Aller au contenu principal

Pourquoi les prix à la pompe ne baissent toujours pas au Maroc ?

La chute libre des cours de pétrole n’a pour l’heure pas eu de répercussions sur les prix à la pompe au Maroc. Quelques syndicats et experts économiques estiment que le prix du gasoil ne devrait pas dépasser les 7,30 dirhams/le litre, contre près de 9 dirhams enregistrés actuellement. Le 16 mars, et comme chaque quinzaine, une nouvelle révision des prix est attendue au Maroc. Une date que les consommateurs attendent avec impatience pour connaître les nouveaux tarifs fixés par les pétroliers.

Par Mohamed L., Publié le 12/03/2020, mis à jour le 12/03/2020
Teaser Media
Pétrole

Face à l’impact du coronavirus et le refus de la Russie, le 6 mars dernier, de baisser la production de pétrole pour atténuer les répercussions de cette épidémie, le cours du baril continue d’enregistrer une chute vertigineuse. Cependant, cette chute n’a pas eu de conséquences directes sur les prix à la pompe au Maroc. Dans une déclaration à Al Ahdath Al Maghribia ce jeudi, Houcine Yamani, secrétaire générale du Syndicat national des industries du pétrole et gaz affilié à la CDT, souligne que les prix du pétrole sont toujours «en faveur des pétroliers et jamais en faveur des consommateurs». Yamani estime que le prix actuel ne devrait pas dépasser les 7,30 dirhams le litre, alors qu’il est à peine descendu au-dessous des 9 dirhams début mars.

De son côté, la section chauffeurs de taxi de l’Union Nationale du travail au Maroc (UNTM) a publié, mardi, un communiqué dans lequel elle s’indigne contre ce qu’elle appelle la «mafia du carburant». Le syndicat se demande quelles sont les raisons derrière ces pratiques des pétroliers et appelle le gouvernement à « sortir de son silence » afin de «défendre les droits des consommateurs», rapporte le quotidien Al Massae dans son numéro du jeudi 12 mars 2020. Le syndicat accuse le gouvernement d’être responsable de cette situation et demande à ce dernier de livrer des sanctions contre les responsables.

Une baisse le 16 mars prochain ?

Selon un connaisseur du marché pétrolier interrogé par Medias24, il faudra attendre le 16 mars pour se faire une réelle idée de l’impact des cours de pétrole sur les prix à la pompe au Maroc. Ce dernier explique qu’au vu de la tendance du marché international, qui a enregistré une baisse durant la première semaine de mars, il y aura certainement une autre baisse des prix à la pompe durant la prochaine quinzaine, c’est-à-dire à partir du lundi 16 mars prochain.

L’expert rappelle que le Maroc n’importe plus de pétrole brut depuis l’arrêt de la raffinerie nationale SAMIR, et importe exclusivement les produits finis, dont le prix est conditionné par la loi de l’offre et de la demande sur le marché de Rotterdam.

Le 16 mars, tous les yeux seront donc fixés sur le tableau d’affichage des stations d’essence pour savoir s’il y aura vraiment une chute des prix à la pompe… ou pas.

 


  • Partagez

Fonds spécial Covid-19 : le secteur de la santé en priorité

Depuis la déclaration de la pandémie du coronavirus au Maroc, le roi Mohammed VI a appelé à la créa...

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Ell...

DGI : légère baisse des recettes nettes

À fin mars 2020, les recettes fiscales nettes se sont établies à 44,7 millions de dirhams, contre 44,9 un an auparavant, soit une baisse de 0.5%. Les recettes ont stagné, alors qu’on s’attendait à une...

La presse écrite dans la tourmente

La presse marocaine est en train de vivre ses plus mauvais jours. La suspension, jusqu’à nouvel ord...

Le Maroc garde la confiance de Moody’s

Dans un contexte marqué de nombreuses incertitudes, l’agence de notation financière Moody’s réitère...

Covid-19 : l’Afrique en pleine souffrance

50 pays africains sur un total de 55 ont détecté des contaminations au Covid-19 sur leurs territoir...