Aller au contenu principal

La tension monte entre les USA et l'Iran

Par Nora Jaafar, Publié le 10/05/2019 à 12:24, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le chef du bureau politique du Corps des gardes de la révolution islamique, Yadollah Javani, a déclaré "qu'il n'y aura pas de pourparlers avec les Américains et que les Américains n'oseront pas lancer une offensive militaire contre nous", indiqué ce vendredi Tasnim, une agence de presse semi-officielle.

 

Le président américain Donald Trump a exhorté jeudi les dirigeants iraniens à s'asseoir et discuter avec lui au sujet de l'abandon du programme nucléaire de Téhéran. Il a déclaré ne pas être en mesure de rejeter une confrontation militaire en raison des fortes tensions entre ces deux pays.

 

L'armée américaine a annoncé mardi qu'un certain nombre de bombardiers B-52 feraient partie des forces supplémentaires envoyées au Moyen-Orient pour contrer ce que l'administration Trump qualifie de "signes évidents" des menaces que l'Iran représente pour ses forces américaines là-bas.

 

L'Iran a rejeté les nouveaux déploiements américains, dont celui d'un porte-avions, dénonçant "une manipulation et une guerre psychologique" à son encontre. Des milliers d'Iraniens ont pris part vendredi à des manifestations parrainées par l'État pour exprimer leur soutien à la décision prise mercredi par le gouvernement. Une décision qui consiste à réduire certains dispositifs de son programme nucléaire convenus dans le cadre de l'accord de 2015 avec plusieurs puissances mondiales. L'Iran a menacé d'éliminer davantage de dispositifs si les signataires ne le protégeaient pas des sanctions américaines.

 

L'Union européenne et les ministres des Affaires étrangères de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni ont d'ailleurs exprimé, ce jeudi, leur "grande préoccupation" quant à cette décision.

 

Rappelons que Washington a renforcé le blocus contre l'Iran en éliminant des exemptions qui avaient autorisé certains pays à acheter son pétrole. L'Iran a réagi en restreignant quelque peu son programme nucléaire, bien qu'il respecte toujours l'accord visant à limiter son activité nucléaire et que les États-Unis ont abandonné depuis un an.

Allemagne : les sociaux-démocrates en quête d’alliés pour remplacer la coalition de Merkel

Les sociaux-démocrates allemands entament ce lundi le processus de formation d’un exécutif après avoir remporté de justesse leurs premières élections nationales depuis 2005. Leur victoire met ainsi fi...

USA : "America is back" remplace "America first"

Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, il y a huit mois, Joe Biden a tenté de "détrumpiser" les États-Unis. Il a ainsi changé le slogan de son prédécesseur "America first" (l’Amérique en premier) par...

AG de l’ONU : la Chine, ennemie ou partenaire ?

Lors de l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU), le président chinois Xi Jinping est intervenu par visioconférence après son homologue américain, Joe Biden. Il a lancé que «la Chine n’a jamais en...

Le tourisme spatial, bonne ou mauvaise idée ?

Le tourisme spatial est une activité qui consiste à envoyer des civils dans l'espace. En février, la société Virgin Galactic, spécialisée dans les vols spatiaux commerciaux, a envoyé trois personnes d...

Sinopharm désormais reconnu en France, mais sous conditions

Dans un Décret publié aujourd’hui, la France a modifié les conditions d’acceptation sur son territoire des personnes vaccinées. Selon ce texte, les personnes immunisées par Sinopharm pourront désormai...

Élections en Allemagne : l’ère Merkel touche à sa fin

Les Allemands se préparent à dire au revoir à Angela Merkel, dont les 16 années en tant que chancelière prendront fin après les élections législatives de ce dimanche 26 septembre. Le 22 novembre 2005,...