Aller au contenu principal

Procès Balkany : la partie de cache-cash est terminée

Par Nora Jaafar, Publié le 13/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Ce lundi en France, le maire de Levallois Patrick Balkany (71) et son épouse Isabelle (70) vont comparaitre au tribunal pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale". Ils auraient dissimulé leur patrimoine estimé à plus de 13 millions d’euros, notamment des villas aux Antilles et à Marrakech, et son origine douteuse.

 

Selon Jean-Charles Deniau, auteur de Balkany, l'impuni*, le couple a réussi à créer un montage de sociétés offshore tellement compliqué que même les enquêteurs ont eu du mal à s’y retrouver. Ce montage leur a demandé beaucoup de temps et beaucoup d’argent. Une corruption multiforme qui part de l’enrichissement personnel et qui passe par de l’argent pour le parti politique, et ce à travers des surfacturations, des fausses factures, des comptes en Suisse ou au Luxembourg. Les Balkany ne seraient pas les seuls à avoir eu recours à cette manigance, c’est pour ça qu’une partie de leur défense, c’est de dire « écoutez, tout le monde faisait ça à une époque ».

 

« C'était de l'argent détourné des marchés publics. Là, c’était évidemment pour le financement de leur campagne, mais ils en ont pris une partie. Levallois, c’était un petit paradis foncier puisqu’il y avait beaucoup de friches industrielles, il y avait beaucoup d’hectares à construire donc c’était une manne pour les promoteurs, pour les grandes entreprises », explique Deniau.

 

Cette affaire a pris beaucoup de temps pour arriver devant la justice parce que les Balkany étaient protégés. Le couple a en effet des amis de très hauts calibres dont Jacques Chirac (qui a participé à la récolte de l’argent pour le RPR), Charles Pasqua et Nicolas Sarkozy.

 

Les juges chargés de l’instruction du dossier, Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon, ont trouvé de quoi faire comparaître le maire (Les Républicains) de Levallois-Perret et sa femme, qui est également première adjointe, pour « fraude fiscale » et « blanchiment de fraude fiscale ». M. Balkany devra également répondre des chefs de « corruption passive » et « blanchiment de corruption ».

 

Il encourt dix ans de prison ; sa femme, cinq. L’affaire est autrement plus sérieuse que celle qui, en 1996, avait valu quinze mois de sursis au couple, condamné à l’époque pour avoir payé avec l’argent municipal trois employés de maison travaillant exclusivement à son service. Au-delà du cas Balkany, qui est emblématique, c’est tout le système des années 80-90 et jusqu’à 2010 qui va être mis sur la place publique avec ce procès.

Climat : une forte hausse des émissions de CO2 attendue en 2021

Dans son rapport annuel sur l’énergie dans le monde, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que les émissions de CO2 augmenteront de près de 5% cette année, pour atteindre 33 milliards de t...

Crise économique : comment le Liban en est arrivé là ?

Le Liban vit l’une des pires crises économique de son histoire. Plus de la moitié du pays vit aujourd’hui sous le seuil de la pauvreté. Dans ce podcast signé Medi1, Agnès Levallois, Vice-Présidente de...

Inde : progression du variant Covid-19 double mutant

L’Inde fait face à une nouvelle vague du nouveau coronavirus. Selon les données officielles publiées ce lundi 19 avril, le pays a enregistré un nouveau record de contaminations à la Covid-19, not...

La Chine annonce une croissance économique record

Ce vendredi 16 avril, la Chine a annoncé que sa reprise économique s’est accélérée au premier trimestre. En effet, le pays a annoncé une hausse record de sa croissance économique (+18,3% sur un an). C...

Pfizer : une troisième dose «probablement» nécessaire

Dans des déclarations faites à la chaîne de télévision américaine CNBC, Albert Bourla, président directeur général de Pfizer, a indiqué que les personnes ayant reçu le vaccin de Pfizer contre la ...

L’ONU condamne l’islamophobie en France

Ce jeudi 15 avril, Miguel Angel Moratinos, le haut représentant de l’Alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC), a fermement condamné les actes islamophobes dont les musulmans ont été récemm...