Aller au contenu principal

Droits de l’homme : les États-Unis reconnaissent les percées du Maroc

Le département d’État américain a publié son rapport annuel sur les pratiques en matière de droits de l’homme en 2019. Dans l’ensemble, le document salue les percées du Maroc. Cependant, en évoquant les allégations de torture, de la répression de la liberté de la presse et de l’expression, la crise des droits dans le Sahara, le département d’État américain concentre une bonne partie de son rapport aux actualités de 2019.

Par Khansaa B., Publié le 13/03/2020, mis à jour le 13/03/2020
Teaser Media
droits de l’homme au Maroc

Ce mercredi 11 mars, le département d’État américain a publié son rapport annuel sur les pratiques en matière de droits de l’homme en 2019 dans plusieurs pays du monde. Ce document analyse le respect des pays des droits individuels, civils, politiques et des travailleurs, reconnus par la Déclaration universelle des droits de l’homme ainsi que par d’autres accords internationaux.

Pour le cas du Maroc, le document évoque les allégations de torture, la répression de la liberté de la presse et de l’expression, la crise des droits dans le Sahara, ainsi que plusieurs questions. Dans l’ensemble, le Département d’État américain a salué le travail du royaume. L’ambassade des États-Unis à Rabat a indiqué qu’elle «attend la poursuite de la coopération avec le gouvernement du Maroc et les partenaires de la société civile dans la préparation du rapport 2020».

Inclusion éducative, libertés religieuses, participation politique et transparence des élections 

Le dernier rapport reconnaît les mesures positives prises par le royaume en 2019 en matière de droits de l’homme, notant l’importance du mécanisme national de prévention (MNP), qui a été autorisé par le Parlement marocain et doté en personnel par le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), en 2018. Le rapport américain a également reconnu l’inclusion accrue du Maroc dans le système scolaire en adoptant une législation prévoyant l’enseignement du tamazight dans les écoles publiques et privées. Le rapport note que la constitution marocaine reconnaît la communauté juive comme faisant partie de la population du pays et que les juifs ont la liberté de pratiquer leur religion et de vivre sur le sol du royaume en toute sécurité. En ce qui concerne la participation politique, le rapport reconnaît que les femmes marocaines et les membres des minorités participent au processus politique, ajoutant que les élections de 2016 à la Chambre des représentants marocaine étaient «libres, équitables et transparentes».

La presse et les libertés d'expression

Malgré les percées du Maroc, le rapport fait état de plusieurs cas de «limites indues à la liberté d’expression». Bien que le gouvernement n’ait pas perturbé l’accès à Internet, ni bloqué, ni filtré aucun site Web politique, social ou religieux en 2019, le rapport se dit préoccupé par les déclarations de l’ONG américaine Freedom House. Selon cette dernière «il y a eu des cas au Maroc où des blogueurs ont été arrêtés ou emprisonnés pour avoir diffusé un contenu jugé politiquement sensible». La même source a également dénoncé l’utilisation d’un «éventail de mécanismes financiers et juridiques pour punir les journalistes critiques», qui ont «subi du harcèlement et de l’intimidation».

La situation au Sahara

En ce qui concerne la situation au Sahara, le rapport a fait état de «l’absence de rapports d’enquêtes ou de poursuites pour violations des droits humains» dans la région. Évoquant les arrestations de Brahim Dehani, Ali al-Saadouni et Nazha Khalidi, le document a rappelé que le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) est «toujours préoccupé par les informations faisant état d’une surveillance excessive des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes au Sahara».


  • Partagez

Lutte contre le Coronavirus : le Maroc "très proche du succès"

Après plus de deux mois et demi de confinement, le Maroc se dirige vers la levée de cette mesure le...

Une médiation nécessaire entre les écoles privées et les parents d'élèves

L’ambiance est tendue entre les parents d’élèves et les directeurs d’écoles privées. La raison ? Le...

Rapatriement des Marocains : Ait Taleb temporise mais rassure

Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé a déclaré jeudi devant la commission des secteurs sociaux qu...

Les cafés et restaurants autorisés à rouvrir

Fermés depuis le 16 mars dernier, les cafés et les restaurants sont autorisés à rouvrir à partir de ce vendredi 29 mai. C’est ce qu’a annoncé le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie ...

Khalid Aït Taleb défend l’utilisation de la chloroquine pour traiter le Covid-19

Alors que l’hydroxychloroquine, traitement supposé efficace contre le Covid-19, fait débat, le Maro...

Tadamoncovid : 2 millions de réclamations enregistrées en une semaine

Ce mercredi 27 mai, le Comité de veille économique (CVE) a publié un communiqué indiquant que depuis le 21 mai, près de deux-millions de réclamations des ménages du secteur informel ont été enreg...