Aller au contenu principal

Chômeurs : leur combat pour retrouver un emploi

À fin 2019, plus de 1,1 million de personnes étaient à la recherche d’un job. 2 chômeurs sur 3 misent sur leurs proches (31,4%) ou un contact direct avec les employeurs (33,5%) pour trouver un emploi. Ils épluchent aussi les annonces légales. En revanche, le recours aux institutions d’intermédiation type Rekrute.com, Indeed, Jobmediaire, Anapec... ne représente que 5%. Les réseaux sociaux sont aussi devenus des plateformes de plus en plus prisées pour la recherche d’emploi.

Par J.R.Y, Publié le 20/02/2020, mis à jour le 20/02/2020
Teaser Media
Chômeurs : leur combat pour retrouver un emploi

Le taux de chômage a baissé de 0,3 point en 2019 à 9,2%. Mais cette baisse s’accompagne de celle du taux d’activité. En d’autres termes, la réalité peut être bien plus préoccupante que ne le disent les chiffres.

Des pratiques très diverses

À fin 2019, plus de 1,1 million de personnes étaient à la recherche d’un job. Dans leur recherche, 2 chômeurs sur 3 misent sur leurs proches (31,4%) ou un contact direct avec les employeurs (33,5%). La participation aux concours et les réponses aux annonces ont été déclarées comme modes de recherche d’emploi par seulement 18,2% des chômeurs. En revanche, le recours aux institutions d’intermédiation comme Rekrute.com, Anapec... ne représente que 5%.

Selon le niveau de qualification, l’utilisation des canaux diffère. Les diplômés se reposent très peu sur leur entourage pour rechercher un emploi. Ce canal représente seulement 10% dans les sources de recherche alors qu’il pèse 50% chez les personnes n’ayant aucun diplôme et 44% chez ceux ayant un diplôme moyen. De même, ces deux dernières catégories sont aussi plus enclines à adresser une demande directement aux employeurs que les diplômés. Ces derniers choisissent en premier lieu de passer des concours pour obtenir un emploi. Ce canal compte pour 28% dans leur recherche. Cela peut laisser supposer que beaucoup parient sur un travail dans la fonction publique. Mais, en tout seulement 20% des diplômés au chômage ont une préférence pour le secteur public.

Internet prend de l’ampleur

Pour les chercheurs d’emploi, internet est un canal qui prend de l’importance surtout chez les diplômés. Plus de 14% de leurs recherches sont initiées via Internet. Google notamment facilite la recherche d’emploi sur sa plateforme. Des mots clés comme "emploi" par exemple renvoient vers des encadrés spécifiques consacrés aux offres d’emploi. Il est possible d’affiner la recherche pour obtenir les offres selon l’endroit souhaité. Les réseaux sociaux sont aussi devenus des plateformes de plus en plus prisées pour la recherche d’emploi. LinkedIn par exemple se démarque pour l’instant, mais des géants de la Tech comme Facebook se sont positionnés sur ce créneau. Plus on a un réseau large, plus on multiplie les chances de se faire embaucher.


  • Partagez

Budget : de légers ajustements

L’idée d’une suspension de certaines dépenses publiques a semé la panique dans le milieu des affair...

Covid-19 : le marché de l’automobile en chute libre

Les ventes globales du marché automobile ont enregistré en mars 2020 une baisse de 61,6% par rappor...

Fonds spécial Covid-19 : le secteur de la santé en priorité

Depuis la déclaration de la pandémie du coronavirus au Maroc, le roi Mohammed VI a appelé à la créa...

Le risque Maroc se dégrade provisoirement à "modérer"

Euler Hermès a dégradé la note de 18 pays, dont le Maroc. Sa note crédit est passée de B1 à B2. Ell...

DGI : légère baisse des recettes nettes

À fin mars 2020, les recettes fiscales nettes se sont établies à 44,7 millions de dirhams, contre 44,9 un an auparavant, soit une baisse de 0.5%. Les recettes ont stagné, alors qu’on s’attendait à une...

La presse écrite dans la tourmente

La presse marocaine est en train de vivre ses plus mauvais jours. La suspension, jusqu’à nouvel ord...