Aller au contenu principal

Covid-19 : la situation avant un probable prolongement de l’état d’urgence sanitaire !

Le Maroc compte désormais 1746 cas de contamination au coronavirus. Bien que la pandémie continue de progresser dans le pays, les experts restent optimistes et prévoient un aplatissement de la courbe épidémiologique. En plus de la chloroquine, le royaume acquiert 1360000 comprimés de l’association Liponavir-Ritonavir pour lutter contre le Covid-19. Par ailleurs, l’efficacité et la disponibilité des masques de protection soulèvent encore des interrogations. Et, alors que la nécessité de la prolongation de l’état d’urgence sanitaire se confirme, plus de 22000 personnes ont été arrêtées pour violation des mesures en vigueur.

Par Nora Jaafar, Publié le 13/04/2020 à 13:43, mis à jour le 13/04/2020 à 15:16
Teaser Media
Covid-19 : vers un prolongement de l’état d’urgence sanitaire !

85 nouvelles infections, 2 nouveaux décès et 19 nouvelles guérisons. Ce sont les derniers chiffres relatifs à la progression de la pandémie du coronavirus au Maroc, affirme le ministère de la Santé ce lundi matin 13 avril. Le bilan total du pays s’élève à 1746 cas de contamination, 120 décès et 196 rétablissements. Concernant les cas exclus après des tests négatifs au Covid-19, leur nombre a atteint 7206, indique le site de la tutelle. Malgré la progression du virus dans le royaume, le Dr Mohamed Lyoubi, directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé, assure que «le Maroc a gagné trois semaines» grâce aux mesures drastiques qu’il a adoptées. Selon Médias24, Lyoubi souligne que la courbe épidémiologique marocaine commence à s’aplatir et que le royaume fait partie des pays les moins touchés par la pandémie, avec 46 cas par million d’habitants à ce jour (ou 0,46 cas pour 10000 habitants). De son côté, Chakib Laraki, spécialiste des maladies respiratoires, explique que, pour le moment, le Facteur R zéro du Maroc est de 2,5, c’est-à-dire que chaque personne atteinte du coronavirus contamine un peu moins de trois autres. Tout en précisant que le pays doit se préparer rigoureusement à la 3e phase de l’épidémie, le Dr Laraki estime que l’aplatissement absolu de la courbe n’aura pas lieu avant l’année prochaine, rapporte Akhbar Al Yaoum dans son édition du jour.  

 

Consolidations des dispositions de lutte contre le Covid-19

Pour renforcer ses mesures de lutte contre le coronavirus, le Maroc a acquis 1360000 comprimés contenant les molécules Liponavir et Ritonavir. Considérée comme un traitement de seconde intention (après celui de la chloroquine), l’association de ces deux molécules permet d’offrir un traitement complet à plus de 30000 malades, précise Médias24. Le Lopinavir et la Ritonavir sont généralement utilisés pour soigner les patients atteints d’infection au VIH-1, mais ils ont également été introduits dans les traitements administrés aux malades souffrant du Covid-19. La même source ajoute qu’en Chine les études cliniques ont révélé l’efficacité de ces molécules contre le coronavirus.

Par ailleurs, à partir de ce lundi 13 avril, 6 centres hospitaliers universitaires (CHU) commencent à effectuer des tests virologiques PCR (méthode très performante et rapide de détection directe du génome du virus dans un prélèvement). Depuis l’apparition du premier cas de contamination au Maroc, seuls l’Institut Pasteur à Casablanca, l’Institut national d’hygiène (INH) et l’Hôpital militaire de Rabat étaient habilités à procéder à ces diagnostics. Aujourd’hui, et grâce à l’acquisition d’au moins 100000 kits de dépistage par le pays, les CHU de Casablanca, Rabat, Oujda, Fès, Marrakech et Agadir vont pouvoir réaliser ces tests. Bien que ces établissements soient les seuls à être autorisés à effectuer les prélèvements et à demander des tests, le ministère de la Santé affirme la mobilisation de 48 structures sanitaires à travers le pays pour recevoir les malades éventuels, pour les diagnostiquer et pour les acheminer vers les 9 centres de tests virologiques.

En outre, dans le cadre des efforts consentis pour limiter la propagation du virus, le ministère de l’Industrie et du Commerce annonce que la production des masques passera à 5 millions d’unités par jour (contre 3 millions la semaine dernière) à partir de ce mardi 14 avril. Afin de rassurer les citoyens quant à la qualité de ces produits, le ministère a invité le vendredi 10 avril la presse à visiter l’intérieur d’une usine de production. Notons que le port de masque est devenu obligatoire dans le royaume depuis le 6 avril. Pour les rendre plus accessibles pour toutes les tranches sociales du royaume, le prix de ces bavettes a été fixé à 0,80 DH l’unité grâce à la subvention du Fonds spécial de gestion de la pandémie du Covid-19. La tutelle a en plus interdit, sous peine de lourdes sanctions, la vente au détail de ces masques et a exigé la commercialisation de boîtes de 10, 50 et 100 pièces.

 

Violations et prolongation de l’état d’urgence sanitaire

Alors que le pays s’efforce de multiplier les actions pour prévenir la propagation du Covid-19, 22542 individus ont été interpellés par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) pour plusieurs violations des mesures en vigueur. Dans son édition du 13 avril, Le Matin rapporte que les personnes en question ont été arrêtées pour refus d’obtempérer, violation des mesures de l’État d’urgence, inapplication des directives des autorités publiques, attroupement, désobéissance, incitation à la délinquance et à la désobéissance, non-respect des restrictions relatives à la circulation et déplacement sans autorisation de quitter le domicile. Dans un communiqué de presse, la DGSN a affirmé que ses équipes intensifient les opérations de contrôle dans toutes les villes du royaume afin de maintenir l’ordre et d’assurer le respect des dispositions de l’État d’urgence.

Les efforts déployés par la sûreté nationale pour endiguer la propagation du Covid-19 risquent de durer plus longtemps que prévu, alors le gouvernement pense à prolonger la période de confinement au-delà du 20 avril. En effet, Médias24 nous apprend que tous les épidémiologistes et sources proches de centres de décision estiment que l’État d’urgence ainsi que le confinement seront prorogés et pourraient couvrir la totalité ou la grande partie du Ramadan. La même source soutient que cette semaine serait décisive et qu’il serait préférable de maintenir les dispositifs en vigueur pendant le mois sacré. Et d’ajouter qu’un déconfinement pendant le Ramadan risquerait d’envenimer la crise sanitaire, compte tenu des activités des Marocains pendant ce mois (rupture du jeûne en famille, échanges de visites, les prières de Tarawih dans les mosquées, les foules dans les souks et artères des villes...).

Six universités marocaines parmi les meilleures universités arabes

Ce mardi 27 juillet, le Times Higher Education (THE) a publié son nouveau classement des universités arabes, basé sur des critères liés à la réputation, la coopération et l’impact social. Issue de 14 ...

Covid-19 : une journée record à tous les niveaux

Le mardi 27 juillet 2021 a vu le Royaume battre de nouveaux records dans sa lutte contre la pandémi...

Comment consommer correctement des glucides ?

Dans ce podcast dédié à la musculation, la santé, la nutrition et au développement personnel, le sujet du jour sont les glucides. Dans cet épisode de La pause Fitness, il s’agit de comment consommer l...

Sinopharm : le Maroc reçoit un million de doses

Ce mardi 27 juillet, le Maroc a reçu une nouvelle cargaison de vaccins en provenance de la Chine. Il s’agit d’un million de doses du vaccin chinois Sinopharm. Ainsi, suite à cette livraison, le Maroc ...

Prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 septembre

Ce mardi 27 juillet, le gouvernement a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 septembre 2021 à 18h. Cette décision intervient dans le cadre des efforts de lutte contre la propagati...

Covid-19 : le gouvernement joue la carte de l'omniprésence

Afin d’inciter le maximum de personnes à se faire vacciner contre la Covid-19, le ministère de la S...