Aller au contenu principal

G20 : les ministres du Commerce s’organisent

Un peu partout dans le monde, l’activité économique a drastiquement chuté. Les ministres du Commerce et des Investissements du G20 se sont engagés à garantir les flux de fournitures essentielles en dépit de la crise mondiale actuelle. Leur réunion intervient quelques jours après celle des chefs d’État qui avaient décidé d’injecter 5000 milliards de dollars dans l’économie mondiale. Les 20 plus grandes économies mondiales ont également annoncé qu’elles travailleraient avec les organisations internationales «afin de déployer un ensemble de mesures financières solides, cohérentes, coordonnées et rapides».

Par Nora Jaafar, Publié le 31/03/2020 à 17:18, mis à jour le 31/03/2020 à 17:36
Teaser Media
G20 : les ministres du Commerce s’organisent

Après les ministres des Finances et les chefs d’État, c’est au tour des ministres du Commerce et des Investissements du G20 de s’organiser pour répondre efficacement à la crise engendrée par la pandémie du Coronavirus. Ils se sont engagés à garantir les flux de fournitures essentielles - notamment de matériel médical et pharmaceutique - en dépit de la crise mondiale actuelle. Au Maroc, ces fournitures font partie des importations prioritaires, rapporte L’Économiste. La baisse de l’activité va mécaniquement réduire les importations. Pour autant, elles seront surveillées de près pour ne pas mettre la pression sur les réserves de change. 

Un peu partout dans le monde, l’activité économique a considérablement chuté. Dans une déclaration commune, les ministres ont exprimé leur inquiétude quant aux problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs et les entreprises, notamment les plus vulnérables. D’où la nécessité d’une action collective pour aider les micros, petites et moyennes entreprises. Ils ont également reconnu l’importance d’un renforcement des investissements internationaux. «Nous estimons que les mesures d’urgence conçues pour lutter contre le COVID-19, si elles sont jugées nécessaires, doivent être ciblées, proportionnées, transparentes et temporaires, et qu’elles ne doivent pas créer d’obstacles inutiles au commerce ni perturber les chaînes d’approvisionnement mondiales», ont déclaré les responsables.

La semaine dernière, les chefs d’État avaient décidé d’injecter 5000 milliards de dollars dans l’économie mondiale. Les 20 plus grandes économies mondiales ont également annoncé qu’elles travailleraient avec les organisations internationales «afin de déployer un ensemble de mesures financières solides, cohérentes, coordonnées et rapides». Ces annonces viennent s’ajouter aux mesures propres à chaque pays. Les États-Unis vont déployer un plan de plus de 2000 milliards de dollars et l’Allemagne va injecter plus de 1000 milliards d’euros dans son économie.

Évolution de l’activité monétique au Maroc

Les neuf premiers mois de 2021 ont été marqués par une reprise remarquable de l’activité monétique au Maroc. En comparaison avec la même période de l’année 2020, le volume global de l’activité a progr...

Perspectives économiques : l’inflation, le grain de sable dans la reprise

Le FMI a abaissé de 0,1 point sa prévision de croissance mondiale à 5,9%. La révision est certes mo...

2021 : la croissance au beau fixe

Le Maroc devra enregistrer l’un des taux de croissance les plus robustes de la région cette année, ...

Des entreprises marocaines victimes des tensions entre Alger et Rabat

Encore une fois, les relations entre Alger et Rabat passent par la case rouge des tensions et des querelles diplomatiques. Dernier épisode en date de cette série noire, une affaire de résiliation des ...

Un record de transferts des MRE prévu à fin 2021

À la suite des travaux de la troisième réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) au titre de 2021, tenue ce mercredi 13 octobre, la banque centrale a souligné dans un communiqué que le...

IRES : le monde post-Covid-19

Dans son rapport stratégique 2021, intitulé “vers un nouveau monde post-Covid-19 ?”, l’Institut royal des Études stratégiques (IRES) s’est penché sur l’après-crise sanitaire. Soulignant une "quasi-imp...