Aller au contenu principal

Hooliganisme : la FRMF ne voit pas (encore) le bout du tunnel

Jets de pierre, possession d’armes blanches, le match entre l’AS FAR et le Raja Casablanca, disputé le mercredi 12 février à Rabat, a connu des scènes de violence inouïe entre les supporters des deux équipes. 22 supporters blessés ont été transférés à l’hôpital et 13 autres ont été arrêtés par les forces de l’ordre à la sortie du Complexe Moulay Abdellah. Le fléau du hooliganisme continue de préoccuper l’État marocain, qui tente tant bien que mal de stopper l’hémorragie.

Par Mohamed L., Publié le 14/02/2020, mis à jour le 14/02/2020
Teaser Media
Photographe

Matchs à huis clos, amendes, retrait de points… la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) n’hésite pas une seconde à sanctionner les clubs dont les rencontres ont été marquées par des actes de hooliganisme. Mais est-ce la solution pour éradiquer ce phénomène ? Il semblerait que non. Mercredi, le sport marocain a connu une nouvelle fois des scènes d’horreur, des images effrayantes, du sang, des cris et de la panique.13 personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre, rapporte le quotidien arabophone Akhbar Alyaoum dans son édition du vendredi 14 février. Des dégâts matériels ont été causés à 19 véhicules de la sûreté nationale, un camion de la protection civile et une ambulance, en plus de six véhicules appartenant à des particuliers. Aussi, le photographe Abdelmajid Bziouate, a été touché à la tête par un projectile lancé depuis les tribunes. Finalement, le score final de ce match (1-0 pour les militaires) n’aura été qu’anecdotique.

«Au Maroc, on ne manque pas de sécurité, on manque de mesures adéquates et adaptées au genre de supporters que nous sommes», estime le site Lions de l’Atlas dans un communiqué publié le 13 janvier. Parmi les mesures proposées, le site sportif marocain donne l’exemple du derby d’Istanbul entre le Galatasaray et Fenerbahce et notamment les mesures adoptées par la police turque durant ce derby à forte tension : aucun accès au stade n’était toléré pour celui qui a déjà été fiché au moins une fois pour un acte de vandalisme. Pour pouvoir obtenir un ticket, le supporter est obligé de présenter soit sa carte d’identité nationale, soit son passeport, rappelle la même source.

Akhbar Alyaoum estime que l’une des sources principales de cet incident, survenu mercredi à Rabat, est le fait d’avoir permis aux supporters des deux clubs de sortir du stade en même temps. Une procédure "suicidaire" compte tenu de la haine réciproque des mouvements ultras des deux clubs. Une chose est sûre, si les sanctions de la FRMF devaient tomber dans les prochaines heures ou les prochains jours, nul ne sait quand prendra véritablement fin ce cauchemar que vit tout citoyen marocain les jours de matchs.


  • Partagez

Casablanca : deux semaines de restrictions supplémentaires

C’est officiel, le gouvernement a annoncé dans un communiqué la prolongation des mesures de restrictions visant Casablanca de deux semaines supplémentaires à compter du lundi 21 septembre. Le nombre d...

Le Maroc passe commande pour les vaccins d'Astrazeneca

Le Maroc fait une nouvelle commande pour les vaccins contre le nouveau coronavirus. Un mémorandum d’entente pour l’acquisition de vaccins anti-Covid 19 produits par la Société "R-Pharm", sous licence ...

Déception et colère sont les mots d’ordre de cette rentrée scolaire

La reprise des cours en présentiel a été reportée dans plusieurs écoles du Royaume en raison de l’e...

Lutte contre le coronavirus : Tanger, le modèle à suivre

La ville du Détroit a connu une large amélioration de sa situation épidémiologique durant ce mois d...

Étude sur l’immunité collective au Maroc : 0,7% de la population a des anticorps

Ce jeudi 17 septembre, le ministère de la Santé a publié les résultats préliminaires d’une étude de séroprévalence recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon cette investigation,...

La mort du petit Adnane vue par les hebdos

Le triste destin du petit Adnan Bouchouf, disparu le 7 septembre 2020 et retrouvé violé et enterré ...