Aller au contenu principal

L’Afrique face à la pandémie du coronavirus

Avec plus de 19000 cas confirmés, l’Afrique saigne à cause de la pandémie du coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 911 personnes sur le continent, dont les systèmes sanitaires sont défaillants. Cette crise, étant à la fois sanitaire et économique, les pays africains commencent déjà à souffrir de ses impacts. Dans une récente étude, le cabinet Finactu dresse un état des lieux du continent et examine les bonnes mesures à adopter afin de limiter un éventuel choc économique.

Par Khansaa Bahra, Publié le 17/04/2020 à 15:20, mis à jour le 06/01/2021 à 10:49          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
L’Afrique face à la pandémie du coronavirus

La pandémie du Covid-19 poursuit sa progression dans le globe. D’après les derniers chiffres de Worldometers, le Covid-19 a fait 148729 morts pour 2208316 infections dans le monde. En Afrique, alors que les contaminations se multiplient de jour en jour, la pandémie prend une nouvelle dimension. Le continent compte 19602 cas confirmés et 975 décès liés au virus. En 24 heures, 609 nouveaux cas et 7 nouveaux morts ont été enregistrés. L’Afrique du Sud, l’Égypte, l’Algérie et le Maroc ont, quant à eux, franchi le cap des 2000 infections, indique Radio France internationale.

Alors que la propagation de la pandémie s’accélère, l’Afrique n’est pas épargnée par la crise sanitaire et économique. Le débat s’ouvre aujourd’hui autour des mesures à adopter afin de limiter les effets de la crise sur les économies africaines. Dans ce sens, le cabinet de consulting Finactu a publié une étude. Intitulé « Le coronavirus et l’Afrique : quelles mesures pour atténuer l’impact de la crise sur les économies africaines ? », ce rapport vise à «nourrir la réflexion opérationnelle des dirigeants africains dans la meilleure réponse à cette crise, sans hésiter à rappeler l’humilité qui est de mise, face à une pandémie absolument inédite».

 

Le confinement, une solution difficile à appliquer en Afrique

Depuis le début de la crise liée au coronavirus, plusieurs pays africains, notamment l’Afrique du Sud, le Botswana, le Nigeria, le Congo et le Maroc, ont imposé des mesures de confinement total ou partiel. Toutefois, le continent ne doit pas appliquer les mêmes dispositions mises en place en Europe, en Chine ou aux États-Unis. Dans son document, le cabinet Finactu soutient que bien que le confinement soit certainement «la solution la plus efficace contre la propagation du virus», il s’agit d’une «solution de pays riches, peu réalistes dans des pays africains». En effet, le confinement total ne serait pas supportable économiquement en Afrique, «dont les populations comptent plus de 50% ou 60% de travailleurs informels». Pour Finactu, malgré la mise en place de fonds de soutien aux entreprises et aux populations dans certains pays, dont le Maroc, le confinement n’est pas faisable partout en Afrique. Les gouvernements n’étant pas capables de limiter les effets néfastes de l’arrêt de l’activité, le cabinet souligne que quelques nations africaines «ont intelligemment africanisé le concept de confinement». Dans ces pays, au lieu de décréter un confinement total, les gouvernements se sont contentés d’isoler quelques villes. «L’idée sous-jacente est de casser le lien entre les centres urbains, où se concentrent l’épidémie, et les zones rurales, dans lesquelles la possibilité de soigner les malades serait faible, compte tenu des moyens de santé plus rares encore que dans les capitales et où les populations sont moins jeunes», explique Finactu, citant l’exemple du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Togo.

 

Les Africains moins touchés par la maladie

Bien que le continent ne compte encore qu’une dizaine de milliers de malades, la pénurie d’équipements médicaux adaptés inquiète. Citant une étude précédente (« Le Coronavirus et l’Afrique : crise sanitaire et crise économique aggravées par la faiblesse des filets de sécurité sociale africains »), Finactu rappelle que l’Afrique, qui abrite 1,3 milliard d’habitants, compte à peine 7000 lits et 1 médecin pour 5000 personnes. Malgré le manque d’infrastructures sanitaires, les derniers chiffres semblent confirmer que l’Afrique maîtrise la situation dans la plupart des pays. De plus, le contient, dont les populations sont plus jeunes et beaucoup moins concernées par l’obésité, est moins touché par le Covid-19, qui, selon le rapport, est une «maladie de personnes âgées», de «comorbidité» et de «personnes en surpoids». Ainsi, selon les estimations du cabinet, un pays comme le Bénin, où 5% de la population est âgée de plus de 60 ans, sera 5 fois moins touché que le Royaume-Uni.

 

Le rôle pivot des institutionnels

Face aux conséquences de cette crise à la fois sanitaire et économique, les investisseurs institutionnels, particulièrement les caisses de sécurité sociale, jouent un rôle central dans le soutien à l’économie. «Dans un contexte comme celui de la crise économique soudaine du Covid-19, qui affaiblit brutalement le tissu d’entreprises, il est dans l’intérêt des caisses de Sécurité sociale de faire preuve de bienveillance et de discernement vis-à-vis des entreprises», relève le rapport. Ainsi, les auteurs de l’étude appellent «l’Afrique toute entière doit accélérer le renforcement de ses investisseurs institutionnels que sont les assureurs, les institutions de sécurité sociale, les caisses de dépôts et consignation, etc. Et plus que jamais aussi, les gouvernements doivent généraliser les systèmes de prévoyance sociale à toutes les populations». Dans ce sens, l’Afrique va devoir inventer son propre modèle, indique Finactu. Le cabinet propose trois types d’actions :

  • Action à court terme en mobilisant ces acteurs institutionnels dans le soutien à l’économie ;
  • Action à moyen et longs termes en les renforçant demain, pour augmenter la résilience de nos économies africaines.

Démarrage du plus grand procès pénal de l’histoire moderne du Vatican

Un cardinal catholique romain, autrefois proche allié du pape François, va être jugé au Vatican, pour avoir détourné des fonds de l’Église dans un projet immobilier ruineux à Londres. Le cardinal en q...

Biden met fin à la mission de combat des troupes américaines en Irak

Ce lundi 26 juillet, le président américain Joe Biden et le Premier ministre irakien Moustafa al Kadhimi ont signé un accord mettant formellement fin à la mission de combat de l’armée américaine en Ir...

Les projets transhumanistes financés par des milliardaires

Plusieurs idées révolutionneront le monde de demain : aller sur Mars, ne plus vieillir, survivre aux maladies, guérir d’un handicap ou conserver son esprit à tout jamais... Ces idées sont souvent port...

Les deux Corées rétablissent leurs canaux de communication

Ce mardi 27 juillet, la Corée du Nord et sa voisine du Sud ont annoncé le rétablissement de leurs canaux de communication, et ce, via leur hotline directe. Cette décision, qui a été simultanément anno...

Omra : l’Arabie saoudite accueillera les pèlerins étrangers

Ce dimanche 25 juillet, l’Arabie Saoudite a annoncé qu’à partir du 10 août prochain, les lieux saints pourront accueillir les pèlerins étrangers. «Quelques 500 entreprises et établissements s’apprêten...

Afghanistan : les États-Unis intensifient leurs frappes contre les talibans

Afin d’aider une armée afghane assiégée, les États-Unis ont intensifié leurs frappes aériennes dans le sud de l’Afghanistan. Selon Kenneth McKenzie, patron du Commandement central de l’armée américain...