Aller au contenu principal

Session printanière : le parlement fait peau neuve

La session printanière du parlement démarre le second vendredi du mois d’avril, soit le 10 avril prochain. Au vu des circonstances actuelles que vit le royaume, un dispositif spécial sera mis en place au sein du parlement afin de veiller au respect des règles sanitaires liées au Coronavirus.

Par Mohamed L., Publié le 01/04/2020, mis à jour le 01/04/2020
Teaser Media
Laftit appelle au respect de l’état d’urgence

Nouvelle session, nouveau dispositif. Le 10 avril prochain, le parlement procédera à l’ouverture de sa session printanière. Alors que les doutes persistaient sur le report de cette session, Habib El Malki, président de la Chambre des représentants a finalement tranché après une réunion avec les membres du bureau de la Chambre. La session sera donc maintenue à sa date, mais avec de nouvelles dispositions.

 

Une présence limitée

L’Économiste révèle, dans son édition du mercredi 1er avril, qu’un dispositif exceptionnel sera mis en place durant cette session. Des changements seront observés au perchoir et dans l’hémicycle du siège du parlement à Rabat.

Le président de la Chambre sera accompagné au perchoir d’un seul secrétaire de séance. Dans l’hémicycle, la présence sera limitée au chef de groupe et à 1 ou 2 membres. D’après les Inspirations Éco, qui traite du même sujet dans son édition du jour, ce sont les parlementaires qui résident à proximité de la capitale qui devront se déplacer au parlement. Sur les 395 députés qui assistent généralement aux sessions d’ouverture, il faudra compter sur la présence de 25 à 30 députés pour cette session printanière. Par ailleurs, un certain nombre d’articles pourraient être suspendus temporairement, à l’image de l’article sur la lutte contre l’absentéisme ou les délais impartis aux commissions pour démarrer l’examen des projets de loi.

 

La Loi de Finances rectificative au centre du débat

Le débat sur une Loi de Finances rectificative risque d’être sur le devant de la scène lors de cette nouvelle session parlementaire, puisque toutes les hypothèses qui ont servi à élaborer l’actuelle Loi de Finances sont tombées à l’eau à cause de la pandémie du Coronavirus. La Commission des finances de la Première chambre avait tenu une réunion pour examiner cette possibilité. Mais aucune source officielle ne s’est prononcée publiquement sur l’issue de cette réunion et sur la probabilité d’adoption d’une Loi de Finances rectificative.

Nous en saurons plus dès le 13 avril, date de la première séance des questions orales destinées au Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani. Ce dernier sera également interpellé par les députés sur la gestion du Covid-19. Ce sera également l’occasion d’éclaircir l’opinion publique sur le plan d’action mis en place par le gouvernement pour relancer l’économie nationale après la fin de la crise. Soulignons enfin que les séances des questions orales vont se concentrer sur les secteurs qui ont été impactés par le coronavirus à savoir, la santé, les finances, l’intérieur, l’éducation nationale, l’agriculture, l’industrie et l’emploi.


  • Partagez

Développement du sport au Maroc : le CESE étale ses propositions

Une étude du conseil économique social et environnemental (CESE) sur la politique sportive au Maroc...

Parlement : une stratégie de déconfinement réclamée par les élus

Après la prolongation de l’état d’urgence sanitaire et le confinement au 10 juin 2020, les députés ...

El Otmani optimiste quant au sort des Marocains bloqués à l'étranger

Les scénarios portant sur le processus de rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger sont enfi...

Le Maroc emprunte 192 millions d’euros pour acheter des missiles

Saad Dine El Otmani, Chef du gouvernement, a approuvé le décret n° 346.20.0, publié le 11 mai, pour l’achat d’un ensemble d’armes auprès de la société MBDA France. L’approbation est intervenue ap...

Coronavirus : le déconfinement reporté

L’état d’urgence sanitaire, instauré depuis le 20 mars dans le cadre des mesures de lutte contre le...

L’ambassadeur du Maroc convoqué en Algérie pour une vidéo controversée

L'Algérie a convoqué l'ambassadeur du Maroc après une vidéo virale qui montrait un diplomate marocain traitant l'Algérie de pays "ennemi", a indiqué jeudi le ministère algérien des Affaires étrangères...