royaume-Uni : quelles sont les conditions pour s’y rendre depuis le Maroc ?

Alors que le monde continue de se déconfiner progressivement, de nombreuses personnes en profitent pour partir à l’étranger ou réserver des vacances, notamment au Royaume-Uni. Toutefois, ce pays est d...

Aïd Al-Adha : 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins identifiées

Dans le cadre des préparatifs de Aïd Al-Adha 1442, l’opération d’identification des bêtes se poursuit. En effet, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationa...

Plus de 87% des eaux des plages marocaines conformes

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport nationa...

Quel avenir pour la Radio au Maroc ? (avec Imad Kotbi)

Du jonglage au DJing en passant par la RNT, Imad nous fera voyager avec lui depuis ses débuts et sa formation, jusqu’à cette époque où la Radio évolue et ses méthodes aussi. Comment a-t-il débuté ? Qu...

Marhaba 2021 : quand le Maroc tend les bras à ses immigrés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi un projet de décret instituant « une indemnité de tr...