Aller au contenu principal

Réunion d’urgence de l’OTAN sur la crise en Syrie

Les ambassadeurs de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) vont se réunir ce vendredi à Bruxelles, à la demande de la Turquie, pour discuter de l’évolution de la situation en Syrie. Cette rencontre intervient après qu’Ankara ait décidé de ne plus empêcher les réfugiés syriens de se rendre en Europe. Une démarche qui fait suite à la mort de 33 soldats turcs lors d’une frappe aérienne syrienne dans la région d’Idlib.

Par Nora Jaafar, Publié le 28/02/2020 à 12:16, mis à jour le 28/02/2020 à 17:58
Teaser Media
Réunion d’urgence de l’OTAN sur la crise en Syrie

Les tensions montent d’un cran en Syrie entre la Turquie et la Russie. Les ambassadeurs de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ont annoncé une réunion d’urgence ce vendredi à Bruxelles pour discuter de la situation syrienne. Cette rencontre a été convoquée à la demande de la Turquie, membre de l’OTAN, conformément à l’article 4 du traité fondateur de l’Alliance. Cet article «peut être invoqué par tout allié estimant que son intégrité territoriale, son indépendance politique ou sa sécurité est menacée», explique Le Parisien. C’est en vertu de cette législation qu’Ankara a dénoncée que 54 soldats turcs ont été tués en Syrie en ce mois de février, dont 33 ont perdu la vie hier (27 février), lors d’une frappe aérienne syrienne dans la région d’Idlib. Elle a également annoncé que «désormais la Turquie n’empêcherait plus les réfugiés syriens de se rendre en Europe», rapporte Reuters. L’agence de presse turque Demiroren a indiqué que quelque 300 migrants, dont des femmes et des enfants, sont déjà en route vers la frontière turque avec la Grèce.

Violation de l’accord de 2016

Selon France24, la menace d’ouvrir la voie aux réfugiés vers l’Europe annulerait un engagement pris par la Turquie dans le cadre d’un accord signé en 2016 avec l’Union européenne. Cet accord stipule qu’Ankara doit empêcher les passages de migrants vers l’Europe, notamment via la Grèce. Cette transgression pourrait provoquer une crise avec les puissances occidentales sur la région conflictuelle d’Idlib et bloquer les négociations entre Ankara et Moscou. Cette dernière soutient les forces armées du régime du président syrien, Bachar al-Assad, qui ont saisi certains des territoires des rebelles, alliés de la Turquie, déplaçant ainsi vers la frontière turque près d’un million de civils. Ce déplacement massif, qui a commencé en décembre 2019, a eu pour conséquence une crise humanitaire sans précédent. Asharq Al Awsat rappelle qu’avec l’appui de l’aviation russe, Damas a déclenché une violente offensive à la fin de l’année dernière pour conquérir le dernier bastion rebelle et djihadiste d’Idlib.

Réaction internationale

De son côté, le Département d’État américain a déclaré que les États-Unis étaient très préoccupés par l’attaque signalée contre les soldats turcs, indique Reuters. «Nous sommes aux côtés de notre allié de l’OTAN, la Turquie, et nous continuons à demander la fin immédiate de cette offensive méprisable du régime d’Assad, de la Russie et des forces soutenues par l’Iran», a martelé un représentant du Département d’État dans un communiqué. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a exprimé pour sa part sa «grave préoccupation» concernant l’escalade de violences dans le nord-ouest de la Syrie et les rapports selon lesquels des soldats turcs auraient été tués. Il a également réitéré son appel à un cessez-le-feu immédiat.

Pour rappel, depuis la révolution du printemps arabe de 2011, la guerre entre le régime de Damas et les rebelles sévit en Syrie. Ce conflit a déplacé des millions de personnes et en a tué des centaines de milliers. La Turquie, qui partage une frontière avec le pays, a accueilli quelque 3,7 millions de réfugiés syriens et a répété depuis plusieurs mois qu’elle ne pouvait plus en accueillir davantage. Elle a ainsi exhorté la communauté internationale à lui venir en aide, car ce fardeau «était trop lourd pour un seul pays».

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...

Les Iraniens ont élu un nouveau président au premier tour

Ce vendredi 18 juin, les Iraniens ont voté pour désigner un nouveau président lors d’une élection tenue dans un contexte économique et social particulièrement tendu. L’ultraconservateur Ebrahim Raïssi...

Cinq ans de plus pour Antonio Guterres à la tête de l’ONU

Ce vendredi 18 juin, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies (ONU) depuis le 1ᵉʳ janvier 2017 a été nommé pour un second mandat à la tête de l’institution. Cette nomination a été confir...

Marvel : que vaut la nouvelle série de Disney ?

Ce mercredi 9 juin 2021, Disney+ a mis en ligne le premier épisode de Loki, sa troisième série se déroulant dans le Marvel Cinematic Universe. En effet, après WandaVision et Falcon et le soldat de l’h...