Aller au contenu principal

Flexibilité du dirham : le Maroc opte pour une transition en douceur

Le Maroc a effectué un pas supplémentaire dans la réforme du régime de change en élargissant la bande de fluctuation du dirham à +/- 5%. Depuis lundi, le dirham n’a pas connu de mouvements brusques, ce qui signifie que le timing était approprié et que les opérateurs économiques comprennent mieux la réforme. Pour un citoyen lambda, la libéralisation du dirham est assimilée à une dévaluation et beaucoup craignent une augmentation des prix à la consommation. Les deux premières années de la réforme ont démontré que les craintes étaient infondées.

Par J.R.Y, Publié le 11/03/2020 à 15:10, mis à jour le 11/03/2020 à 16:33
Teaser Media
Flexibilité du dirham : le Maroc opte pour une transition en douceur

Depuis lundi, le Maroc est passé à la deuxième phase de la réforme du régime de change. Les autorités monétaires (ministère des Finances et Bank Al-Maghrib) ont élargi la bande de fluctuation du dirham.

 

Comment cela fonctionne ?

La banque centrale fixe un cours central sur la base d'un panier composé de 60% d'euros et de 40% de dollars. Par rapport à ce cours central, le dirham peut s'apprécier ou se déprécier aumaximum 5%. En dehors de cette borne, la banque centrale peut intervenir. Avant cette nouvelle étape, les bornes étaient fixées à 2,5% de part et d’autre.

Depuis lundi, le dirham n'a pas connu de mouvements brusques, laissant supposer que le timing était approprié et que les opérateurs économiques comprennent mieux la réforme.  À terme, c'est la loi de l'offre et de la demande qui déterminera la valeur du dirham. Pour arriver à ce stade, il faudra attendre encore quelques années. Certains pays qui ont mené cette réforme avant le Maroc, ont mis au moins dix ans pour passer à un régime de change flottant. Le Maroc a démarré sa réforme il y a deux ans.

Le contexte macro-économique et financier favorable a motivé le passage à la deuxième phase. Les réserves de changes sont à un niveau jugé approprié. Elles s'élèvent à 240 milliards de DH. L'inflation est maîtrisée. Sur une période longue, la hausse des prix à la consommation a été contenue en dessous de 2%. Les autres indicateurs qui sont surveillés sont le taux d'endettement. Là aussi, le niveau est jugé soutenable.

 

Pourquoi la libéralisation du dirham ?

La réforme du régime de change permettra de renforcer la capacité de l’économie à absorber les chocs externes (comme la flambée du prix du pétrole par exemple), soutenir sa compétitivité et contribuer ainsi à améliorer sa croissance.

Le taux de change est un instrument qui peut soutenir les exportations. On parle de dévaluation compétitive. Toutefois, elle n'est efficace que si votre secteur exportateur est aussi performant. Beaucoup de pays ont donc utilisé le taux de change pour soutenir les ventes de leurs entreprises à l'étranger. Mais, il y a des limites. Depuis l'arrivée de Donald Trump à la présidence américaine, il accuse régulièrement ses partenaires étrangers (Chine, Japon, Union européenne...) de manipuler leurs devises. Ce n'est pas forcément vrai. La politique monétaire influence aussi le taux de change. Ceci dit, c'est une arme dont dispose les États. Elle est à double tranchant, surtout lorsque vous êtes un grand importateur parce que vous prenez aussi le risque de voir augmenter le prix des importations.

Le Maroc a choisi de mener une réforme graduelle et il n'y est pas contraint par la conjoncture. L'Égypte, pour ne citer qu'elle, a été obligée de passer brutalement au système flottant en novembre 2016, avec toutes les conséquences sur l'économie. Aujourd'hui, l'économie du pays se redresse.

Justice : une lourde sentence contre la Samir

Ce jeudi 17 juin, la Cour d’appel a confirmé une sentence rendue trois ans plus tôt par le tribunal de première instance de Mohammedia contre la Samir. Cette entreprise est accusée, entre autres, d’in...

Banque mondiale : 450 millions de dollars pour soutenir l'inclusion financière au Maroc

Dans son édition de ce lundi 21 juin, le journal Aujourd’hui le Maroc rapporte que la Banque mondiale (BM) a approuvé un prêt de 450 millions de dollars au profit du Maroc. Ce soutien financier vise à...

De grandes ambitions pour le Gazoduc Maroc-Nigéria

Mardi dernier, Yusuf Usman, directeur général de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) a annoncé que le gouvernement fédéral nigérian s’apprête à construire le gazoduc reliant le Nigeria a...

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...