Aller au contenu principal

Pourquoi les prix à la pompe ne baissent toujours pas au Maroc ?

La chute libre des cours de pétrole n’a pour l’heure pas eu de répercussions sur les prix à la pompe au Maroc. Quelques syndicats et experts économiques estiment que le prix du gasoil ne devrait pas dépasser les 7,30 dirhams/le litre, contre près de 9 dirhams enregistrés actuellement. Le 16 mars, et comme chaque quinzaine, une nouvelle révision des prix est attendue au Maroc. Une date que les consommateurs attendent avec impatience pour connaître les nouveaux tarifs fixés par les pétroliers.

Par Mohamed Laabi, Publié le 12/03/2020 à 17:20, mis à jour le 12/03/2020 à 19:11
Teaser Media
Pétrole

Face à l’impact du coronavirus et le refus de la Russie, le 6 mars dernier, de baisser la production de pétrole pour atténuer les répercussions de cette épidémie, le cours du baril continue d’enregistrer une chute vertigineuse. Cependant, cette chute n’a pas eu de conséquences directes sur les prix à la pompe au Maroc. Dans une déclaration à Al Ahdath Al Maghribia ce jeudi, Houcine Yamani, secrétaire générale du Syndicat national des industries du pétrole et gaz affilié à la CDT, souligne que les prix du pétrole sont toujours «en faveur des pétroliers et jamais en faveur des consommateurs». Yamani estime que le prix actuel ne devrait pas dépasser les 7,30 dirhams le litre, alors qu’il est à peine descendu au-dessous des 9 dirhams début mars.

De son côté, la section chauffeurs de taxi de l’Union Nationale du travail au Maroc (UNTM) a publié, mardi, un communiqué dans lequel elle s’indigne contre ce qu’elle appelle la «mafia du carburant». Le syndicat se demande quelles sont les raisons derrière ces pratiques des pétroliers et appelle le gouvernement à « sortir de son silence » afin de «défendre les droits des consommateurs», rapporte le quotidien Al Massae dans son numéro du jeudi 12 mars 2020. Le syndicat accuse le gouvernement d’être responsable de cette situation et demande à ce dernier de livrer des sanctions contre les responsables.

Une baisse le 16 mars prochain ?

Selon un connaisseur du marché pétrolier interrogé par Medias24, il faudra attendre le 16 mars pour se faire une réelle idée de l’impact des cours de pétrole sur les prix à la pompe au Maroc. Ce dernier explique qu’au vu de la tendance du marché international, qui a enregistré une baisse durant la première semaine de mars, il y aura certainement une autre baisse des prix à la pompe durant la prochaine quinzaine, c’est-à-dire à partir du lundi 16 mars prochain.

L’expert rappelle que le Maroc n’importe plus de pétrole brut depuis l’arrêt de la raffinerie nationale SAMIR, et importe exclusivement les produits finis, dont le prix est conditionné par la loi de l’offre et de la demande sur le marché de Rotterdam.

Le 16 mars, tous les yeux seront donc fixés sur le tableau d’affichage des stations d’essence pour savoir s’il y aura vraiment une chute des prix à la pompe… ou pas.

 

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...