Aller au contenu principal

Transport public : pagaille générale après l’annonce des mesures de l’intérieur 

Si les professionnels du secteur du transport public ont adopté les mesures et dispositions préventives annoncées lundi dernier par le ministère de l’Intérieur pour faire face au danger de propagation du Covid-19, quelques débordements ont été constatés, notamment chez les chauffeurs de taxis blancs. Détails.

Par Mohamed Laabi, Publié le 19/03/2020 à 15:10, mis à jour le 19/03/2020 à 17:37
Teaser Media
Taxis

Lundi dernier, le ministère de l’Intérieur a annoncé de nouvelles mesures pour les transports publics au Maroc afin de préserver la sécurité des citoyens marocains. Parmi ces mesures, la limitation du nombre de sièges passagers autorisés pour les grands taxis à trois passagers au lieu de six. En réaction à ces mesures, les chauffeurs de taxi de Rabat ont décidé de suspendre leur activité et de ne plus assurer le transport entre la capitale et Salé, laissant ainsi les citoyens voulant rejoindre leur lieu de travail dans la tourmente, rapporte le quotidien le Matin ce jeudi.


D’autres chauffeurs de la ville se sont pliés aux mesures du ministère de l’Intérieur, mais ont décidé de doubler les tarifs de la course, passant de 5dh (prix habituel) à 10 dirhams pour chaque passager, rapporte la même source. Le même constat a été fait par le quotidien arabophone Assabah dans un reportage publié ce jeudi 19 mars 2020. Le journal souligne que des accrochages ont eu lieu entre chauffeurs et clients Boulevard Ibrahim Roudani et au quartier Derb Sultan à Casablanca en raison du prix de la course imposé. 


Cette situation a profité à certains chauffeurs surnommés les «Khettafa». Ces derniers transportent dans une fourgonnette jusqu’à 8 et 9 personnes, pour le prix de 5 dirhams chacun. Une pratique qui va totalement à l’encontre des instructions des autorités publiques.

 

Les syndicats appellent à la préservation des intérêts des travailleurs 

Mohamed Mouttaqi, secrétaire général du syndicat des taxis relevant de la fédération démocratique du travail (FDT) estime qu’avec les mesures adoptées par le ministère «les chauffeurs se retrouvent seuls devant les risques financiers engendrés». Le syndicaliste appelle à une intervention auprès des banques pour «alléger ou suspendre les traites relatives à l’achat des véhicules». De son côté, Abderrahmane Chafai, coordinateur national du comité de coordination national du transport appelle à une baisse importante des prix à la station afin de palier la baisse des clients et permettre aux chauffeurs d’assurer leurs missions. «Transporter trois personnes dans un grand taxi ne permet même pas de payer la facture du carburant», souligne-t-il. Dans un communiqué, le département de l’Intérieur a conseillé aux citoyens de ne recourir aux moyens de transport en commun qu’en cas d’urgence et de grande nécessité.

Classes sociales : la dangereuse fracture

La haine des riches contre le mépris des pauvres. La société marocaine vit sous l’impulsion de dang...

Royaume-Uni : quelles sont les conditions pour s’y rendre depuis le Maroc ?

Alors que le monde continue de se déconfiner progressivement, de nombreuses personnes en profitent pour partir à l’étranger ou réserver des vacances, notamment au Royaume-Uni. Toutefois, ce pays est d...

Aïd Al-Adha : 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins identifiées

Dans le cadre des préparatifs de Aïd Al-Adha 1442, l’opération d’identification des bêtes se poursuit. En effet, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationa...

Plus de 87% des eaux des plages marocaines conformes

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport nationa...

Quel avenir pour la Radio au Maroc ? (avec Imad Kotbi)

Du jonglage au DJing en passant par la RNT, Imad nous fera voyager avec lui depuis ses débuts et sa formation, jusqu’à cette époque où la Radio évolue et ses méthodes aussi. Comment a-t-il débuté ? Qu...

Marhaba 2021 : quand le Maroc tend les bras à ses immigrés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi un projet de décret instituant « une indemnité de tr...